SECTION SE-Unsa de la MARNE - 15 BD DE LA PAIX - BP 30149 - 51055 REIMS CEDEX
Tél. 03 26 88 25 53 - Fax. 03 26 40 92 78 - Por. 06 14 25 31 19 - 51@se-unsa.org

 
CHSCT acadĂ©mique du 5 mai 2020 : reprise après dĂ©confinement
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

CHSCT académique du 5 mai 2020 - Visioconférence

Ont siĂ©gĂ© pour l’Unsa Education : Jean-Michel Alavoine et Aline Geeraerts. Mme la Rectrice prĂ©sidait la sĂ©ance. Le Dr Stienne Ă©tait prĂ©sente aussi.

C’est un CHSCT Ă  ordre du jour unique « Reprise après le dĂ©confinement du 11 mai Â».

Les membres du CHSCT dont une déclaration liminaire. (Lire ci-dessous).

 

1/ La Rectrice prĂ©sente les grandes lignes des protocoles sanitaires et de la circulaire ministĂ©rielle. Indique qu’ils sont très dĂ©taillĂ©s et contraignants, mais sont intangibles. Elle les estime rassurants.  

  • DĂ©confinement pour les services administratifs en Dsden et Rectorat. Pour les personnels administratifs, elle organise un maximum de tĂ©lĂ©travail pour environ 50% des personnels, et adapte suivant les mĂŞmes règles de distanciation physique dans les bureaux.
  • Environ 30 Ă  40 % des familles indiquent vouloir remettre leur enfant Ă  l’école.
  • Les infirmières scolaires et mĂ©decins feront des formations aux gestes sanitaires dans les Ă©coles et Ă©tablissement.
  • Les masques seront livrĂ©s cette semaine et doivent ĂŞtre sur site le 11 mai (en circo pour le 1er degrĂ©, nous nous demandons s’ils seront dans les Ă©coles Ă  cette date). Ils seront renouvelĂ©s autant que de besoin. Des flacons individuels de gel seront aussi livrĂ©s, ainsi que des lingettes virucides.
  • La carte de dĂ©confinement « rouge / vert Â» : mise Ă  jour tous les 15j. Pour le 2nd degrĂ©, si rouge, pas de reprise. Les choses pourront ĂŞtre revues (on n’a pas d’infos)
  • La rectrice communiquera aux personnels jeudi 7.
  • Un comitĂ© de suivi sanitaire est constituĂ© : les reprĂ©sentants des personnels demandent Ă  en faire partie. C’est non, en interne. (Nous pensons avoir toute lĂ©gitimitĂ© pour en faire partie). La rectrice confirme que « toutes les cases doivent ĂŞtre cochĂ©es Â» pour la reprise
  • La reprise est progressive

 

Pour l’Unsa éducation, c’est bien parce que nous sommes dans une espèce d’urgence à la reprise, sans réponses à un ensemble de questions que les personnels sont très inquiets, alors que le virus est très présent dans notre région. La précipitation n’est pas admissible. Nous avons témoigné de l’extrême stress des directeurs en particulier, quant à l’organisation de la reprise, qui représente un vrai casse-tête.

La rectrice indique aussi que la notion de « classe Â» pourra ĂŞtre abandonnĂ©e. Ce seront des groupes, et il faudra organiser le distanciel avec les personnels en distanciel, ou organiser des roulements.

Pour l’Unsa Education, les enseignants ont fait un travail Ă©norme, ont bouleversĂ© leurs façons d’enseigner Ă  distance pour les 8 semaines de confinement, et on leur demande maintenant de rebouleverser tout Ă  nouveau pour 30 jours de classe. On en demande beaucoup, et particulièrement au premier degrĂ©. Dans la circulaire parue hier, il y a quand mĂŞme des objectifs d’apprentissage, est-ce rĂ©aliste ? L’application des gestes sanitaires va facilement reprĂ©senter 1h30 Ă  2h chaque jour. Cela interroge quand mĂŞme le sens de nos missions. La question de la maternelle est prĂ©gnante aussi. Il y a beaucoup de diffĂ©rences d’organisation dans notre dĂ©partement.

