SECTION SE-Unsa de la MEUSE - 2TER RUE GILLES DE TREVES - 55000 BAR LE DUC
Tél. 03 29 45 16 35 - Fax. 09 59 01 92 05 - Por. 06 07 29 25 59 - 55@se-unsa.org

 
Reconnaissance des directeur·rices : ça avance
Article publié le vendredi 22 octobre 2021.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
MĂŞme si le SĂ©nat a adoptĂ© en deuxième lecture la proposition de loi Rilhac* crĂ©ant la fonction de directrice ou de directeur d’école, tout n’est pas encore jouĂ©. Le SE-Unsa est dĂ©terminĂ© Ă  ce que les avancĂ©es se concrĂ©tisent pour une reconnaissance effective du travail des directeurs et directrices. 
 
 
La navette parlementaire doit encore se poursuivre
 
Le texte adoptĂ© par le SĂ©nat le 20 octobre 2021 Ă©tant une nouvelle fois diffĂ©rent de celui votĂ© prĂ©cĂ©demment par l’AssemblĂ©e nationale, une commission mixte paritaire (CMP) devra ĂŞtre rĂ©unie pour aboutir Ă  la conciliation des deux assemblĂ©es sur un texte commun.
 
 
Les changements positifs 
 
- Les collègues entrant dans le mĂ©tier affectĂ©s sur un poste de direction n’auraient plus Ă  attendre plusieurs annĂ©es avant de pouvoir accĂ©der Ă  la liste d’aptitude.
 
- Les faisant fonction bĂ©nĂ©ficieraient d’une formation Ă  la fonction de directrice ou directeur d’école dans les meilleurs dĂ©lais.
 
- L’administration devrait rendre des comptes de l’utilisation des dĂ©charges avant le 30 juin de chaque annĂ©e, ce qui est de nature Ă  faciliter la mise en place effective de celles-ci.
 
- Les missions de formation ou de coordination qui peuvent ĂŞtre confiĂ©es Ă  la directrice ou au directeur feraient Ă  nouveau l’objet d’un dialogue avec l’inspection acadĂ©mique tous les deux ans, ce qui permet d’envisager des projets Ă  moyen terme.
 
- L’offre de formation destinĂ©e aux directrices et directeurs d’école devrait leur ĂŞtre proposĂ©e rĂ©gulièrement tout au long de leur carrière, et obligatoirement tous les cinq ans. 
 
 
Les changements nĂ©gatifs 
 
- La notion de chargĂ©s d’école serait supprimĂ©e ; elle aurait pourtant pu permettre de reconnaĂ®tre la place de ces collègues qui ont, de fait, les responsabilitĂ©s des directeurs d’école. Le SE-Unsa, qui avait dĂ©jĂ  entamĂ© une action au sujet des chargĂ©s d’école, continuera Ă  Ĺ“uvrer pour qu’ils soient reconnus comme des directrices et directeurs d’école Ă  part entière. 
 
- La formation certifiante nĂ©cessaire pour assurer la direction d’une Ă©cole Ă  dĂ©charge complète serait rĂ©tablie. Elle pourrait restreindre l’accès Ă  ces postes de direction puisqu’elle s’ajoutera Ă  la liste d’aptitude. Si une formation spĂ©cifique pour exercer la fonction de directrice ou directeur dans des Ă©coles de grande taille est nĂ©cessaire, il aurait Ă©tĂ© prĂ©fĂ©rable qu’elle soit assurĂ©e pour tout collègue arrivant sur un tel poste, et non qu’elle soit un prĂ©requis pour exercer cette fonction.
 
- Les actions de formation spĂ©cifiques Ă  l’école qui sont proposĂ©es par la directrice ou le directeur Ă  l’IEN devraient prendre en compte les orientations de la politique nationale, ce qui pourrait ne pas aller dans le sens des demandes des Ă©quipes.
 
- La possibilitĂ© pour les communes de mettre des moyens Ă  disposition des directrices et directeurs d’école ne serait pas retenue.
 
 
L’avis du SE-Unsa 
 
La proposition de loi Rilhac crĂ©ant la fonction de directrice ou de directeur d’école resterait globalement positive : 
 
- reconnaissance de la directrice ou du directeur comme pilote pĂ©dagogique de l’équipe avec une autoritĂ© fonctionnelle ;
 
- instituteur·rices pouvant continuer Ă  prĂ©tendre Ă  la fonction de directeur·rice ;
 
- avancement accĂ©lĂ©rĂ© ;
 
- dĂ©charge des heures d’APC, sauf pour les volontaires ;
 
- offre de formation initiale et continue adaptĂ©e et rĂ©gulière ;
 
- importance de disposer des outils numĂ©riques nĂ©cessaires Ă  sa fonction ;
- aide administrative et matĂ©rielle mentionnĂ©e dans la loi ;
 
- crĂ©ation d’un ou plusieurs rĂ©fĂ©rents direction d’école dans chaque DSDEN ;
 
- Ă©lection des reprĂ©sentants des parents d’élèves au conseil d’école pouvant se faire par voie Ă©lectronique sur dĂ©cision de la directrice ou du directeur après consultation du conseil d’école ;
 
- PPMS établi et validé conjointement par l’autorité académique, la commune et les personnels compétents en matière de sûreté.
Malheureusement, le questionnement sur le statut de l’école est toujours absent du texte.
 
L’adoption de la proposition de loi Rilhac en 2e lecture au SĂ©nat est une Ă©tape supplĂ©mentaire vers la reconnaissance tant attendue des directrices et directeurs. Le SE-Unsa poursuit ses actions pour que les avancĂ©es contenues dans cette loi soient rĂ©ellement mises en Ĺ“uvre sur le terrain.
 
 
 
 
 
ALC