SECTION SE-Unsa de la MARNE - 15 BD DE LA PAIX - BP 30149 - 51055 REIMS CEDEX
Tél. 03 26 88 25 53 - Fax. 03 26 40 92 78 - Por. 06 14 25 31 19 - 51@se-unsa.org

 
Carte scolaire acadĂ©mique : projet de rĂ©partition des moyens 1er et 2nd degrĂ©
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Synthèse du projet académique de la carte scolaire rentrée 2020 et compte-rendu complet du CTA

Mesures de rentrée 1er degré :

  • -20 postes dans les Ardennes,
  • - 8 dans l’Aube,
  • +18 dans la Marne,
  • -20 dans la Haute-Marne

Mesures de rentrée 2nd degré :

  • Perte globale de 70 emplois
  • Pas de suppression de poste Psy-en
  • Pas de suppression de postes SantĂ©-Sociaux

Mesure touchant les administratifs et chefs d'Ă©tablissement :

Suppression de 9 emplois (8 en second degrĂ© et 1 sur le Rectorat/ DSDEN) et  un poste de personnel de direction

Les représentants des personnels ont voté contre à l'unanimité, le CTA sera réuni à nouveau dans les jours qui viennent pour acter les mesures définitives.


 


 

Compte rendu du Comité Technique Académique (CTA) de l’académie de Reims

du lundi 20 janvier 2020 Ă  14h30 au rectorat (Reims)

 

Membre de l’administration du Rectorat de Reims présent.e.s

Mme INSEL, Rectrice d’académie

M. Cyrille BOURGERY, Secrétaire Générale d’Académie Adjoint DRH

Monsieur Jean-Roger RIBAUD, DASEN des Ardennes

Madame Christelle GAUTHEROT, DASEN de la Haute Marne

Monsieur Frédéric BABLON, DASEN de l’Aube

Madame Graziella De Souza Ponts, secrĂ©taire gĂ©nĂ©rale de  la DSDEN de la Marne

Mme Delphine VIOT-LEGOUDA, Secrétaire Générale adjointe

Monsieur Grégory REGHOUYA, Chef de division du SPFE

Madame Elza Van de Vijver, Secrétaire générale adjointe

 

Représentant.e.s de la Fédération Unsa Education Grand Est académie de Reims présent.e.s

Jean-Michel ALAVOINE, SE-UNSA Reims (Enseignants)

Mickaël ADAMKIEWICZ, SA A&I UNSA Reims (Administratifs)

Arnaud MEILHAN, SRAA UNSA Education Reims (Tous personnels)

Sylvie GANTHIER, SE-UNSA Reims (Enseignants)

VĂ©ronique BRACONNIER, SNPDEN UNSA Reims (Chefs d'Etablissement)

Sandrine MAHOURAUX, ITRF BI-O UNSA Reims (Techniciens, Labo, Bibliothèques et ouvriers)

 

 

Ordre du jour

 

Point 1 : Approbation du procès-verbal de la séance du 18 novembre 2019

Point 2 : Carte des formations (pour avis)

Point 3 : Répartition des emplois du 1er degré (pour avis)

Point 4 : RĂ©partition des emplois d’enseignement du Second degrĂ© (pour avis)

Point 4 : Mesures de rentrĂ©e en emplois autres personnels (pour avis)     

Point 5 : Questions diverses


 


SecrĂ©taire adjoint de sĂ©ance : l’UNSA

 

Mme la Rectrice présente ses vœux et informe le CTA du départ de Monsieur Philippe en Nouvelle Aquitaine. Madame Viot est secrétaire générale adjointe en attendant la nomination d’un nouveau secrétaire général.

La FSU fait lecture de sa déclaration liminaire.

Le SGEN CFDT fait lecture de sa déclaration liminaire.

 L’UNSA Education fait lecture de sa dĂ©claration liminaire :  


 


 

 

Déclaration de l’UNSA-Education au CTA du 20 janvier 2020

 Madame la Rectrice, Mesdames, Messieurs,

 Avant de commencer sa dĂ©claration liminaire, l’Unsa-Éducation tient Ă  exprimer sa profonde tristesse et sa sympathie Ă  la famille et aux collègues de l’enseignant au LPO de Revin qui s’est suicidĂ© durant les congĂ©s de fin d’annĂ©e.