La rectrice précise être bien consciente de tout ce travail fourni par les enseignants. Elle l’a exprimé dans ses prises de parole par circulaire. Elle indique aussi que l’accueil des enfants de soignants n’a pas posé de difficulté et remercie les personnels, également pour leur réactivité.

Elle conseille encore de prendre son temps.  Pour les collèges et lycĂ©es, il y en a encore plus. 

Elle estime que le taux de remplissage des « locaux Â» devrait ĂŞtre de 50% dans un premier temps et voir ensuite Ă  augmenter en fonction de la situation sanitaire. (Ce qui ne nous rassure pas et implique que les choses soient souvent revues, c’est Ă©puisant)

C’est un temps d’expérimentation car le virus n’aura pas disparu à la rentrée de septembre.

 

 2/ De nombreux Ă©changes ont lieu avec les reprĂ©sentants des personnels, un peu sous forme de foire aux questions.

  • Personnels en fragilitĂ© de santĂ©, vulnĂ©rable, « Ă  risque Â», ou en proximitĂ© de membres de la famille Ă  risque : Ils sont sur demande placĂ©s en tĂ©lĂ©travail s’ils peuvent travailler, ou en autorisation d’absence, si impossibilitĂ© d’effectuer du tĂ©lĂ©travail. Faire la demande au supĂ©rieur hiĂ©rarchique
  • Personnels-parents dont les enfants ne peuvent reprendre la scolaritĂ© (pas d’accueil …pas de crèche) : ils font une demande pour ĂŞtre placĂ©s en tĂ©lĂ©travail
  • Personnels-parents qui choisissent de ne pas remettre leur enfant en classe : ils font une demande de mise en tĂ©lĂ©travail, mais doivent justifier que l’autre parent ne peut garder l’enfant. (L’Unsa a beaucoup insistĂ© pour que ce soit clairement dit. ConfirmĂ© nationalement au comitĂ© technique)
  • Quid des enseignants affectĂ©s sur plusieurs Ă©coles ? il faudra qu’ils s’imprègnent des protocoles de toutes leurs Ă©coles ? Quid des remplaçants ? La rectrice convient que c’est une vraie question et recherchera des solutions
  • Quid des personnels de Rased ? doivent-il rester dans leur Ă©cole de rattachement ? Des BDFC ? les formations sont supprimĂ©es … Quel est leur service ?
  • Les rĂ©unions d’équipe ? Il y a facilement plus de 10 personnes.--> Mettre des masques et se distancier. Si possible par tĂ©lĂ©confĂ©rence.  
  • Qui juge de la faisabilitĂ© du protocole ? Comment s’opposer Ă  la volontĂ© de rĂ©ouverture de la collectivitĂ© territoriale ? les questions de responsabilitĂ© inquiètent. La rectrice indique que toute l’organisation est faite avec les partenaires, en concertation. (Nous en doutons). S’il y a besoin de temps pour s’organiser avec les mairies, il faut prendre ce temps.
  • Quelle lĂ©gitimitĂ© a la collectivitĂ© Ă  choisir elle-mĂŞme les niveaux de reprise des Ă©lèves ? N’est-ce pas aux enseignants de le faire ? Ă  C’est un partenariat. (Nous sommes sceptiques)
  • Entretien des locaux : parfois fait par des prestataires, qui en temps ordinaire ne sont pas toujours efficients ... InquiĂ©tude encore. MĂŞme rĂ©ponse : si pas application du protocole pleinement, pas d’ouverture.
  • Les AESH sont très inquiets. Ils sont en grande proximitĂ© avec les Ă©lèves dont ils s’occupent. Il n’y a pas de prĂ©conisation pour eux dans la circulaire--> ils auront des masques comme tous les personnels.
  • Intervention du Dr Stienne : Le virus va continuer Ă  circuler, il faut donc ĂŞtre dans un processus d’éducation aux gestes sanitaires et aux bonnes habitudes, pour tout dans la vie. Pour les questions des Ă©quipements des infirmières et mĂ©decin, il y aura des Ă©quipements, mais il n’y aura sans doute pas de visites mĂ©dicales avant longtemps. Les locaux dĂ©diĂ©s aux centres mĂ©dicaux doivent ĂŞtre entretenus par les collectivitĂ©s, il faut leur rappeler si nĂ©cessaire.
  • L’inspecteur SST , Monsieur Hourriez, indique qu’il faudra intĂ©grer les principes de prĂ©vention sur le sujet des pandĂ©mies grippales au plan de prĂ©vention acadĂ©mique.

