SECTION SE-Unsa des LANDES - RESIDENCE CLOS MICHEL ANGE - 830 AVENUE DU ML FOCH - 40000 MONT DE MARSAN
Tél. 05 58 46 24 24 - Fax. 05 58 46 68 55 - Por. 06 15 39 37 34 - 40@se-unsa.org

 
Carte scolaire second degrĂ© 2021 : Heures supplĂ©mentaires on atteint le seuil critique. Appel du SE-Unsa AcadĂ©mique Bordeaux
Article publié le jeudi 21 janvier 2021.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
rticle publié le jeudi 21 janvier 2021.
  • Lnk_facebook
  •  
  • Lnk_google
  •  
  • Lnk_twitter

Actuellement les DGH arrivent dans les établissements et viennent confirmer ce que nous avions dénoncé lors du projet de loi de finances.


En effet, la poursuite de la politique de suppressions de postes dans les collèges et lycées « compensées » par des heures supplémentaires place les établissements dans une situation difficile voire intenable pour la rentrée 2021 alors qu’il faudra, soit encore affronter la crise sanitaire, soit travailler à en effacer les stigmates, le tout avec une augmentation importante du nombre d’élèves.


La carte scolaire en discussion actuellement est le point de départ de choses graves et inquiétantes qui se profilent dans le second degré. C’est une politique assumée par le ministère.


Le SE-UNSA de l'Académie de Bordeaux appelle à la grève le 26 janvier prochain et soutiendra les actions de mobilisation contre cette carte scolaire (demandes d'audience auprès des DASEN, parlementaires …).


Le SE-UNSA de l’Académie a déposé alerte sociale et préavis de grève couvrant cette période de la carte scolaire jusqu’au 9 avril prochain : des mobilisations et grèves locales seront accompagnées et soutenues par le SE-UNSA.

L’UNSA Éducation, le SE-UNSA et le SNPDEN-UNSA demandent à être reçus par le ministère et localement vont solliciter des audiences auprès des recteurs et rectrices afin de faire remonter toutes les situations compliquées. Ils s’adresseront également aux parlementaires ainsi qu’aux élus des départements et des régions pour solliciter leur soutien.



Un dialogue social restreint et contraint

Le calendrier est très serré, la DGH officielle pour chaque établissement arrive ce mardi 18 janvier, elle sera présentée par les chefs d’établissement aux conseils pédagogiques la semaine prochaine. En réalité les chefs d’établissement travaillent déjà depuis une semaine pour proposer une répartition des moyens aux commissions permanentes et aux Conseils d’administration. Tout doit être bouclé pour un Comité Technique Spécial Départemental, soit entre 14 et 21 jours pour trouver des solutions à la pénurie !
 

Instances  Dates
CTA  RĂ©partition   mardi 19 janvier 2021 
CTA Postes mardi 23 mars 2021
CTSD 24 vendredi 05 février 2021
CTSD 33 jeudi 28 janvier 2021
CTSD 40 jeudi 28 janvier 2021
CTSD 47  jeudi 04 fĂ©vrier 2021
CTSD 64  jeudi 04 fĂ©vrier 2021

 

C’est donc localement dans les Conseils Pédagogiques, les commissions permanentes et surtout les Conseils d’Administration des établissements que tout va se jouer.
 


Le niveau en arithmétique des français baisse…

à l’image de celui du ministre de l’éducation nationale


L’académie de Bordeaux gagne près de 2488 nouveaux élèves dans le second degré. Le ministère propose : la suppression de 112 postes
 Â« compensĂ©s » par 134 Ă©quivalents temps pleins (ETP) en HSA. Avec une rĂ©partition par dĂ©partement comme suit.

 

Le SE-UNSA académique a fait le point sur les implications de la carte scolaire pour les personnes et pour les établissements et leurs dispositifs propres. Nous vous livrons le fruit de nos réflexions afin que chacun puisse être éclairé sur les enjeux des semaines à venir…

 

Dans les semaines qui viennent, il faut se mobiliser

Dans les semaines à venir, la tension risque de monter dans les établissements, en particulier lorsqu’une ou plusieurs cartes scolaires sont probables. Bien sûr dans beaucoup d’établissements, un dialogue peut s’amorcer avec le chef d’établissement surtout s’il y a une volonté d’optimiser la répartition des moyens. Cependant entre les suppressions de divisions, la sous-évaluation des effectifs, l’imposition d’un plancher fixe d’HSA à 9% en collège et 14% en HSA, la tension lorsqu’un collègue apprend qu’il va probablement être la victime désignée d’une carte scolaire, la pression va s’exercer sur les équipes. Il va falloir arbitrer, peut-être abandonner des dispositifs spécifiques qui fonctionnaient depuis des années pour éviter une mesure de carte scolaire, prévoir des Compléments de Service. Les discussions et arbitrages ne seront sans doute pas tous sereins.

