SECTION SE-Unsa de la LOIRE ATLANTIQUE - 6 PLACE DE LA GARE DE L ETAT - CP 6 - 44276 NANTES CEDEX 2
Tél. 02 40 35 06 35 - 44@se-unsa.org

 
CR et déclaration CTSD du 14 octobre 2022 bilan 1er et 2nd degré
Article publié le lundi 17 octobre 2022.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
 
Hommage Ă  Samuel Paty 
c’est surtout  le lundi  qui a Ă©tĂ© choisi dans un contexte social tendu. Des rĂ©surgences plutĂ´t inquiĂ©tantes au niveau national, suite Ă  la mort de la jeune Iranienne. 

 

Réponses à nos déclarations (UNSA EDUCATION / FO / FSU / SGEN): élèves porteurs de handicap.

Vous pouvez lire notre déclaration en pièce jointe en bas de cet article.

Dasen :  Situation totalement atypique : La MDPH fonctionne de manière très particulière en Loire Atlantique. ProblĂ©matique avec la rĂ©partition des AESH individuelles et mutualisĂ©es.  La CNSA (Caisse nationale de la SolidaritĂ© pour l’Autonomie) donne un cadre national :20% d’aide individuelle et 80% d’aide mutualisĂ©e. Dotations Ă©laborĂ©es en fonction des effectifs et par rapport Ă  une moyenne nationale. La MDPH Notifie bien au-delĂ . Cela a Ă©tĂ© annoncĂ© au Ministère. Le directeur reconnait cet Ă©tat de fait mais ne peut pas actuellement faire avancer les choses. Cette rentrĂ©e nous avons travaillĂ© Ă  doter les notifications de l’an dernier et celles qui arrivent.

La difficulté n’est pas ignorée du ministère, ni de l’ARS (Agence régionale de Santé). L’ARS subit la même pression car augmentation considérable de toutes les notifications pour des établissements spécialisés. Nous travaillons localement avec l’ARS à essayer de trouver des solutions.
L’Inspection générale a rencontré la MDPH et leur a dit leur mécontentement.
On ne reçoit pas les notifications, ce sont les familles qui la communiquent à l’école. On est saisi pour le recrutement. Le seul aperçu c’est quand on suit un établissement ou une école.
L’objectif est que les Ă©lèves deviennent autonomes. En ce sens, on a crĂ©Ă© les AESH MutualisĂ©es au sein de l’EN pour accompagner au mieux les Ă©lèves vers l’autonomie. 
412 Ă©lèves avec notifications pour des structures spĂ©cialisĂ©es qui n’ont pas de places. 289 en  classes dites ordinaires, 183 en ULIS. L’UNSA EDUCATION dĂ©nonce cette situation depuis quelques annĂ©es ; elle engendre des souffrances pour les Ă©lèves surtout, mais Ă©galement  les Ă©quipes de professionnels dans les classes (AESH, Enseignant.es, ATSEM). 

 

Commission situation de crise pour les Ă©lèves perturbateurs : 
Critères pris en compte : toutes les écoles qui rencontrent une situation de tension peuvent solliciter cette instance se réunit au moins une fois par mois. Dépend vraiment de la gravité de la situation. Les écoles sont guidées par les ien pour solliciter la commission de situation de crise. Encourager les écoles à prévenir les IEN, qui verront avec les inspecteurs ASH.
 
PIAL
Dimensionnement des PIAL pour les rendre plus petits et plus inter degré. Depuis le mois de juin formation des pilotes de PIAL et formation des coordonnateurs.
Coordonnateurs PIAL : Rechercher des coordonnateurs, cela a pris du temps. Beaucoup sont des  directeurs de  SEGPA mais Ă©galement des AESH. Quelques personnels Ă©ducatifs et des  Coordonnateurs ULIS.  Les pilotes de PIAL devrait bĂ©nĂ©ficier d’IMP et un statut pour les coordonnateurs est Ă  l’étude.  « Hotline » constituĂ©e pour que les coordonnateurs puissent ĂŞtre en lien avec les IEN ASH.
UNSA EDUCATION : il faudra redĂ©finir la carte car, au quotidien certains PIAL ont dĂ©jĂ  dĂ©passĂ© le nombre d’AESH prĂ©vu par la DSDEN (entre 17 et 25). 
La restructuration a mis en difficultĂ© des AESH. La nouveautĂ© du fonctionnement en est une des principales causes. 
Les IEN ASH se déplacent dans les établissements autant que besoin.
CrĂ©ation d’un poste de coordonnateur dys. 
Premier degrĂ©. On priorise les enfants qui ont des problèmes de comportements et qui ne sont pas pris en charge par les Ă©tablissements spĂ©cialisĂ©s. On commence Ă  avoir des aides au niveau des SESSAD. La maison des ados commence Ă  travailler pour cette problĂ©matique. ProblĂ©matique nationale.  Il faudrait pouvoir faire dès la petite enfance des diagnostics.  l’ARS (Agence rĂ©gionale de santĂ©) voit qu’on accueille volontiers des classes spĂ©cifiques,  elle sollicite donc des moyens pour le dĂ©partement.
Constat de la DSDEN : il existe des outils et des personnes ressource mais la communication pour les faire connaître est à revoir. Ils vont travailler pour l’améliorer.
Des groupes de travail vont être mis en place sur l’école inclusive et sur les ULIS pros.
L’UNSA EDUCATION les demande depuis septembre 2021. Nous sommes donc satisfaits de savoir que nous allons pouvoir réfléchir et proposer nos mandats sur l’Ecole Inclusive.
 
