Retour à l'article normal

SE-UNSA 54


 Par SE-UNSA 54

Journées d’actions le jeudi 15 mai et le samedi 24 mai

 
REUNION DU 9 AVRIL 2008
 
La réunion regroupant fédérations, syndicats, associations de l’éducation s’est tenue hier soir au siège de la FCPE de 18h00 à 21h30.
 
Le texte ci-joint apporte son soutien au mouvement lycéen en cours.
 
Il a été décidé le jeudi 15 mai une journée d’actions comprenant des formes diversifiées (rassemblement, conférence de presse…). Mais ce ne sera pas une journée de grève.
 
Il a été, d’autre part, décidé que le samedi 24 mai sera organisée une journée départementale d’action associant l’ensemble des partenaires signataires.
La FSU consulte ce matin ses instances pour savoir si elle maintient sa manifestation nationale du 18 mai.
 
Les sections départementales prendront toutes les initiatives pour que le samedi 24 soit une réussite.
15 MAI 2008 :
 
LA QUESTION DE LA GREVE EST POSEE CHEZ LES ENSEIGNANTS
 
 
Avalanches de fermetures de postes dans le 2nd degré, et en particulier dans les lycées, dotations insuffisantes dans le 1er degré, où les enseignants sont confrontés, de surcroît, à une réforme inquiétante des programmes d’enseignement, interrogations inquiètes sur l’avenir de la voie professionnelle, projet de réforme du lycée à boucler à la va-vite alors qu’on en connaît aucun contour, discussions annoncées mais toujours non ouvertes sur la condition enseignante… Le SE-UNSA constate que les mesures s’accumulent dans un contexte de coupes budgétaires drastiques. Elles contribuent à tendre un peu plus la situation dans l’éducation. Pour beaucoup d’enseignants d’école, de collège ou de lycée, la coupe est pleine.
 
Pour le SE-UNSA, l’heure est venue de proposer à tous une initiative permettant de dire stop au gouvernement. Le syndicat se réjouit du large cadre unitaire qui s’est constitué avec 19 organisations représentant largement la communauté éducative. Ce regroupement a retenu les 15 et 24 mai comme moments d’actions unitaires. Le SE-UNSA estime que la participation au 15 mai par la grève est posée pour l’ensemble des enseignants. Il interviendra en ce sens auprès de ses partenaires syndicaux nationaux.
 
Cette action se justifierait d’autant plus que les graves menaces qui pèsent sur l’Education nationale s’intègrent dans un projet global. La RGPP, les graves restrictions budgétaires qu’elle habille, le projet de loi sur la mobilité cachent un véritable plan social pour les fonctionnaires.
 
Pour le SE-UNSA, ces mesures auxquelles s’ajoute l’éclatement du statut des fonctionnaires traduisent une mise en cause radicale de la Fonction publique d’Etat et du service public qu’elle rend à tous les citoyens.
 
 
 
Paris, le 21 avril 2008
Luc Bérille
Secrétaire Général