 L’attachement viscĂ©ral de l’Unsa-Education au « bien vivre ensemble Â» nous incite Ă  nous conformer au traditionnel Ă©change de bons vĹ“ux en dĂ©but d’annĂ©e. Aussi, Madame la Rectrice, Mesdames Messieurs, recevez, Ă  titre personnel, les meilleurs vĹ“ux de l’Unsa-Education. A titre personnel, car institutionnellement parlant, l’exercice est, cette annĂ©e, particulièrement difficile, mĂŞme pour une organisation syndicale ouverte au dialogue comme l’Unsa, tant le climat politique et les tensions sociales sont vives et persistantes.

En effet, comment l’annĂ©e pourrait-elle ĂŞtre bonne pour les personnels que nous reprĂ©sentons ?

La réforme des retraites, les suppressions de postes à la rentrée prochaine, ou encore la mise en place de la loi de transformation de la Fonction publique à compter du 1er janvier 2020 sont autant de sujets anxiogènes pour les personnels de l’Éducation nationale.

La rĂ©forme des retraites gĂ©nère au mieux de vives inquiĂ©tudes quant elle ne provoque pas des rĂ©actions Ă©pidermiques de rejet. Et force est de constater que jusqu’à prĂ©sent, rien ne permet d’affirmer que cette rĂ©forme ne fera pas de perdant. Cependant, si ce gouvernement n’a pas jusqu’ici produit un projet convenable, il est dĂ©terminĂ© Ă  le faire passer. Doit-on alors se contenter de demander le retrait de ce projet, retrait qui ne sera pas prononcĂ©, c’est Ă©vident ...et ainsi laisser faire ce gouvernement ? A l’Unsa, nous pensons que non, et que nous devons tout faire pour obtenir des avancĂ©es et Ă©viter les reculs. Nous faisons le choix d’un syndicalisme de l’efficacitĂ© qui agit Ă  la fois dans la mobilisation et dans la nĂ©gociation. C’est notre approche rĂ©formiste exigeante des dossiers, qui nous fait prendre le temps de regarder prĂ©cisĂ©ment les tenants et aboutissants de ce dossier très complexe et technique.

Mais au-delà des inquiétudes et désaccords exprimés par les personnels sur la réforme des retraites, la durée du mouvement témoigne aussi du ras le bol de ne pas voir reconnues les difficultés dans l’exercice des métiers qui se compléxifient alors que les discours et décisions ministériels péremptoires les déstabilisent sans cesse.

Un autre grand sujet du moment réside dans les mesures de carte scolaire pour la rentrée prochaine. Une fois de plus notre académie se trouve fortement impactée. 30 retraits d’emplois dans le 1er degré, 70 dans le second degré auxquels s’ajoute 9 suppressions chez les personnels administratifs et de laboratoire et 1 suppression de poste de personnel de direction.

Comment peut -on croire que la qualitĂ© de l’enseignement apportĂ©e aux Ă©lèves ne sera pas impactĂ©e ? Les discours ministĂ©riels ne convainquent pas les personnels. Et ce n’est pas l’augmentation du P/E qui suffira Ă  faire passer la pilule. Les difficultĂ©s des personnels sur le terrain sont toujours bien là…

Du cĂ´tĂ© des personnels administratifs le malaise est tout aussi fort. Pour tout dire, la situation est alarmante. Comment entendre qu’il s’agit de mesures de rĂ©Ă©quilibrage quand chacun au quotidien croule sous les dossiers ? Bien souvent les personnels n’ont mĂŞme pas le temps d’être en arrĂŞt maladie alors que leur santĂ© l’exigerait, comme ils n’ont pas plus le temps de participer Ă  des actions de formation, car pendant ce temps des dossiers viendraient encore grossir la pile des tâches Ă  accomplir.

Autre sujet : le nouveau pĂ©rimètre du dialogue social issu de la mise en place de la loi de transformation de la Fonction publique.

