SECTION SE-Unsa de la MEURTHE ET MOSELLE - 4 RUE ALFRED MEZIERES - BP 53365 - 54015 NANCY CEDEX
Tél. 03 83 32 07 23 - Por. 06 08 96 12 24 - 54@se-unsa.org

 
Action Evaluations CM2
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Action Evaluations CM2
 
- Le SE-UNSA a décidé de lancer une action par rapport aux évaluations CM2 de janvier.
- Ces consignes font également l’objet d’un accord intersyndical
 
Point sur le dossier
A ce jour, le ministère n’a donné aucune réponse à la lettre du SE-UNSA demandant de surseoir à ces évaluations.
Le temps presse : les enseignants de CM2 sont appelés à venir chercher les livrets, les réunions d’information sont organisées dans les circonscriptions. Nos collègues attendent la position du syndicat.
 
L’avis du SE-UNSA sur les évaluations
Le SE-UNSA considère que les évaluations sont utiles, mais qu’elles doivent avant tout servir à l’élève et à sa famille et constituer des repères pour les enseignants dans la construction du projet pédagogique de l’école, de la classe et pour chaque élève.
Il y aurait par ailleursun véritable intérêt à des évaluations nationales permettant de vérifier les acquis en fin de cycle, et ainsi de mieux appréhender les performances du système scolaire.
 
Ces évaluations de janvier correspondent-elles à ces objectifs ?
â–º Quelle sera la portée d’un tel bilan fin janvier, après 4 mois d’application des nouveaux programmes ?
Le ministère le présente ainsi sur son site : trois paliers d’évaluation ….« le deuxième, au terme de l’école primaire, mesure en particulier l’acquisition des règles fondamentales de la grammaire, du calcul élémentaire et des quatre opérations »
Mais avec des passations d’épreuves entre le 19 et le 23 janvier, donc en milieu d’année scolaire, ces objectifs sont impossibles à atteindre !
Faire faire des exercices sur des notions non étudiées est un non sens pédagogique
De plus, le codage binaire (échec ou réussite) ne permet pas de rendre compte, finement, du degré d’acquisition de telle ou telle notion.
 
Pour le SE-UNSA, les conditions fixées par le ministère vont créer de l’échec et stigmatiser les élèves au lieu de les motiver et de les encourager, sans parler de la réaction des familles aux résultats qui risquent de ressortir dans ces conditions
 
â–º Comment seront utilisés les résultats saisis ?
La complexité des exercices alors que les programmes ne sont pas terminés, les consignes données aux enseignants pour la durée des exercices, les corrections, concourent à mettre en échec une majorité d’élèves.
Avec une saisie dans le cadre d’un logiciel de saisie « bloqué » , le SE-UNSA s’interroge sur l’utilisation des résultats.
Au plan national, quel constat sera tiré par le ministère ? Quelle communication auprès de l’opinion publique ? Pour justifier de quelle politique éducative ?
Enfin, nous ne pouvons cautionner un système de recensement des résultats qui puisse servir à établir un « palmarès » des écoles.
 
Les consignes syndicales
â–º Quel est l’objectif de cette action ?
Face au silence du ministère par rapport à une demande intersyndicale de surseoir à l’évaluation de janvier, il s’agit :
- De mettre en incapacité le ministère, à l’issue de l’évaluation de janvier, de communiquer sur un état des lieux d’échec de l’école.
- De permettre aux enseignants d’être au clair avec leurs élèves et les familles par rapport à ces évaluations.
D’éviter d’isoler nos collègues adjoints de CM2 et les directeurs chargés de la transmission des résultats de leur école, face à une hiérarchie de plus en plus répressive : les évaluations seront faites, les échanges avec les familles auront lieu, la notion de service non fait est difficilement applicable dans ces conditions et surtout peut être facilement contrée.
 
