SECTION SE-Unsa de l'HERAULT - 34 MAISON DES SYNDICATS - 474 ALL HENRI II DE MONTMORENCY - 34000 MONTPELLIER
Tél. 04 67 64 54 47 - Por. 06 81 31 42 38 - 34@se-unsa.org

 
DĂ©claration du SE-UNSA34, CAPD du 25 mai 2010.
Article publié le mardi 25 mai 2010.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
  DÉCLARATION SE-UNSA 34 CAPD 25 mai 2010  
 
 
En préalable à cette CAPD, le SE-UNSA 34 veut saluer la concertation qui a présidé à la préparation du mouvement 2010. Du bilan réalisé en septembre 2009 à la sortie de la circulaire en mars 2010, une place a enfin été faite dans la CAPD à la discussion, à l’analyse et aux propositions. Certes, il reste encore de nombreux points à améliorer, mais le SE-UNSA 34 souhaite que ce même état d’esprit s’étende à tous les dossiers de la CAPD et à ceux du CTPD.
Le SE-UNSA 34 salue aussi et remercie le service des personnels dans son ensemble, pour sa vigilance et sa disponibilité. Nous formulons des souhaits pour que la réorganisation administrative en cours conserve ces compétences et cette connaissance du terrain.
 
Cela dit, car il y a aussi un revers Ă  la mĂ©daille, le SE-UNSA 34 affirme une nouvelle fois son opposition Ă  la publication des rĂ©sultats des affectations sur i.prof avant l’information des dĂ©lĂ©guĂ©s du personnel et avant les discussions en CAPD, au nom du respect des principes du paritarisme. Les organisations syndicales ont un rĂ´le majeur Ă  jouer dans le cadre des responsabilitĂ©s qui sont les leurs : dĂ©fense des intĂ©rĂŞts et droits des personnels dans le cadre de règles et de repères collectifs clairs, contrĂ´le rĂ©el des opĂ©rations administratives.
 
Le SE-UNSA 34 rĂ©affirme aussi son opposition Ă  la disparition Ă  terme des postes de « Titulaires dĂ©partementaux », ex « surnumĂ©raires ». En effet, lorsqu’un collègue quitte son poste pour un autre, il semble Ă©vident que ce dernier sera fermĂ© puisqu’il est rĂ©servĂ© au mouvement aux collègues dĂ©jĂ  affectĂ©s sur ce support de poste. Le SE-UNSA demande Ă  ce que tous ces supports de postes soient gĂ©rĂ©s comme des postes d’ASH.
 
S’il est encore trop tĂ´t pour tirer un bilan dĂ©finitif du mouvement 2010 des enseignants du 1er DegrĂ©, nous constatons avec regrets les effets nĂ©gatifs des mesures instaurĂ©es l’an passĂ© sur les bonifications , les zones très larges et la masse de nominations Ă  titre dĂ©finitif. Les possibilitĂ©s de mutations des collègues sont rĂ©duites, de nombreux collègues sont bloquĂ©s sur des postes sans l’avoir choisi, les affectations d’office seront encore en nombre cette annĂ©e…Bref, le « mouvement » pourrait ĂŞtre en train de se bloquer !
 
Comme l’an passé, le SE-UNSA 34 demande que cette année encore un bilan complet du mouvement 2010 soit réalisé lors d’un groupe de travail de la CAPD en septembre. Dans la droite ligne du travail engagé cette année, des points sont encore à travailler, à modifier et à améliorer. On peut citer pêle-mêle certaines bonifications à revoir, la situation des entrants qui ne peuvent encore être traités à égalité des autres collègues, la question des éventuelles priorités sur certains postes, l’élargissement des zones utilisables pour les mesures de carte scolaire, .
Sur tous ces éléments, le SE-UNSA 34 réaffirme son indéfectible attachement à l’équité et la transparence.
Oui, il faut rediscuter de certaines règles,
Oui, il faut améliorer certains aspects,
Oui, il faut trouver des solutions pour certains postes ou certaines situations individuelles,
Mais quand les règles du mouvement sont posées et diffusées, elles doivent s’appliquer à toutes et à tous en toute transparence. C’est la condition indispensable à une relation de confiance entre les personnels et leur employeur.
 
A l’heure
Où la surcharge de travail des collègues est bien réelle,
Où la multiplication d’obligations institutionnelles ne permet pas une réelle appropriation par les équipes,
Où des évaluations nationales mal calibrées font douter les enseignants,
D’une réforme du recrutement et de la formation des enseignants qui va déstabiliser toute l’école,
Avec comme seules perspectives
Une revalorisation en trompe l’œil dont est exclue une majorité de collègues
Des conditions de travail qui ne cessent de se dégrader,
Et une réforme des retraites qui obscurcit grandement l’avenir,
 
Les personnels ont besoin de retrouver de la sérénité et de la confiance. Le bon fonctionnement des instances paritaires est un des éléments qui permettra d’y parvenir.
 

Jean-Luc VaĂŻsse SecrĂ©taire DĂ©partemental SE-UNSA 34

 

 
 
 
 
ALC