SECTION SE-Unsa de la MEURTHE ET MOSELLE - 4 RUE ALFRED MEZIERES - BP 53365 - 54015 NANCY CEDEX
Tél. 03 83 32 07 23 - Por. 06 08 96 12 24 - 54@se-unsa.org

 
INFOS OU INTOX : les rythmes scolaires, le SE-UNSA vous renseigne !
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

 

Le changement fait peur, la réforme des rythmes scolaires inquiète, les enseignants s’interrogent, des rumeurs circulent.

Suite aux différentes questions de nos collègues, le SE Unsa 54 vous apporte des réponses !

Il faut rejeter la loi d’orientation sur la refondation de l’école car la rĂ©forme des rythmes scolaires est comprise dans  cette loi.

FAUX ! La rĂ©forme des rythmes n’est pas dans la loi sur la refondation, elle ne prĂ©voit pas de mesures relatives aux rythmes. Ce sujet relève de simples dĂ©crets.

On peut s’opposer au travail le mercredi matin ? (ou  le samedi matin)

Intox : Ne faisons pas croire aux collègues que le Ministre ouvre ce débat et nous demande notre avis, c’est faux !Ce n’est pas là-dessus que les discussions avec le Ministre portent et ce depuis le début…C’était un engagement de campagne de François Hollande, repris par Vincent Peillon dans les échanges avec les organisations syndicales, avec les élus et les parents.

C’est un cadre imposé que nous n’avons pas choisi.(le samedi travaillé existera mais pour fera exception.)

C’est pourquoi le SE Unsa négocie pour obtenir des avancées en compensation pour les enseignants. Nous avons maintes fois fait valoir le mécontentement enseignant et la nécessité d’une reconnaissance (aménagement des 108h, indemnité financière) et le SE Unsa a obtenu des premières avancées. Cliquez ici

Le SE-UNSA n’est pas dans le double-discours et ne joue pas sur la peur des collègues en faisant courir des fausses informations. Sa communication régulière et transparente avec la profession, depuis le lancement du dossier, en atteste.

  

Nous travaillerons plus puisque nous viendrons le mercredi matin.


FAUX : le temps de service est toujours le mĂŞme, 27 heures : 24h devant Ă©lèves + 3h (les 108h).

Par contre, nous devons rappeler  sans cesse que notre temps de travail est bien supĂ©rieur puisque nous prĂ©parons nos cours, nous corrigeons, Ă©crivons des projets et pour certains, nous nous dĂ©plaçons ( parfois longtemps, cela doit ĂŞtre pris aussi en compte), etc.

On ne se soucie pas des conditions de travail des enseignants.

FAUX !

Dans la contribution publique du SE UNSA au débat sur la refondation de l’école, nous avons fait valoir nos exigences pour les personnels (http://www.se-unsa.org/spip.php?article4869

Par contre, d’autres organisations syndicales  ont signifiĂ© publiquement leur intention de ne pas participer aux Ă©changes avec le ministère concernant ces dossiers, pariant ainsi sur la politique du pire, sans chercher Ă  amĂ©liorer quelque peu les conditions de travail de nos collègues.

Pour les directeurs, nous avons fait parvenir dans toutes les écoles un questionnaire sur les conditions de travail. Les nombreuses réponses nous ont permis de faire une synthèse des difficultés et demandes des collègues que nous ferons parvenir à la hiérarchie au prochain CHS-CT. (et copie à tous les collègues)

La situation particulière de Paris : les enseignants  sont en grève contre les rythmes ?

En partie FAUX

La situation des classes parisiennes est différente de celle des autres départements. En effet, à Paris, la ville paie un corps de professeurs à part (PVP : Profs de la Ville de Paris) pour venir intervenir sur le temps scolaire en EPS, Arts Visuels et Education musicale à raison de 3h par classe. La crainte de ces personnels et de nos collègues est que les PVP prennent en charge les temps péri-éducatifs et n’interviennent plus durant la classe. Ils défendent leurs avantages ce qui est normal.

