SECTION SE-Unsa de la MEUSE - 2TER RUE GILLES DE TREVES - 55000 BAR LE DUC
Tél. 03 29 45 16 35 - Fax. 09 59 01 92 05 - Por. 06 07 29 25 59 - 55@se-unsa.org

 
CAPD mouvement du 11/06/2019
Article publié le jeudi 13 juin 2019.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

La CAPD mouvement a lieu ce mardi 11 juin après-midi. 

Les collègues restĂ©s sans affectation seront nommĂ©s lors de la phase d'ajustement du 26 juin.

Les militants du SE-UNSA sont à la disposition des collègues qui souhaiteraient être accompagnés lors de cette phase d'ajustement.


STATISTIQUES :

  • 314 participants ( 307 en 2018 et  307 en 2017)
  • MutĂ©s : 51.25%  (42.04% en 2018 et 53.42% en 2017
  • 1er vĹ“u obtenu : pour  41.96% en 2019 (43.94% en 2018 et 55.49%).
  • Nombre de collègues restants sur leur poste : 25.41% (32.48% en 2018 et 25.41% en 2017)
  • Nombre de collègues sans poste : 16.12% (25.48% en 2017 et 25.48%)

Suite aux remarques des reprĂ©sentants des personnels Ă©lus, le DASEN  a acceptĂ© de revenir sur la nomination des 5 collègues qui avaient Ă©tĂ© nommĂ©s Ă  titre provisoire en "extension", c'est Ă  dire sur un poste non demandĂ©.

Le SE-UNSA a également dénoncé la nomination sur les voeux larges de la zone infra, mais aucune modification n'a été acceptée par le DASEN.

 


DĂ©claration du SE-UNSA Ă  la CAPD du 11 juin  2019

Monsieur l'Inspecteur d'Académie,

Mesdames Messieurs les membres de la CAPD,

Nous étudions aujourd'hui le mouvement "nouvelle formule". Au delà des difficultés techniques de mise en place de ce mouvement et des conditions de travail que ces dernières ont générées pour les services de la DSDEN, le SE-UNSA dénonce les incohérences d'affectation observées. En effet, aujourd'hui le logiciel ne permet plus de prendre le barème comme premier critère de départage.

Aujourd'hui le SE-UNSA dénonce un logiciel qui fait trois mouvements en un. Un premier mouvement qui classe l'ensemble des collègues par barème et les affecte sur leurs vœux du 1er écran, puis un deuxième mouvement sur leurs vœux de l'écran 2 et enfin un troisième mouvement qui classe par barème les collègues restants par extension de vœu.

Résultat de cette procédure, nous observons parmi les collègues résidents par exemple sur Bar le Duc, des collègues affectés dans une école de Bar le Duc avec moins de 10 points de barème. Dans le même temps des collègues avec plus de 19 points de barème se retrouvent affectés à plus de 45 minutes de chez eux, sur une direction non demandée qui plus est. Il aurait été, pour le SE-UNSA beaucoup plus juste de classer les collègues par barème, et pour chaque collègue d'étudier l'ensemble des ses vœux écran 1 puis écran 2 avant de passer au collègue suivant. D'autant plus que dans la note de service il est stipulé :

"Demander un vœu large équivaut à formuler des vœux sur un regroupement de postes dans les écoles de la zone considérée. A titre d'exemple, un vœu émis sur le regroupement «remplacement » dans la zone Meuse Sud revient à solliciter tout poste de titulaire remplaçant (brigade congés, formation continue, ASH) dans cette zone.

Ces vœux ne sont examinés que si les vœux saisis sur l'écran 1 n'ont pu être satisfaits. Si aucun des vœux larges émis sur l'écran 2 ne peut être satisfait, un poste resté vacant sur le département sera automatiquement attribué à titre provisoire, même s'il n'a pas été sollicité par l'enseignant. "

A aucun moment il n'est indiqué que l'examen de l'écran 2 ne se fera qu'après l'étude de tous les écrans 1. Cette donnée aurait pu changer la stratégie de beaucoup de collègues et éviter des incompréhensions lors de la publication des résultats.

Le SE-UNSA dénonce également les affectations en extension. Trois collègues se retrouvent ainsi nommés sur des postes de direction (deux directions à 4 classes et une direction à 8 classes) sans avoir à aucun moment demandé de postes de direction. Les années précédentes, un appel à candidature était fait sur les directions ainsi restées vacantes à l'issu du 1er mouvement. Cela évitait de mettre en difficulté les collègues qui arrivaient sur ces postes ainsi que les équipes concernées. Gérer une direction est une fonction de plus en plus difficile même pour des directeurs volontaires et expérimentés. Alors on n'ose imaginer dans quelles conditions vont travailler ces collègues et leur équipe.

Lors de la mise en place des dispositifs plus de maîtres que de classe et LEC, nous avons longuement débattu lors d'une CAPD sur le mode d'accès de ces postes. L'administration envisageait de les profiler, argumentant de leur spécificité. Le SE-UNSA s'est prononcé contre le profilage ce qui a conduit à la mise en place d'un vivier. Mais aujourd'hui on arrive à une situation où l'on va nommer des collègues non volontaires sur ces postes "particuliers", qui plus est des collègues avec très peu d'expérience, voire pas du tout pour la jeune collègue stagiaire.

 
 
 
 
ALC