Ce CHSCT s’est déroulé sous une forme inhabituelle. Nous ressentons bien l’urgence à avoir des réponses. Ce n’est pas le lieu pour cela.

Aline Geeraerts et Jean-Michel Alavoine

 

DĂ©claration CHSCTA 05/05/2020

FSU - UNSA

 

Le ministère avait indiquĂ© vouloir co-construire les modalitĂ©s de retour des Ă©lèves Ă  l’école. Madame la rectrice avait par ailleurs communiquĂ© le 27 avril Ă  l’ensemble de la profession que la reprise « se construira dans l’échange et le dialogue avec l’ensemble des acteurs du système Ă©ducatif, collectivitĂ©s locales, reprĂ©sentants des personnels, des parents et des Ă©lèves, au cas par cas, de manière progressive, pragmatique et adaptĂ©e aux rĂ©alitĂ©s de terrain Â». Pourtant, aucun reprĂ©sentant des personnels n’a Ă©tĂ© associĂ© pour le moment Ă  la rĂ©flexion qui a Ă©tĂ© conduite depuis le 14 avril.

Nul doute que la tenue de ce CHSCT exceptionnel est surtout l’occasion pour les représentants du personnel de rappeler que cette instance est avant tout une instance de débat sur les conditions de travail qui ne saurait se limiter à une communication d’informations et de justifications comme nous pouvons trop souvent le constater.

Le contexte sans prĂ©cĂ©dent dans lequel nous nous nous trouvons aujourd’hui ne permet pas de remettre en cause cette prĂ©rogative. Au contraire ! Il aurait dĂ» ĂŞtre l’occasion de s’emparer collectivement d’une problĂ©matique Ă©vidente et essentielle Ă  cette instance : la prĂ©vention !

Est-il nĂ©cessaire de rappeler aux acteurs de la prĂ©vention que nous sommes qu’elle repose sur trois domaines : les facteurs humains, organisationnels et matĂ©riel.

Si un protocole sanitaire, fortement inspirĂ© des recommandations du conseil scientifique, Ă©tait attendu, nul doute qu’il serait nĂ©cessaire de rĂ©flĂ©chir Ă  sa mise en Ĺ“uvre en l’intĂ©grant dans un plan de prĂ©vention qui dĂ©clinerait les actions et les moyens prĂ©cis pour atteindre les objectifs affichĂ©s. Cette rĂ©flexion a-elle Ă©tĂ© menĂ©e et est-il aujourd’hui raisonnable de penser qu’elle puisse raisonnablement l’être avec les reprĂ©sentants des personnels ?  Impossible !

Rien ne peut donc garantir aujourd’hui que la réouverture des écoles a été pensée pour préserver la santé des personnels et des familles surtout quand la prévention se limiterait à assigner des objectifs difficilement atteignables et reposant trop facilement sur les ressources personnelles de ses agents.

Un rendez-vous manquĂ© ? Une reprĂ©sentation dĂ©passĂ©e du dialogue social ? Une culture de la santĂ© au travail qui fait dĂ©faut Ă  tous les niveaux de notre ministère ? Autant de questions auxquelles il sera urgent d’apporter des rĂ©ponses d’autant que l’épisode que nous traversons restera un modèle du genre…

Dans l'acadĂ©mie de Reims, le retour en classe ne pourra se faire que lorsque toutes les garanties seront assurĂ©es. La sĂ©curitĂ© doit ĂŞtre la seule prioritĂ©. 

 
 
 
 
 
ALC