SECTION SE-Unsa de la MEURTHE ET MOSELLE - 4 RUE ALFRED MEZIERES - BP 53365 - 54015 NANCY CEDEX
Tél. 03 83 32 07 23 - Por. 06 08 96 12 24 - 54@se-unsa.org

 
La lettre des enseignants n° 172
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

 La lettre des enseignants n° 172

 n° 172 - 6 mai 2008  

Enseignants, fonctionnaires : Tous en grève le 15 mai !
Le SE-UNSA et les syndicats de l’Éducation nationale, avec les organisations lycéennes et étudiantes, la FCPE, les mouvements pédagogiques, les associations complémentaires de l’Ecole, appellent à nouveau à la mobilisation le Jeudi 15 mai 2008, contre une politique gouvernementale qui touche de plein fouet le service public de l’Éducation nationale.
Des avalanches de mesures déstabilisent et inquiètent les personnels :
  • Des programmes pour l’école primaire particulièrement rétrogrades
  • Une réforme du lycée menée à la hâte
A contrario, une attente aujourd’hui non satisfaite de la reconnaissance des réalités du métier.
Face aux suppressions massives d’emplois programmées sur plusieurs années dans les services publics, l’UNSA-Fonctionnaires et les syndicats des trois fonctions publiques appellent aussi les fonctionnaires à la grève et aux manifestations le 15 mai.
Dans l’Éducation nationale, le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux partant en retraite, ce sont 85 000 emplois d’enseignants liquidés sur les 5 ans du mandat présidentiel, alors que 150 000 élèves devront être accueillis en plus sur la même période !
Après la suppression de 11 200 postes pour la rentrée 2008, on annonce 20 000 postes en moins pour la rentrée 2009 !

LE GOUVERNEMENT ORGANISE LA DEGRADATION DES CONDITIONS DE TRAVAIL
DES ELEVES ET DES PERSONNELS.
ALORS, TOUS EN GREVE POUR NOUS Y OPPOSER !

 

Rejoignez nous le 15 mai sous les banderoles UNSA
 
Pour toutes modalités pratiques contactez votre section SE-UNSA.
Rassemblement le jeudi 15 mai à 14 heures
– Place Stanislas – Nancy
Départ de la manifestation à 14H 30
Retraites : l’UNSA appelle à la journée du 22 mai
L’UNSA ayant pris connaissance de l’appel lancé par 5 centrales syndicales, à une journée nationale interprofessionnelle d’action le 22 mai pour la défense de la retraite solidaire, a décidé de se joindre à cet appel unitaire.
Pour l’UNSA, les annonces gouvernementales ne sont pas acceptables en l’état.
C’est donc pour :
  • la garantie et le niveau de nos retraites
  • la durée de cotisation
  • le droit à la retraite à 60 ans
  • la reconnaissance de la pénibilité
  • la mise en œuvre des ressources financières assurant la pérennité du système de retraites
  • la réduction des inégalités entre les femmes et les hommes
que l’UNSA appelle les salariés à se mobiliser le 22 mai.
Pour toutes modalités pratiques contactez votre section SE-UNSA.
Rénovation de la voie professionnelle :
La concertation avec le ministère sur la rénovation de la voie professionnelle touche à sa fin.
Le SE-UNSA estime que le projet de relevé de conclusions présenté à l’issue de la réunion du 30 avril ne constitue pas une base suffisante pour un protocole d’accord. Il n’est qu’un bilan d’étape
Le SE-UNSA a proposé un nombre important d’amendements à ce relevé de conclusions portant sur :
  • la possibilité d’un parcours en 4 ans (sans redoublement) si nécessaire
  • une offre de formation de niveau V suffisante dans chaque bassin
  • une offre de proximité diversifiée
  • des moyens pour la mise en place de l’accompagnement pédagogique
  • la prévention de sorties sans diplôme
  • la prise en compte dans le service des enseignants de LP des tâches liées à la rénovation, l’amélioration des déroulés de carrière et une meilleure formation
  • la mise en place d’un comité de suivi national et de comités académiques.
La plupart ont été retenus sauf ceux qui « coûtent » : service des enseignants et engagement de moyens pour la mise en œuvre (DGH). Ils feront l’objet de très prochaines négociations à l’issue desquelles le Ministre s’est engagé à proposer un protocole d’accord.
Programmes du primaire : le SE-UNSA demande le retrait.
Xavier Darcos a présenté, sur un ton particulièrement agressif, le nouveau projet de programmes du primaire. Il a affirmé avoir tenu compte des remontées des parents et des enseignants de terrain.
La lecture de la synthèse nationale contredit entièrement ces propos.
Exemples :
  • La synthèse nationale relève que « le passage de l’éducation à la citoyenneté à l’instruction civique est très critiqué et regretté par la quasi-totalité des équipes qui demandent la suppression des maximes et adages juridiques. Darcos, « l’homme de l’écoute et du consensus » n’a pas changé une ligne par rapport à son projet initial.
  • Les programmes sont jugés « trop idéalistes et trop ambitieux », les collègues pointent le manque de temps pour boucler ce programme et demandent des éclaircissements sur le volume horaire. Là non-plus, rien de changé.
  • « L’atomisation » des connaissances en Français est dénoncée. Darcos persiste et signe.
  • Le Sénat préconisait de ne pas rejeter en bloc les programmes de 2002, Darcos les balaie d’un revers de main, etc...
La philosophie générale de ces programmes – catalogue de repères, approche mécaniste des apprentissages, programmes plus chargés à boucler avec moins de temps - reste sur le fond inchangée.
En l’état, ce texte est inamendable. Le SE-UNSA en demandera le retrait pur et simple en Conseil Supérieur de l’Éducation.

 

 
 
 
 
Cliquez pour agrandir