Retour à l'article normal

SE-UNSA 54


 Par SE-UNSA 54

Évaluations, le ministre encore épinglé

 

Alors que le ministère se réjouit de l’efficacité de ses réformes en s’appuyant sur ses contestables évaluations nationales, l’étude Cedre(1) de la Depp vient le contredire.

Les évaluations nationales sont unanimement critiquées par les professeurs des écoles et par le Haut conseil de l’Éducation (HCE) qui les juge «non fiables pour des raisons de méthodes» et dénonce la confusion entre «d’une part les évaluations dans la classe dont l’enseignant a besoin pour adapter son enseignement en fonction des acquis de ses élèves, d’autre part une évaluation nationale destinée au pilotage du système éducatif»(2).

L’OCDE a, elle, décerné à la France la palme de l’inéquité : nous sommes un pays où le déterminisme social est très important dans les résultats scolaires.

Les évaluations Cedre, concernant le niveau en compréhension de l’écrit des élèves de CM2, enfoncent donc le clou. Entre 2003 et 2009, les écarts se creusent de façon significative entre filles et garçons (en 2009 les garçons représentent 60% des élèves les plus faibles contre 54% en 2003) ainsi qu’entre les élèves issus d’écoles publiques non-Zep et ceux issus d’écoles privées (un écart de 7 points en faveur des derniers). Les élèves les plus en difficulté représentent toujours 13% des élèves et les plus performants 29% des effectifs, la seule différence statistiquement significative concer­ne le groupe des moyens-forts (+2,6 points).

Cette étude, menée dans des conditions rigoureuses, ne fait pas que contredire la hausse du niveau, claironnée dans une récente circulaire(3) sans aucune étude statistique sérieuse.

Elle montre aussi en creux à quel point les évaluations nationales actuelles sont mal conçues et peu fiables.

Le SE-Unsa ne peut que conclure avec le HCE que «le moment est venu de confier à une agence d’évaluation indépendante la mise en œuvre d’un tel programme […]. Il est essentiel en effet que, dans notre démocratie, les données concernant les résultats de notre système éducatif soient objectives, donc incontestables».

(1) «Compréhension de l’écrit en fin d’école. Évolution de 2003 à 2009», publiée le 25/11/11.
(2) «Les indicateurs relatifs aux acquis des élèves - Bilan des résultats de l’École - 2011».
(3) «Orientations pédagogiques faisant suite à l’évaluation CE1 en 2011», circulaire n°2011-169 du 03/10/11.