SECTION SE-Unsa de la LOIRE - BOURSE DU TRAVAIL - SALLE 61 - 2 COURS VICTOR HUGO - 42028 ST ETIENNE CEDEX
Tél. 04 77 33 08 55 - 42@se-unsa.org

 
AESH : stop aux abus sur mon temps de travail ! Je signe la pĂ©tition du SE-Unsa
Article publié le jeudi 11 octobre 2018.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Un mois jour pour jour aprĂšs le lancement de la concertation pour rĂ©nover l’accompagnement du handicap (voir article), les conditions d’emploi des AESH ne cessent de se dĂ©grader.
Parmi les symptĂŽmes qui s’aggravent, celui d’une disparitĂ© totale du mode de calcul du temps de travail, qui conduit Ă  des abus, et aux dĂ©voiement des missions d’accompagnement.
Une situation que le SE-Unsa dénonce.
Nous demandons au ministre d’imposer aux employeurs un mode de calcul unique, qui reconnaĂźt l’intĂ©gralitĂ© des activitĂ©s exercĂ©es par les AESH, et met un terme aux Ă©conomies de bout de chandelle rĂ©alisĂ©e sur le dos des agents.

 
Isabelle est AESH dans une école élémentaire du sud de la France, elle a été recrutée à mi-temps et travaille 22h par semaine. Son contrat est rédigé sur 39 semaines.
Dans le dĂ©partement voisin, son collĂšgue Amine, AESH dans un collĂšge, est aussi employĂ© sur une quotitĂ© de 50%, avec un contrat rĂ©digĂ© lui-aussi sur 39 semaines. Il travaille pourtant 20h par semaine. Sa cheffe d’établissement lui impose en revanche une prĂ©sence en juillet et en aoĂ»t pour effectuer les semaines administratives avec la vie scolaire.
Dans une autre rĂ©gion, les AESH qui ont toujours eu leur temps annuel rĂ©parti sur 40 semaines, dĂ©couvrent Ă  la rentrĂ©e qu’ils vont dĂ©sormais travailler 21h par semaine au lieu de 18h prĂ©cĂ©demment, sans que leur salaire n’augmente, lui !!
 
Le point commun entre tous ces collĂšgues ?

Avec un temps de travail hebdomadaire et un contrat rĂ©digĂ© diffĂ©remment, ils perçoivent pourtant tous la mĂȘme rĂ©munĂ©ration.
 
La raison ?

Une rĂšglementation trop souple, qui permet Ă  la diversitĂ© des employeurs (DSDEN, rectorat, chef d’établissement) un mode de calcul du temps de travail diffĂ©rent selon les interprĂ©tations et les besoins, et qui permet aussi de dĂ©voyer la mission des AESH sur des activitĂ©s qui ne sont pas les leurs.
 
L’avis du SE-Unsa

Pour le SE-Unsa, qui avait alertĂ© le ministĂšre dĂšs la prĂ©sentation du dĂ©cret en 2014, ces bricolages et les disparitĂ©s qu’ils induisent ne sont plus acceptables. Loin des plans com’ qui se succĂšdent depuis un an de la part du binĂŽme Blanquer- Cluzel, cette situation est emblĂ©matique de la dĂ©gradation nette et constante de l’accompagnement des Ă©lĂšves en situation de handicap, et d’économies faites sur le dos des enfants, et des personnels qui les accompagnent.
 
 

 

 
 
 
 
ALC