SECTION SE-Unsa de la MANCHE - MAISON DES SYNDICATS - 2BIS RUE LEON DERIES - BP 421 - 50000 SAINT LO CEDEX
Tél. 02 33 57 64 59 - Por. 06 75 88 98 23 - 50@se-unsa.org

 
Conseil dĂ©partemental de la formation continue : tout va très bien Mme la marquise.
Article publié le vendredi 16 novembre 2018.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le conseil départemental de la formation continue s'est tenu ce matin vendredi 16 novembre à la DSDEN. Longtemps endormie, cette instance, qui n'était même plus convoquée par le passé, fait l'objet d'une attention renforcée ces dernières années. C'est un point largement positif.

En revanche, l'optimisme ambiant affiché par la DSDEN sur le chapitre de la formation continue aurait de quoi faire sourire si les enjeux n'étaient pas aussi immenses pour l'ensemble de notre profession.

L'amélioration de la formation continue des enseignants est pourtant considérée par nos collègues comme une priorité. Selon les résultats du baromètre Unsa-Education 2017/2018, vous êtes 31,8 % à souhaiter que la formation fasse l'objet d'améliorations.

Et si la DSDEN n'est pas encore convaincue par l'urgence de ce chantier, nous pouvons également la renvoyer vers le rapport de l'Inspection générale de l'Education nationale en date de juin 2017 consacré à la formation continue des professeurs du premier degré.

Rapport dont la synthèse ne laisse place à aucune équivoque. Extrait : "En conclusion,la formation continue dont bénéficient les professeurs est estimée comme indispensable par les interlocuteurs de la mission. Cependant, le constat est manifeste de la difficulté des dispositifs à répondre aux attentes des professeurs. C'est d'abord la conséquence d'une gouvernance et d'un pilotage qui se sont progressivement éloignés des attentes du terrain. C’est aussi un manque de renouvellement, aux yeux des professeurs des écoles, des contenus et des modalités de la formation. L’absence de réseaux de formateurs mieux constitués et mieux formés est également en cause."

De quoi tempérer l'enthousiasme de la DSDEN.

Au menu de ce CDFC, une large place a été consacrée à la question des stages à destination des collègues en postes partagés avec des PES. Selon la DSDEN, les retours des collègues sont unanimement positifs quant à la qualité de ce dispositif. Au Se-Unsa, nous avons au contraire des retours mitigés voire franchement énervés de la part de nos collègues quant à cette action de formation. Le choix d'exercer à temps partiel, le choix de postuler sur une direction sont des démarches totalement indépendantes des affectations de PES en complément de décharge par la DSDEN. Dans quelle mesure ces choix induiraient-ils que nos collègues se voient insidieusement confier des tâches de tuteur, voire même de formateur à l'égard des stagiaires qui effectuent leur complément de service ? Malgré les dénégations de la DSDEN sur ce point précis, nous nous interrogeons sur la motivation d'un tel stage : que l'exercice partagé sur une classe recouvre une réalité différente de celle d'un exercice à temps plein, nous ne le nions absolument pas mais dans ce cas, cette action de formation devrait s'adresser à l'ensemble des collègues en poste partagé et pas simplement aux collègues en binôme avec des PES.

ESPE : ça vous chatouille ou ça vous gratouille ?

A l'occasion de la tenue de ces stages à destination des collègues en binôme avec des PES, nous avons tenu à dire nos réserves et nos interrogations quant à l'organisation de la formation dans cet article en date du 4 octobre, article que nous avons également affiché à l'Espé de Saint-Lô. Dans la mesure où des représentants de l'Espé étaient présents au sein de ce CDFC, nous eussions pu espérer, avec la candeur qui nous caractérise, une prise de conscience de la part de l'ESPE et de la DSDEN des difficultés rencontrées par les PES au cours de leur année de formation.

Visiblement, nous avons dû mal nous exprimer dans cet article puisque nos interlocuteurs ne retiennent de cet article qu'un caractère diffamatoire - difficulté d'expression sans doute due à un déficit de formation continue - et le fait que nous ayons écrit que les projets des stagiaires concernaient davantage l'enseignement du sport et des sciences plutôt que l'enseignement de la grammaire par exemple. On n'enseigne pas les sciences à l'ESPE, c'est une méconnaissance complète de l'Education nationale, nous disent les représentants de l'ESPE. Une telle assertion alors que nous relatons le mal être des stagiaires au cours de leur formation nous laisse songeurs.

Quant au choix des écoles accueillant des PES, la DSDEN nous dit étudier avec le plus grand sérieux les conditions d'exercice au sein de ces écoles. Nous n'en doutons pas un seul instant. Le problème, c'est que l'on continue d'affecter des stagiaires en REP+, le problème c'est que l'on plonge des collègues dans des situations très difficiles et que nous avons des retours du terrain sans équivoque sur les difficultés rencontrées par les collègues.

Dans notre article en date du 4 octobre, nous proposions une table ronde sur la question. La proposition tient toujours.

 
Nos campagnes
 
Santé
 
Changer de métier, évoluer
 
Mouvement
 
Conditions de travail
 
Concours
 
ALC