 Nous vivons nos dernières CAPA dans le cadre des dispositifs d’avancement d’échelon et de changement de grade. Nous n’avons dĂ©jĂ  plus de CAPA mutations et nous n’aurons pas plus de groupes de travail, Ă  moins que localement, Madame la Rectrice fasse preuve de souplesse comme nous le revendiquons. Tout comme nous exigeons de continuer Ă  ĂŞtre destinataire de tous les documents collectifs ayant trait Ă  la carrière des collègues. C’est en effet dans l’intĂ©rĂŞt de tous (personnels que nous reprĂ©sentons et hiĂ©rarchie) que nous voulons continuer Ă  exercer nos mandats et nos missions de vĂ©rification des opĂ©rations, de propositions d’amĂ©lioration et d’information en direction des collègues. Ce dĂ©mantèlement des CAP ne peut que produire de la mĂ©fiance, dĂ©fiance et crispation envers leur employeur !

La perte de confiance des enseignants envers l’institution impacte immanquablement leur qualité de vie au travail.

Alors, bien sûr, le dialogue social ne se résume pas aux seules CAPA et groupe de travail mouvement/mutation. Nous participerons désormais à d’autres groupes de travail, plus généralistes… mais concernant le suivi des collègues tout est fait pour nous tenir à l’écart. Les collègues qui n’avaient jusqu’à présent pas encore réalisé ce qu’il y avait dans cette loi commencent à comprendre. La défiance vis-à-vis du ministère et plus généralement de l’État déjà forte risque bien de s’intensifier encore.

 Autre sujet, plus pĂ©dagogique, celui-ci : les E3C.

C’est aujourd’hui que dĂ©bute la pĂ©riode de passation des E3C. Qui se sent aujourd’hui suffisamment armĂ© pour les mettre en place ? Tant les chefs d’établissement que les enseignants ou encore les personnels administratifs s’interrogent.

La communication ministĂ©rielle n’a une fois encore convaincue personne. Car pratiquement la banque nationale numĂ©rique des sujets n’a Ă©tĂ© disponible qu’en dĂ©cembre. Qui va numĂ©riser les copies ? Comment le système va-t-il absorber les 3 millions de copies attendues avec 10.000 correcteurs dans un temps restreint ? On pourrait aussi parler des programmes impossibles ou mal ciblĂ©s et d’un alourdissement des tâches des enseignants.

 Enfin, concernant la mise en place de la RH de proximitĂ©, Lorsqu’on examine la fiche de poste et la rĂ©munĂ©ration affĂ©rente on peut s’interroger sur les moyens rĂ©els mis en place. Un rapide calcul fait apparaĂ®tre que les candidats Ă  ces fonctions, pas Ă©videntes sur le plan humain, toucheront environ 10 € de l’heure…  Heureusement qu’il s’agit d’une prioritĂ© nationale.  


 


Carte des formations (pour avis)

Madame VIOT : Document proche de celui prĂ©sentĂ© lors du dernier CTA

Le plus de propositions pour l’axe 1 : adapter l’offre de formation aux besoins Ă©conomiques et des territoires

Nouveau BTS à Bazeilles, ouverture à Charles de Gonzagues pour renforcer l’attractivité de l’établissement,…

SGEN : Bac pro composite Ă  Diderot : pourquoi cette baisse de recrutement ?

Madame VIOT : Bac pro qui recrute mal depuis longtemps et toujours des effectifs très faibles, en plus, offre en plasturgie trop importante dans l’acadĂ©mie avec 3 Ă©tablissements qui le proposent (Bazin, Hessel, Langres)

La carte des options n’est pas figĂ©e !

 

Répartition des emplois du 1er degré (pour avis)

Madame VIOT : un des P/E le plus Ă©levĂ© juste derrière la Corse, baisse 1706 Ă©lèves pour la prochaine rentrĂ©e, retrait de 30 emplois. Une telle baisse d’élève aurait justifiĂ© un retrait de 110 postes mais maintien de 80 pour rĂ©pondre aux dĂ©doublements, et aux 24 Ă©lèves dans les classes de grande section de maternelle.

