SECTION SE-Unsa de l'HERAULT - 34 MAISON DES SYNDICATS - 474 ALL HENRI II DE MONTMORENCY - 34000 MONTPELLIER
Tél. 04 67 64 54 47 - Por. 06 81 31 42 38 - 34@se-unsa.org

 
Salaires des fonctionnaires : la mauvaise foi du gouvernement
Article publié le jeudi 21 avril 2011.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Le gouvernement a choisi d’ignorer le problème de pouvoir d’achat dans la fonction publique. Niant la notion de carrière, il estime que l’avancement d’échelon est un élément de compensation de l’augmentation des prix. L’UNSA Education comme l’UNSA Fonction Publique contestent cette présentation et dénoncent le choix du gouvernement. La revalorisation du point d’indice est une priorité : depuis le début des années 2000, il a perdu 9% de pouvoir d’achat.
 
Pour le ministre du Budget et de la Fonction publique, le gouvernement fait des efforts sans précédent pour améliorer le pouvoir d’achat des personnels : "Cet effort dépasse ce qui s’est fait dans les années précédentes". Il a argué de l’augmentation du volume des mesures individuelles et du "haut niveau de promotion" en regard des autres pays. Le gouvernement veut donc poursuivre la rémunération au mérite et geler la valeur du point d’indice pour 2012. "C’est, de toute façon, la mesure individuelle qui a la plus faible valeur ajoutée. Vous le voyez, nous sommes loin de ce qui se passe en Espagne, en Grande-Bretagne, au Portugal et surtout en Grèce" a ajouté le ministre.
 
La réalité est tout autre : le point d’indice a perdu plus de 9% de pouvoir d’achat depuis 2001. Le gouvernement répond que le point d’indice ne compte que pour un quart dans la rémunération des fonctionnaires. Ce faisant, il nie la notion même de carrière : l’avancement d’échelon n’est pas un élément de compensation de l’augmentation des prix.
L’UNSA Education comme l’UNSA Fonction publique considèrent que la revalorisation du point d’indice est une priorité. C’est un élément central dans toute négociation même si ce n’est pas le seul. D’autres questions doivent être négociées : refonte des grilles, hausse du budget de l’aide sociale, revalorisation des indemnités kilométriques etc.
 
Les organisations syndicales ont donc décidé de quitter la séance du 19 avril puisque le gouvernement n’avait rien à proposer, rien à négocier. Le blocage des salaires deux années consécutives est sans précédent dans la Fonction publique. Encore une fois, on rend responsable les fonctionnaires de toutes les difficultés du pays. Pour l’Unsa Fonction publique, d’autres choix budgétaires sont possibles. Bouclier fiscal, révision de l’ISF démontrent qu’on peut trouver de l’argent pour des choix beaucoup plus discutables.
 
 
 
 
ALC