SECTION SE-Unsa de la MAYENNE - 15 RUE SAINT MATHURIN - 53000 LAVAL
Tél. 02 43 35 20 92 - Por. 06 82 54 34 28 - 53@se-unsa.org

 
RĂ©munĂ©ration : enfin des perspectives pour 2021 !
Article publié le jeudi 15 octobre 2020.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Le ministère annonce de premiers éléments concrets pour 2021 et renonce à financer sur l’enveloppe de revalorisation des heures supplémentaires et la formation hors temps de classe. Le SE-Unsa le demandait depuis février dernier.
 
Suite à nos demandes réitérées de nombreuses fois depuis février, le SE-Unsa apprécie positivement l’abandon par le ministère des mesures liées à des heures supplémentaires pour le remplacement court dans le second degré ou à la formation hors temps de classe. Le ministère indique qu’il a entendu l’opposition des personnels et fait le choix d’un dialogue social apaisé.
 
Le ministère a présenté ses propositions de la ventilation de l’enveloppe budgétaire de 400 millions d’euros prévue en 2021, soit 500 millions en année pleine à partir de 2022*.
 
Quatre axes de rĂ©partition ont Ă©tĂ© prĂ©sentĂ©s :
  • Prime d’attractivitĂ© pour les dĂ©but et milieu de carrière : 260 millions d’euros
  • Prime d’équipement informatique : 178 millions d’euros
  • Mesures catĂ©gorielles (dont la direction d’école) : 51 millions d’euros
  • AmĂ©lioration des ratio hors-classe : 11 millions d’euros
Le ministère a confirmé qu’il y aurait ensuite une loi pluriannuelle pour une montée en charge et d’autres mesures dans les années suivantes.
 
Prime d’attractivité
Le ministère a présenté quatre scénarii de répartition de l’enveloppe. Ils vont dans le sens d’une réduction des écarts de rémunération avec les autres pays de l’OCDE. Force est de constater que le chemin à parcourir pour rattraper le retard sera encore long.
Le SE-Unsa demande qu’une négociation d’ampleur se tienne à l’instar de celle qui a été conduite dans l’enseignement supérieur.
 
Les 4 propositions établissent des projections pour des primes d’attractivité qui concerneraient les enseignants, CPE et PsyEN de l’échelon 2 aux échelons 5 à 8 selon les scenarii.
Un effort consĂ©quent porterait sur les premiers Ă©chelons (2 et 3) qui se verraient attribuer une prime allant alors de 93 € Ă  135 € selon les hypothèses. Les primes sont ensuite dĂ©gressives d’échelon en Ă©chelon. Ă€ noter que pour 3 scĂ©narii il y aurait un lĂ©ger Ă©cart selon les corps. Les contractuels se verraient attribuer une prime forfaitaire entre 600 € et 800 €.
 
Prime d’équipement informatique
Si le ministère ne donne pas directement suite à notre demande de crédit d’impôts pour l’équipement informatique, l’annonce d’une prime d’équipement de 150 € nets pour tous les personnels est également à apprécier positivement.
Cette prime sera pérenne, versée annuellement en début d’année civile (à partir de février/mars en 2021). Elle ne sera pas proratisée pour les collègues à temps partiel.
Certains personnels sont pour l’instant exclus de ce dispositif : enseignants en Rased, PsyEN EDA et EDO, CPE, profs docs, conseillers pĂ©dagogiques ….
Le SE-Unsa demande à ce qu’ils bénéficient eux aussi de la prime.
 
Mesures catégorielles
Si aucune mesure concrète n’a Ă©tĂ© annoncĂ©e pour l’instant, le SE-Unsa note l’augmentation de 50 % par rapport aux enveloppes allouĂ©es en 2019 et en 2020 (passage de 30 Ă  45 millions d’euros). Les mesures de revalorisation financière des directeurs devraient se retrouver dans cette enveloppe, mais ils n’en seront pas les seuls personnels bĂ©nĂ©ficiaires.
Ces mesures seront discutées dans les prochaines semaines avec les partenaires sociaux.
 
Les AESH oubliés
Le SE-Unsa a rappelé que les AESH rémunérés moins de 800 euros par mois ne pouvaient pas être absents de cette première étape de la revalorisation. Il serait inconcevable que la situation de nos collègues ne soit pas mise sur la table. Le SE-Unsa demande un geste significatif de la part du ministère sur la rémunération des AESH.
 
Des ratio de hors-classe en hausse
Concernant les ratio hors-classe, il est prĂ©vu de passer de 17 % Ă  18 %, ce qui permettrait Ă  1 700 collègues de plus par an d’y accĂ©der. Dans le mĂŞme esprit, le SE-Unsa a rappelĂ© sa demande de rĂ©Ă©quilibrage dès 2021 des ratio de la classe exceptionnelle pour ne plus se retrouver avec des promotions perdues comme c’est le cas actuellement.
 
 
Le SE-Unsa a également rappelé ses revendications portant sur la réduction des inégalités entre femmes et hommes ainsi qu’entre corps comparables.
 
Les annonces définitives seront faites en novembre par le ministre qui souhaite lier ces groupes de travail avec le Grenelle de l’Éducation. D’ici là les négociations continuent. Le SE-Unsa sera reçu prochainement en bilatérale.
 

Pour le SE-Unsa, d’autres chantiers devront Ă©galement aboutir dans le cadre d’une loi pluriannuelle. Le rendez-vous de la revalorisation, plusieurs fois reportĂ©, ne devra pas se terminer en rendez-vous manquĂ©.

Pour le SE-Unsa, lorsque la Nation revalorise ses personnels, elle les reconnaĂ®t, les respecte et investit dans son avenir.

 
* Mieux comprendre : pourquoi parle-t-on de 400 ou de 500 millions d’euros par an ?
Les mesures annoncĂ©es pour 2021 ne prendront pas toutes effet au 1er janvier. Par exemple, les primes d’attractivitĂ© ne devraient pas dĂ©buter avant mai. Par consĂ©quent l’enveloppe budgĂ©taire nĂ©cessaire pour 2021 sera infĂ©rieure Ă  celle qu’il faudrait pour une annĂ©e pleine. Ă€ partir de 2022 ce seront donc bien 500 millions par an qui seront allouĂ©s pour la pĂ©rennitĂ© des futures mesures.

 

 
 
 
 
ALC