Retour à l'article normal

SE-UNSA 44


 Par SE 44
 Le  dimanche 24 janvier 2016

Pourquoi l’Unsa, et donc le SE-Unsa n’appellent-ils pas à la grève le 26 janvier ?

 

Dans la fonction publique, cet appel à la grève émane d’organisations syndicales non signataires du Protocole Parcours Professionnels Carrière Rémunération. Il a donc pour objet, d’en contester le contenu.

L’Unsa s’est, de son côté, prononcée en faveur de ce projet. Elle estime qu’un accord qui introduit des règles d’équité dans la gestion de la carrière, qui conduit à la transformation des primes en points d’indice et qui garantit à tous l’accès à la hors classe sur une carrière complète doit être apprécié positivement.

C’est là un premier point de divergence fondamental.

Pour l’Unsa, la problématique de la négociation salariale est connue après 5 ans de blocage de la valeur du point d’indice. La date de la négociation fixée en février et prévue initialement en décembre 2016 a été actée dans l’accord PPCR suite à une demande de l’UNSA. Ce n’est pas une journée d’action préalable à l’ouverture de ces discussions qui permettra d’obtenir plus.

Pour l’UNSA, cette forme d’action syndicale destinée à construire un rapport de force préalable ne correspond plus aujourd’hui aux attentes des salariés.

Dans l’Education nationale, la plateforme revendicative concerne :

  • Dans le premier degré, la problématique de l’ISAE. Or, chaque organisation syndicale sait pertinemment aujourd’hui que ce point sera traité dans les négociations PPCR. La ministre de l’Education nationale l’a encore confirmé au SE-Unsa par courrier, cette semaine. Là encore, on invite les collègues à perdre une journée de salaire avant même de connaître les termes de la négociation.
    lire l'article et le courrier de la Ministre

  • Dans le second degré, la réforme du collège est de nouveau le principal support de l’appel à la grève. Le SE-Unsa porte une appréciation diamétralement opposée à celles de cet appel. Il est actuellement mobilisé, en syndicat utile, pour veiller à ce que les DGH transcrivent concrètement les créations de postes annoncées nationalement.

Pour le SE-Unsa, ce qu’attendent aujourd’hui les salariés en général et les enseignants et personnels d’éducation en particulier, ce sont des avancées concrètes sur leur fiche de paye. Les négociations PPCR conduiront à cela et c’est bien ce sujet qui doit mobiliser les énergies et non une énième journée de salaire en moins.