SECTION SE-Unsa de la LOIRE ATLANTIQUE - 6 PLACE DE LA GARE DE L ETAT - CP 6 - 44276 NANTES CEDEX 2
Tél. 02 40 35 06 35 - 44@se-unsa.org

 
Ni puni·es, ni perdant·es : grève et manifestations le 17 dĂ©cembre
Article publié le jeudi 12 décembre 2019.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Communiqué de presse de l'UNSA


Hier, le Premier ministre a levé le voile sur ses intentions concernant la réforme des retraites. Imprécisions, manque de prospective et nouvelle mesure punitive : tel est le bilan des annonces.
Certes quelques-unes sont à mettre à l’actif des propositions et des actions de l’UNSA :
  • La première gĂ©nĂ©ration concernĂ©e sera celle nĂ©e en 1975. Ce qui permet de protĂ©ger ceux qui sont Ă  12 ans de leur retraite et qui ont fait des choix de carrière et de vie en fonction du rĂ©gime actuel. Ces 12 annĂ©es laisseront Ă©galement le temps nĂ©cessaire pour amĂ©liorer les carrières, les salaires, la qualitĂ© de vie au travail de l’ensemble des salariĂ©s.
  • Les salariĂ©s, nĂ©s Ă  partir de 1975, bĂ©nĂ©ficieront de 100 % de droits acquis dans l’actuel rĂ©gime. Ce qui est une garantie indispensable en particulier pour celles et ceux qui y ont dĂ©jĂ  accompli une part significative de leur carrière

Mais au final le compte n’y est pas !

Pour une grande part, les mesures avancées continuent à entretenir le flou et manquent d’engagements concrets :
  • Les propos sur la pĂ©nibilitĂ© sont très dĂ©cevants. Des nĂ©gociations doivent s’ouvrir rapidement et bien concerner l’ensemble des mĂ©tiers.
  • Les personnels de santĂ© publique, les forces de l’ordre et les pompiers, les agents territoriaux, les fonctionnaires ayant peu ou pas de primes (dont les enseignants), les salariĂ©s de la SNCF, de la RATP… restent sur leur faim car aucune garantie ne leur a Ă©tĂ© concrètement apportĂ©e. Il ne suffit pas de dire que des discussions vont commencer, il faut prĂ©ciser quand, Ă  quel rythme et pour aller dans quelle direction.
Pire, le Premier ministre compte mettre en place, pour l’ensemble des salariés, un âge pivot de 64 ans en 2027 avec une montée en charge dès 2022.
Cette mesure financière est particulièrement punitive : dès 2022, les salariés âgés de 62 ans seront obligés de travailler quelques mois de plus sauf à se voir imposer un malus supplémentaire.
L’UNSA avait proposé que ne soit pas mêlées retraite universelle et mesures financières. Le gouvernement a fait le choix contraire et fait porter cet effort supplémentaire aux seuls salariés. Ce n’est pas acceptable pour l’UNSA.

L’UNSA n’est pas dans une logique du tout ou rien qui se traduit très souvent par rien du tout. Au contraire, l’UNSA accentuera ses pressions sur le gouvernement, en discutant et argumentant jusqu’au bout, pour qu’il modifie sa copie.
 
Pour qu’il n’y ait ni puni·es, ni perdant·es, l’UNSA appelle l’ensemble des salariés à se mobiliser et à faire grève le mardi 17 décembre.

 

Laurent ESCURE
Secrétaire Général
 
 
 
 
ALC