Tout ne sera pas acceptable ! ll faudra proposer des actions locales, demander des audiences, proposer des rĂ©partitions alternatives, s’opposer Ă  certaines propositions inacceptables. Les Ă©quipes auront besoin de soutien dans les actions, notamment en associant les parents, les Ă©lus locaux. Il faudra contacter les mĂ©dias locaux pour se faire entendre. Nous vous fournirons des outils (prĂ©parer les CA sur la DGH, demander une audience, proposer un TRMD alternatif …)

Le SE-UNSA de l’acadĂ©mie de Bordeaux, les commissaires paritaires, toutes les Ă©quipes dĂ©partementales du SE vont ĂŞtre mobilisĂ©es. Les enjeux ici, ce sont les situations individuelles de ceux qui seront victimes de cartes scolaires ainsi que la dĂ©sorganisation collective des Ă©quipes qui ne nous Ă©chappent pas. Le SE-UNSA dĂ©pose une alerte sociale auprès de la rectrice qui va courir du 21 janvier aux vacances scolaires afin que les Ă©quipes qui en ressentent localement la nĂ©cessitĂ©, puissent se mettre en grève si nĂ©cessaire avec un prĂ©avis dĂ©posĂ© par leur organisation syndicale.

De sombres perspectives

La carte scolaire et les effets dĂ©crits Ă  court terme, dĂ©crits prĂ©cĂ©demment ne manqueront pas d’impacter durablement notre profession Première liste des effets que nous pouvons dĂ©jĂ  raisonnablement anticiper :

Les effets importants sur le mouvement intra Ă  venir sont difficiles Ă  mesurer, on peut nĂ©anmoins tous comprendre que les nombreuses cartes scolaires Ă  venir vont crĂ©er des dĂ©sĂ©quilibres sur le mouvement dans certaines disciplines, dans certains secteurs gĂ©ographiques, certains dĂ©partements. Au vu de la bonification importante et justifiĂ©e des personnels victimes de mesures de cartes scolaires, les barèmes seront certainement Ă  la hausse, les possibilitĂ©s de muter avec un barème modeste d’autant plus difficile. Il est possible qu’à des mesures de cartes scolaires dĂ©cidĂ©es dĂ©but 2021 succède l’annĂ©e suivante une recrĂ©ation d’un poste dans la mĂŞme discipline l’annĂ©e suivante. Il est possible notamment en lycĂ©e professionnel que certains collègues soient victimes d’une mesure de carte scolaire acadĂ©mique. La stratĂ©gie pour les vĹ“ux des personnels victimes de carte scolaire sera pour le moins complexe, avec des implications personnelles très importantes.

Plus que jamais pour ce mouvement  intra, avec ou sans mesure de carte scolaire, nous vous conseillons vivement de vous faire accompagner par le SE-UNSA.

Les effets sur les postes et les contraintes de service sont aussi prĂ©visibles. On peut raisonnablement penser Ă  une inflation des complĂ©ments de service, avec sans doute de petites quotitĂ©s, parfois sur plus de deux Ă©tablissements. Il est Ă  craindre que les TZR et les contractuels en CDI soient  mis sous pression pour accepter des complĂ©ments de service alambiquĂ©s.  On aura aussi certainement une augmentation des complĂ©ments de service non choisis. Pour conserver tel poste en SEGPA, un PLP d’un collège devra peut-ĂŞtre accepter un service en AP 6e. Pour conserver un poste en SVT en lycĂ©e gĂ©nĂ©ral, un certifiĂ© devra peut-ĂŞtre complĂ©ter son service par un module ou une option habituellement prise en charge par une autre une discipline. Avec l’imposition d’un plancher contraint d’HSA selon le type d’établissement, chacun peut comprendre que le nombre d’HSA que les collègues vont devoir absorber va mathĂ©matiquement  augmenter. Il se peut que localement une pression soit exercĂ©e pour accepter des HSA au-delĂ  des 2 heures lĂ©gales.

Dans ce contexte, plus que jamais, le SE-UNSA sera à vos côtés pour vous conseiller sur la réglementation, vos droits et aussi vos devoirs liés aux obligations de service.

