SECTION SE-Unsa de la LOIRE ATLANTIQUE - 6 PLACE DE LA GARE DE L ETAT - CP 6 - 44276 NANTES CEDEX 2
Tél. 02 40 35 06 35 - [Mél.]

 
Et si on (re)parlait des rythmes scolaires ?
Article publié le mardi 23 janvier 2018.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

A l'heure où nombre d'enseignants cherchent des éléments au sujet des rythmes scolaires, voilà un condensé de ce qui existe à ce sujet :

- Un rapport long et très précis établi avant la réforme en 2011 suite à la conférence nationale sur les rythmes scolaires (clic)

- 2 liens au sujet d’un rapport plus récent de la sénatrice Cartron:

un article du café pédagogique (clic)

un lien sur le site du ministère (clic)

- enfin, un rapport beaucoup plus récent du sénat à ce sujet (clic).

 

Pour aller plus loin : lire le document de la Ligue de l'Enseignement

"Pour un dĂ©bat apaisĂ© sur les rythmes Ă©ducatifs" (clic).

 

L'avis du SE-Unsa (extrait du projet syndical):

Le temps et les rythmes au service des apprentissages

Le volume d’heures annuel consacré aux apprentissages scolaires en France est l’un des plus élevés de l’OCDE. Pourtant les résultats des élèves à 15 ans sont inférieurs à ceux de pays dont le temps scolaire est très inférieur au nôtre. La problématique du temps scolaire n’est donc pas qu’une question quantitative. Elle est aussi très largement une question qualitative : le temps ne doit pas constituer un carcan rigide mais être dans toute la mesure du possible mis au service des apprentissages.

Il faut offrir aux élèves une alternance de temps d’apprentissages exigeants sur le plan cognitif et de temps d’apprentissages fondés sur la démarche expérimentale, l’expérience esthétique, les activités physiques et sportives, l’intelligence sensible et créative, autour d’ateliers et de projets de différentes natures, qui permettent à tous les élèves de se confronter à une multiplicité d’expériences pour construire leur vision et leur compréhension du monde.

L’organisation du temps ne doit pas être fondée sur une succession immuable de plages horaires disciplinaires. Dans le premier degré, les grands équilibres entre les différents domaines d’acquisition peuvent être respectés sur des périodes longues. Dans le second degré, les temps d’apprentissage peuvent être de natures et de durées différentes (cours disciplinaires, ateliers ou semaines interdisciplinaires, travail sur projets trimestriels...). Des temps d’accompagnement doivent être inclus : accueil, aide au travail personnel, tutorat, vie de classe.... Pour les disciplines à faible horaire, une organisation trimestrielle ou semestrielle peut réduire le morcellement des apprentissages et améliorer les conditions de travail des élèves comme des enseignants. Plus généralement, une modulation sur l’année peut faire l’objet de projets concertés et partagés.

Pour le SE-Unsa, cette question du temps des apprentissages doit être au cœur des projets d’école et d’établissement.

 

L’organisation de l’année

Le calendrier scolaire étant l’objet d’intérêts divers et contradictoires, le SE-Unsa est conscient qu’il n’existe pas de solution idéale et consensuelle. Il exige que l’intérêt des élèves ne soit jamais perdu de vue et milite donc pour un rythme le plus proche possible de l’alternance régulière de 7 semaines de classes et 2 semaines de vacances en évitant de placer les bornes de vacances en milieu de semaine.

Le SE-Unsa demande qu’une rĂ©flexion soit ouverte sur l’organisation du troisième trimestre, beaucoup trop long pour les Ă©coliers et les collĂ©giens. La crĂ©ation d’une  pĂ©riode de vacances de demi-trimestre au cours du troisième trimestre dans la scolaritĂ© Ă©cole-collège est une piste Ă  Ă©tudier.

 

L’organisation de la semaine

Le SE-Unsa a pris acte des travaux scientifiques menés sur les rythmes de l’enfant et de l’adolescent qui indiquent que la priorité doit être donnée à la diminution significative de la durée de la journée scolaire et à la régularité apportée par les 5 matinées de classe. L’organisation en huit demi-journées doit revêtir un caractère exceptionnel.

Pour que la nouvelle organisation de la semaine Ă  l’école primaire soit pleinement un progrès pour tous les Ă©lèves, il faut maintenant assurer partout la complĂ©mentaritĂ© des temps scolaires et pĂ©riscolaires (activitĂ©s proposĂ©es et  articulation des diffĂ©rents temps). Conscient des difficultĂ©s engendrĂ©es par certaines organisations locales, le SE-Unsa demande que les besoins et les conditions de travail  des enseignants soient pris en compte.

Pour le SE-Unsa, toute demande de modification de l’organisation ou de dérogation doit être portée conjointement par le conseil d’école et la commune ou l’EPCI. La possibilité de mettre en place une demi-journée d’enseignement le samedi matin ne doit plus relever d’une demande de dérogation mais rentrer dans le cadre général des propositions d’organisation.

Pour les élèves, la durée hebdomadaire d’enseignement ne doit pas excéder 23 heures à l’école primaire, 26 heures au collège et 30 heures au lycée. Dans le second degré, les moyens dégagés par la mise en œuvre de cette réduction horaire doivent permettre l’amélioration des conditions d’enseignement et d’apprentissage. La durée hebdomadaire d’enseignement doit progressivement devenir la même pour tous les élèves d’un niveau donné.

Parce que le travail personnel est essentiel à la réussite des élèves, il doit être au cœur de la formation des élèves et de l’activité des enseignants. Il doit donc faire partie du temps scolaire. Chaque élève doit pouvoir bénéficier de tous les accompagnements, accéder à toutes les ressources pédagogiques, méthodologiques et documentaires nécessaires. Les devoirs à la maison sont inefficaces et injustes et ont pour effet de creuser les inégalités sociales. Le SE-Unsa y est opposé à l’école primaire et au collège. D’autres modalités, qui ne relèvent pas de tâches pédagogiques à exécuter par les élèves existent et doivent être mises en place pour garantir l’implication des familles et maintenir le lien nécessaire entre le travail scolaire et le temps hors scolaire.

La réduction du nombre d’heures hebdomadaires d’enseignement au collège ouvre des espaces supplémentaires pour développer les activités péri-scolaires et l’accompagnement éducatif. Le SE-Unsa demande que des crédits soient affectés à l’accompagnement éducatif dans tous les collèges et dans toutes les écoles. Il souhaite que dans le cadre de Projets Éducatifs de Territoire (PEDT), les différents temps et les différentes activités soient articulés de manière cohérente grâce à un dialogue entre tous les acteurs concernés, Éducation Nationale, usagers, collectivités territoriales et associations, dans le respect des compétences et des contraintes de chacun.

 
 
 
 
ALC