NB  : Six séquences à répartir sur 4 jours => en cas de boycott ou de report de ces évaluations, il pourrait y avoir le retrait de salaire d’un trentième par jour, plus le mercredi, c’est à dire 5 jours de retrait ! L’administration pourrait aussi remettre en cause le versement de l’indemnité, dont les modalités ne sont pas encore connues à ce jour. C’est pourquoi le SE-UNSA a choisi de ne pas appeler à ce type d’action et a proposé la présente action au Sgen-Cfdt et au Snuipp.
 
â–º Nous appelons donc les enseignants et les directeurs à suivre les consignes suivantes :
 Pour les enseignants de CM2 :
 - ne faire passer que les exercices correspondant à des notions déjà abordées en classe,
rendre compte de ces seuls résultats uniquement aux élèves et aux familles concernées,
- ne pas utiliser le logiciel de l’administration
Pour les directeurs :
- ne pas faire remonter la synthèse des résultats de l’école au moyen de l’application WEB téléchargeable sur le site de l’administration, mais avec un autre outil que nous mettrons à votre disposition.
 
Le SE-UNSA écrira au Ministre pour l’informer de ces consignes. Au plan local, nous ferons de même auprès de l’IA
 
â–º Un cadre d’action intersyndical nécessaire pour mieux défendre les enseignants
Compte tenu de ces questions importantes, le SE-UNSA s’est adressé au Sgen-Cfdt et au Snuipp-Fsu pour l’élaboration de consignes communes sur ces évaluations.
Un texte intersyndical a été élaboré sur la base de ces consignes. Vous le trouverez en pièce jointe
 
EVALUATIONS CM2 : le SE-UNSA, le SGEN-CFDT, le SNUipp-FSU appellent au tri sélectif... des exercices
 
Le ministère a décidé unilatéralement d’une évaluation des élèves de CM2 la semaine prochaine, sur la base d’une procédure rigide qui n’a fait l’objet d’aucune concertation.
 
Présentée comme une évaluation bilan, elle intervient sur des contenus de programmes qui n’ont commencé à se mettre en oeuvre qu’à la rentrée et à un moment où la totalité des notions évaluées n’a pu être étudiée avec les élèves. De plus, le codage simpliste ne permet pas de prendre en compte le fait que des notions n’aient pas encore été étudiées ou soient en cours d’acquisition.
 
Dans de telles conditions le SE-UNSA, le SGEN-CFDT, le SNUipp-FSU estiment que ces évaluations, en mettant en échec artificiellement des élèves ne sont pas à leur service. Cette démarche inacceptable conduirait à :
une situation très difficile à gérer dans chaque classe avec les élèves et leurs parents ;
un danger d’instruction à charge contre l’école par la centralisation de résultats ainsi faussés.
 
Le SE-UNSA, le SGEN-CFDT, le SNUipp-FSU ont demandé solennellement au Ministre de suspendre cette opération précipitée et mal pensée. Xavier Darcos a pourtant persisté.
 
Dans ces conditions, le SE-UNSA, le SGEN-CFDT, le SNUipp-FSU appellent les personnels à préserver les conditions d’une évaluation profitant effectivement aux élèves et aidant à la communication avec les parents. Ils refusent toute publication école par école qui introduirait une logique consumériste inacceptable au regard des objectifs de l’école publique.
 
Ils demandent donc aux personnels concernés de mettre en oeuvre les consignes suivantes :
· de ne pas faire passer, les exercices correspondant à des notions non étudiées depuis le début de l’année
· ne rendre compte que de des seuls résultats des évaluations aux élèves et aux parents de la classe concernée ;
· ne pas utiliser le logiciel ministériel de transmission et ne transmettre que les résultats anonymés des exercices effectivement passés.

   affichette EVAL   
(92.5 ko)
   affichette EVAL CM2   
(84.9 ko)
   communiqué intersyndical   
(162.5 ko)
   communiqué intersyndical   
(158.2 ko)
   lettre pour IEN   
(27.5 ko)
   lettre à IEN   
(56.2 ko)
   lettre parents EVAL   
(29.5 ko)
   Lettre parents EVAL   
(41 ko)
   SIEN communiqué   
(13.6 ko)
 
 
 
 
Cliquez pour agrandir