Des effets sur les structures et les dispositifs pĂ©dagogiques mis en place dans les Ă©tablissements sont aussi Ă  craindre. Les SEGPA en particulier sont durement impactĂ©s, avec des suppressions allant de 2 Ă  6h dans leur dotation. L'astuce consiste Ă  proposer de ne pas "financer" le dĂ©doublement complet des heures d'ateliers. C’est une remise en cause fondamentale du principe de la pratique en atelier d’élèves qui pourtant se destinent Ă  prĂ©parer des certificats professionnels après la 3e. Par ailleurs, il est Ă  craindre que les contraintes imposĂ©es pour la DGH, amènent certains Ă©tablissements Ă  allĂ©ger voire renoncer Ă  des dispositifs pĂ©dagogiques propres. Ainsi, des dĂ©doublements en sciences ou en langues,  des innovations en matière d’accompagnement  des Ă©lèves en difficultĂ©s, des primo arrivants ou des Ă©lèves Ă  besoins particuliers, d’habitude financĂ©s sur les marges de la DGH risquent d’être remis en cause. Les structures et les effectifs ayant Ă©tĂ© assez largement sous estimĂ©es dans beaucoup d’établissements, on doit craindre une aggravation de la charge dans les classes.  Les effectifs dans les classes vont certainement encore augmenter, les seuils ont disparu ils sont pour l’instant maintenu en Ă©ducation prioritaire. La charge est d’autant plus lourde dans les Ă©tablissements accueillant une ULIS que ces Ă©lèves, pourtant intĂ©grĂ©s dans les classes, ne sont pas comptabilisĂ©s dans les effectifs de la structure collège.

Le SE-UNSA a d’ores et dĂ©jĂ  dĂ©noncĂ© ces contradictions entre, les imprĂ©cations ministĂ©rielles sur l’école pour tous, l’autonomie des Ă©tablissements, la prise en charge des handicaps, l’individualisation des parcours et la rigueur sur les moyens pour les mettre en Ĺ“uvre qui s’impose Ă  nousNous continuerons Ă  encadrer, conseiller les collègues pour qu’ils puissent faire valoir leurs droits.

 

Des effets sur les personnels sont enfin Ă  attendre. On a dĂ©jĂ  parlĂ© des tensions possibles dans les Ă©tablissements ou  dans les Ă©quipes, gageons que le dialogue dĂ©samorcera la plupart des difficultĂ©s. NĂ©anmoins il est Ă  craindre pour les personnels enseignants du second degrĂ©, la fin programmĂ©e des temps partiels sur autorisation. En effet, comme c’est dĂ©jĂ  le cas dans le 1er degrĂ©, les temps partiel sur autorisation en dehors des cas liĂ©s Ă  la santĂ© ou au handicap, ont toutes les chances d’être majoritairement refusĂ©s y compris pour celles et ceux qui l’on demandĂ© en dĂ©cembre 2020 pour la rentrĂ©e 2021.Cela peut nous paraĂ®tre anecdotique mais les mesures de carte scolaire chez les enseignants vont sans doute impacter d’autres personnels notamment les personnels de labos. N’oublions pas enfin que ces tensions se rĂ©percuteront nĂ©cessairement sur les conditions  de travail des personnels des DPE dĂ©jĂ  en forte tension.

Le SE-UNSA continuera avec ses Ă©lus dans les Conseils d’Administration, dans les instances acadĂ©miques ou rĂ©gionales (CTA, CHSCT A, CAEN) dans les instances dĂ©partementales (CTSD, CDEN) Ă  dĂ©fendre la profession, les droits des personnels, Ă  agir si nĂ©cessaire en accompagnant les collègues dans leurs dĂ©marches vis-Ă -vis du rectorat et de son administration.

Au bout du compte, ce sont bien les Ă©lèves qui vont subir indirectement cette carte scolaire. Chaque parent, chaque Ă©lève comprendra que proposer un grand nombre de cartes scolaires, imposer des complĂ©ments de service, mettre Ă  mal des dispositifs pĂ©dagogiques, supprimer des classes, augmenter les effectifs par classe, fragiliser les Ă©quipes pĂ©dagogiques en multipliant les Ă©tablissements d’exercice, se sont d’abord les Ă©lèves dont on dĂ©grade les conditions d’apprentissage, ce, dans un contexte sanitaire dĂ©jĂ  contraignant et difficile.

Le SE-UNSA invite tous les collègues, correspondants, syndiquĂ©s ou non, Ă©lus dans les CA Ă  faire remonter des donnĂ©es sur la situation de leur Ă©tablissement afin de nous permettre d’intervenir avec des donnĂ©es de terrain dans les instances en particulier les CTSD.

Je veux remplir l’enquĂŞte (tout en bas de l’article) :

http://sections.se-unsa.org/bordeaux/spip.php?article1475

 

 

 


   DĂ©claration CTA   
(194.6 ko)
   Affiche grève 26 janvier   
(1.3 Mo)

 

 
 
 
 
Cliquez pour agrandir