SECTION SE-Unsa de la LOIRE - BOURSE DU TRAVAIL - SALLE 61 - 2 COURS VICTOR HUGO - 42028 ST ETIENNE CEDEX
Tél. 04 77 33 08 55 - 42@se-unsa.org

 
« PDMQDC » : un dispositif satisfaisant qui mĂ©rite d’ĂȘtre enrichi
Article publié le dimanche 15 janvier 2017.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Le dispositif PDMQDC est apparu Ă  la rentrĂ©e 2013. Le SE-Unsa soutient cet Ă©lĂ©ment marqueur de la Refondation car il vise Ă  renforcer l’encadrement des Ă©lĂšves dans les zones les plus fragiles tout en permettant de nouvelles pratiques pĂ©dagogiques.
 
Le SE-Unsa a organisé une consultation des collÚgues concernés, PDMQDC ou enseignant dans une école bénéficiant du dispositif. En voici les principaux éléments (résultats détaillés en PJ).
 
Un dispositif jugé utile
 
L’impact du dispositif quant aux apprentissages des Ă©lĂšves est jugĂ© plutĂŽt positif par 96 % des rĂ©pondants.  Parmi les raisons invoquĂ©es, on retrouve la possibilitĂ© offerte de mettre en place des projets spĂ©cifiques, une attention supplĂ©mentaire donnĂ©e aux Ă©lĂšves ou encore la possibilitĂ© de travailler en petits effectifs.
 
« Comment jugez-vous l’impact du dispositif quant aux apprentissages des Ă©lĂšves ? Â»
 
Des enseignants satisfaits
 
Qu’ils soient eux-mĂȘmes PDMQDC ou enseignant de l’école bĂ©nĂ©ficiant du dispositif, les collĂšgues sont satisfaits du dispositif.
 
« Globalement, vous ĂȘtes plutĂŽt satisfait(e) d’occuper ce poste ? Â»
 
« Globalement, vous ĂȘtes plutĂŽt satisfait(e) de bĂ©nĂ©ficier de ce dispositif dans votre Ă©cole ? Â»
 
Un dispositif qui favorise le travail en Ă©quipe
 
De l’élaboration des prioritĂ©s aux choix des modalitĂ©s d’intervention, le travail en Ă©quipe fait partie intĂ©grante du dispositif. Pour 84 % des collĂšgues, ces dĂ©cisions sont prises en Ă©quipe. Parmi les enseignants des Ă©coles bĂ©nĂ©ficiant d’un poste PDMQDC, ils sont ainsi 84 % Ă  trouver une plus value pour l’équipe.
 
« Trouvez-vous une plus-value pour l’équipe (plus de concertations, de travail commun
) ? Â»
 
Pour autant, des pistes d’amĂ©lioration existent
 
L’explicitation du dispositif et la formation ne sont pas toujours au rendez-vous
Si 3 PDMQDC sur 4 ont bĂ©nĂ©ficiĂ© de formations, ce sont en revanche moins d’1 enseignant sur 2 membres d’une Ă©cole bĂ©nĂ©ficiant du dispositif qui ont eu une formation. Il s’agit d’un dispositif nouveau avec des pratiques innovantes qui nĂ©cessitent un temps d’appropriation et de formation.
 
La nécessité de donner du temps
PrĂ©parer les interventions, croiser les regards, Ă©changer sur les pratiques avec les enseignants ou les membres du Rased sont des Ă©lĂ©ments qui demandent du temps qui aujourd’hui n’est pas suffisamment pris en compte dans les ORS. Ces temps doivent ĂȘtre comptabilisĂ©s dans le temps de travail des collĂšgues concernĂ©s.
 
Un accompagnement inégal selon les territoires
48 % des collĂšgues estiment que l’accompagnement de l’administration n’est pas suffisant. Cela peut passer par exemple par des temps de formation ou des temps mis Ă  disposition pour Ă©changer afin d’élaborer les outils et s’informer des autres bonnes pratiques. Mais si les collĂšgues demandent un accompagnement accru, ils sont plusieurs Ă  dĂ©noncer ici ou lĂ  des volontĂ©s injonctives de l’administration visant Ă  contrĂŽler la mise en place du dispositif. Pour le SE-Unsa, les enseignants sont des professionnels qui doivent bĂ©nĂ©ficier de la confiance de l’administration.
 
Concentrer les interventions
La dispersion du poste sur de trop nombreuses Ă©coles ou sur de trop nombreuses classes sont un frein Ă  l’efficacitĂ© du dispositif. Pour le SE-Unsa, le dispositif doit ĂȘtre dĂ©veloppĂ©, Ă©tendu et pĂ©rennisĂ© mais cela ne peut pas passer par un saupoudrage du dispositif.
 
Pour aller plus loin
 
Des ressources
Des témoignages de collÚgues
Le dossier PDMQDC du SE-Unsa
 

 

 
 
 
 
ALC