Ce n’est pas la bonne réforme.

VRAI et FAUX

Assurément elle ne résoudra pas tous les problèmes de rythmes des enfants. L’intérêt des enfants est au cœur d’intérêts très différents, parfois contradictoires et pourtant souvent légitimes. Par ailleurs, il y a autant de situations que de familles. Pour autant pouvons-nous nous contenter de dire ça et garder la semaine Darcos tant dénoncée pourtant ?

Par ailleurs, le SE-UNSA, comme les enseignants, se soucie de la rĂ©ussite des Ă©lèves. La dĂ©fense des enseignants n’auraient d’ailleurs aucune chance s’il  elle n’était pas liĂ©e Ă  la rĂ©ussite de l’école.

Il faut refuser les réformes !

NON pour le SE-UNSA

Le SE-UNSA n’est pas entré dans une posture du refus en laissant les enseignants sans expressions quant à la réalité de leur métier. Aujourd’hui, le projet ministériel est largement insatisfaisant mais nous avons pu échapper à la demi-heure quotidienne d’aide aux devoirs, revoir l’aide personnalisée dans son contenu et son volume, obtenir du temps accru et forfaitisé de suivi des élèves et de concertation.

Le SE-UNSA revendique une indemnité reconnaissant les missions de suivi des élèves (ISOE pour les PE), son principe serait acquis, reste à connaître le montant. L’annonce sera faite très prochainement.

La négociation sur les 108h allège aussi la présence avec les élèves de 24h et forfaitise tous les temps que nous passons en réunion notamment avec les familles. Enfin d'autres chantiers catégoriels doivent être ouverts : mobilité, temps partiel, direction, rémunérations.

Qui décide ?

C’est le DASEN qui arrĂŞte l’organisation pour chacune des Ă©coles.Le SE-UNSA va le rencontrer très prochainement. Le Maire ou le conseil d’école peuvent faire des propositions. L’IEN donnera son avis. Nous allons ĂŞtre reçus en audience Ă  ce sujet !

Il y a des risques de territorialisation ?

A vérifier, c’est une zone d’ombre, nous attendons des éclaircissements..

Attention  en sens inverse,  cela pourrait aussi remettre en cause le fait que les enseignants effectuent des activitĂ©s complĂ©mentaires pour les collectivitĂ©s (ex : cantine, Ă©tudes surveillĂ©es), ou que les collectivitĂ©s mettent Ă  disposition des Ă©coles des intervenants agrĂ©Ă©s dans des domaines divers, EPS, activitĂ©s artistiques…Ce n’est pas le vĹ“u de nos collègues !

Le projet éducatif territorial, c’est quoi ?

Il a vocation à coordonner les actions éducatives sur un territoire. Il n’a pour l’instant pas de traduction réglementaire. Nous sommes en attente d’une réunion avec le ministère.

Quelles villes du 54  mettront en place la rĂ©forme en septembre 2013 ?

Nous allons questionner le DASEN. Questionnez votre maire.

Si vous avez des informations vous concernant, merci de nous les faire remonter !

Nos revendications demeurent :

  • L’intĂ©gration des APC dans les 24h / passage Ă  23h devant Ă©lèves.
  • La reconnaissance financière des missions des professeurs des Ă©coles : ISOE
  • La compensation de perte du pouvoir d’achat liĂ©e au passage Ă  la semaine de quatre jours et demi. (dĂ©placements, frais de garderie)
  • Un plan pluriannuel traduisant pour les enseignants la volontĂ© gouvernementale d’accorder la prioritĂ© Ă  l’école primaire.
  • Le retour Ă  l’idĂ©e initiale de finir la journĂ©e scolaire Ă  15h30 seule vĂ©ritable organisation qui se prĂ©occupe du rythme de l’enfant.
  • Laisser plus d’autonomie au Conseil d’Ecole

 

 

 
 
 
 
Cliquez pour agrandir