Devoirs faits :
Dasen : nous n’avons reçu qu’une demande d’établissement. Chaque annĂ©e bcp d’éts ne se servent pas de leurs enveloppes. 
2 enveloppes + 1 enveloppe l’an dernier.  Cette annĂ©e l’équivalent.  Choix faits en fonction de l’IPS de chaque Ă©tablissement. C’est pour les Ă©lèves repĂ©rĂ©s et volontaires pour une pĂ©riode donnĂ©e.
 
BILAN DE LA CARTE SCOLAIRE
Constats du second degrĂ© reçus  hier : 
. 78620  Ă©lèves.  prĂ©vision -269 En fait, +80  Ă©lèves.
Lycées + 30 élèves
402 Ă©lèves de moins au niveau enseignement supĂ©rieur. 
Lycées Professionnels : stable -13.
+8 de postes d’enseignants dans le département.
Premier degré :
 nouvelle baisse d’élèves :  96468 Ă©lèves
PrĂ©vision : - 377 Ă©lèves . constat : - 649 Ă©lèves. Maternelle : -413  ElĂ©mentaire -236.
+ 28 postes  d’enseignants
P/E (nombre d’enseignants pour 100 élèves) : 5,68.
76 ouvertures de classes 84 fermetures de classes. 4311 classes. 
CrĂ©ations  postes :
 3 ULIS 1 CLA (Ă©cole Mandela) 1UEMA (UnitĂ© d’enseignement en maternelle autisme). 
 
Nos interventions pour des écoles et établissements, suite à des alertes de collègues :
 
Collège de Cordemais 
Nous avons alerté sur la grande difficulté concernant le collège de Cordemais et en particulier les 5è et les 3è. Les collègues sont épuisés et s’interrogent quant à la suite de l’année scolaire. Beaucoup d’élèves à besoins particuliers dans des classes de 30. Quoi mettre en place à court terme ?
DASEN ADJOINTE : Collège de Cordemais : le principal  n’a pas fait du tout Ă©tat de ses difficultĂ©s.  On ne peut pas refuser les dĂ©rogations. Moyens allouĂ©s en juillet surprise de l’ouverture d’une 6è alors que la problĂ©matique Ă©tait sur les 5è et les 3è. 
 
Collège Queral et LP de Pontchateau : 
Fermeture dĂ©finitive de ces deux Ă©tablissements. Nous souhaitons connaitre les modalitĂ©s concernant les postes pour les enseignants. 
Travail avec les principaux pour faire des prĂ©visions d’effectifs. LisibilitĂ©s possibles pour les postes,  transferts de postes. La difficultĂ© c’est anticiper ce que feront les familles. Pour l’instant sont en cours de rĂ©flexion et d’analyse.
Concernant le lycée professionnel, les travaux ont pris du retard. Le calendrier n’est pas encore acté de la part du Conseil Général.
CDEN au mois de décembre pour sectorisation des collèges.
 
Ecoles Linot, Maisonneuve, La Beaujoire,  Pergaud
Nous avons interpellé les membres du CTSD quant à la situation de ces écoles. La nouvelle école Germaine Tillon devait ouvrir à la rentrée, mais faute d’inscrits cela n’a pas été acté. En parallèle, l’école élémentaire de la Beaujoire déménagera dans les locaux de la nouvelle école, car commencent des travaux dans ses locaux. Les très nombreuses constructions de logements entraineront une augmentation des familles et des élèves au fur et à mesure de l’année. La vigilance doit être grande pour ces écoles qui risquent de se retrouver en tension. Pour rappel l’école de la Beaujoire a un Contrat Local d’Accompagnement.
DASEN : c’est la mairie de Nantes qui peut nous donner des chiffres sur les nouvelles familles. Ils seront vigilants. 
 
 

   Declaration_UNSA-Educatio   
(152.9 ko)
 
 
 
 
 
ALC