Mesures de rentrĂ©e : -20 postes dans les Ardennes, - 8 dans l’Aube, +18 dans la Marne, -20 dans la Haute-Marne

UNSA : un P/E en augmentation partout, donc tout va très bien, sauf que les collègues n’ont pas ce sentiment que tout va bien ! Comment va-t-on encore pouvoir rendre 20 postes dans certains dĂ©partements ! Les difficultĂ©s sur le terrain sont bien lĂ . Derrière ce discours rassurant du premier ministre, nous voulons vous faire part de l’incomprĂ©hension des collègues.

Madame la Rectrice : une acadĂ©mie qui perd des Ă©lèves mais on travaille pour rĂ©duire le nombre d’élèves en maternelle, notamment dans la zone urbaine de Reims

Monsieur Jean-Roger RIBAUD : Une baisse importante dans la grande majoritĂ© des Ă©coles, hormis dans le pays rethelois mais une carte scolaire qui ne dĂ©tĂ©riore pas les conditions de travail avec le maintien des CP/CE1 dĂ©doublĂ©s, des 24 Ă©lèves en grande section,…

Madame Christelle GAUTHEROT : MĂŞme dĂ©marche en Haute-Marne avec une prise en compte du nombre de niveaux par classe.

Monsieur FrĂ©dĂ©ric BABLON : 22 Ă©lèves par classe dans l’Aube donc pas de dĂ©gradation des conditions de travail en milieu rural

 VOTE : CONTRE  Ă  l’unanimitĂ©

 

N°4 : RĂ©partition des emplois du Second degrĂ© (pour avis)

Madame VIOT : StabilitĂ© du nombre des Ă©lèves mais une baisse de 70 postes avec une disparition de 64 postes et transformations de 6 ETP en Heures supplĂ©mentaires. Un choix de madame la rectrice : la prise en compte dans les seuils des Ă©lèves d’Ulis, les seuils sont maintenus en Ă©ducation prioritaire,… 627 postes en Collèges, 81 postes en SEPGA, -32 postes en LycĂ©es, - 4 postes en LP et EREA.

 VOTE : CONTRE Ă  l’unanimitĂ©

N°5 : Mesures de rentrĂ©e en emplois autres personnels (pour avis)

Madame VIOT : suppression de 9 emplois (8 en second degrĂ© et 1 sur le Rectorat/ DSDEN) un poste de personnel de direction. Mise en place de GT.

UNSA : Quel recrutement pour le poste de Vitry-le-François ?

Madame VIOT : DĂ©jĂ  publiĂ© et mĂŞme pourvu, gĂ©rĂ© par le ministère. Transparence respectĂ©e car publication officielle

UNSA : indignation devant la suppression de ces emplois administratifs, cette nouvelle rajoute un poids supplĂ©mentaire sur nos collègues alors qu’ils sont dĂ©jĂ  sous pression (manque de remplacement). Augmentation du nombre de demande de temps partiel liĂ© au surcroit de travail.

VOTE : CONTRE à l’unanimité

 

N°5 : Questions diverses

Questions de l'UNSA : modalitĂ©s de mise en oeuvre des nouvelles disposition de rupture conventionnelle ?

Monsieur Bourgery : Textes publiĂ©s rĂ©cemment, dispositif bien accessible dans le principe mais besoin des Ă©lĂ©ments d’application donc trop tĂ´t pour envisager une mise en oeuvre acadĂ©mique, donc pas assez d’élĂ©ments

Question des E3C ?

Madame la Rectrice : Les E3C ont dĂ©marrĂ© ce matin, la banque nationale des sujets a dĂ©marrĂ© avec une semaine de retard, mais uniquement une semaine. L’inquiĂ©tude est montĂ©e de toute part. Une banque qui s’alimente au fur et Ă  mesure. Il est prĂ©vu qu’elle soit ouverte Ă  tous l’an prochain. Les E3C sont un compromis entre un contrĂ´le continu qui suppose un travail rĂ©gulier des Ă©lèves pour rompre avec le bachotage et un examen final. IdĂ©e de rĂ©partir les risques et possibilitĂ©s de progresser grâce aux annotations des copies. Cela n’est qu’un contrĂ´le continu et non pas une Ă©preuve de bac finale. C’est la raison pour laquelle chaque Ă©tablissement organise ses Ă©preuves comme il le souhaite.

 

 

 
 
 
 
ALC