SECTION SE-Unsa de l'HERAULT - 34 MAISON DES SYNDICATS - 474 ALL HENRI II DE MONTMORENCY - 34000 MONTPELLIER
Tél. 04 67 64 54 47 - Por. 06 81 31 42 38 - 34@se-unsa.org

 
Evals CP/CE1-La suite après l’audience avec Mme la Rectrice
Article publié le mercredi 28 août 2019.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le SE-Unsa a été reçu hier soir pour la première fois par Madame la Rectrice en grande partie au sujet des évaluations nationales CP/CE1.

En effet, le SE Unsa avait été alerté au mois de juillet par des collègues n'ayant pu/voulu faire remonter les résultats des évaluations nationales suite à la réception, à leur domicile, d'un recommandé leur annonçant qu'ils allaient se voir amputer d'un trentième de leur salaire pour service non fait.

Le SE Unsa s'est immédiatement emparé de l'affaire en écrivant à Madame la Rectrice pour lui demander des explications à ce sujet, cette réaction paraissant disproportionnée et injuste.

Car rappelons-le:

1) Le SE Unsa au niveau national et local, s'est largement exprimé à ce sujet en demandant que les évaluations diagnostiques ne fassent pas l'objet d'un protocole national avec remontées nationales mais que le ministère développe les banques d'outils d'évaluation mises à la disposition des équipes. Le SE Unsa souhaite que les écoles et établissements soient mieux accompagnés pour définir des indicateurs qui les aident à améliorer leur action et qu'ils disposent de moyens réels pour construire des solutions aux difficultés qu'ils auront indentifiées.

2) Le SE Unsa s'oppose à la publication des résultats permettant une comparaison entre écoles et établissements et soutenait le CNESCO (avant que le Ministre décide de le supprimer) qui garantissait une évaluation démocratique et utile aux enseignants.

3) La commande du Ministre était la passation des ces évaluations et non la remontée des résultats.

4) Enfin, le SE Unsa a largement interpelé l'administration sur les difficultés rencontrées pour faire remonter les résultats (sur temps personnel) et sur l'intéret même de les faire remonter quand seuls 18/100 de nos collègues ont montré à travers les enquêtes de satisfaction ministérielles que ces évaluations leur ont permis de déceler des difficultés qu'ils n'avaient déjà pas repérées chez leurs élèves.

 

Lors de l'audience, Madame La Rectrice se montre ouverte à la discussion, laissant le SE Unsa s'exprimer sur les inquiétudes des collègues à la veille de cette rentrée 2019.

Le SE Unsa lui demande d'apporter une rĂ©ponse Ă  son courrier en date du 20 aoĂ»t, très anxiogène pour les collègues concernĂ©s et n'installant  un climat d'apaisement et de confiance.

Madame la Rectrice confirme l'envoi de courriers à tous les enseignants n'ayant pas procédé à la saisie complète des évaluations département par département avec possibilité de réponse. Ce sont les DASEN qui sont en charge de traiter ces réponses. Elle affirme que ces collègues doivent servir d'exemples vis à vis des autres collègues, qui eux, ont bien répondu à la commande ministérielle et de leurs reproches muets. Elle soutient que, tout comme pour la retenue des notes du bac, il y a eu des comportements totalement inappropriés au sein de l'académie qu'elle ne peut tolérer. Elle affirme avoir un devoir de protection envers les autres collègues et insiste sur sa volonté de démentellement de certaines pressions dans les équipes. Ses services enverront donc des tableaux excel à remplir pour tous les collègues n'ayant réussi à rentrer leurs résultats.

Le SE Unsa intervient pour rappeler les difficultés rencontrées par les collègues lors de la saisie des évaluations et rappelle ses positions à ce sujet et au sujet des évaluations nationales. Il interroge Madame la Rectrice sur l'intéret de demander aux collègues de remplir un tableau excel avec les résultats d'évaluations qui ont été passées un an auparavant et repose le problème du temps de travail dégagé pour le faire. Le SE Unsa rappelle que les collègues du second degré font directement passer ces évaluations en ligne, sur leur temps de travail, contrairement aux PE à qui le ministère (après demande du SE Unsa) a accordé une déduction de 5h d'APC (insuffisantes et du coup ne concernant pas les collègues directeurs). Le SE Unsa interpelle aussi les services sur le cas de collègues TRS affectés en CP ou CE1 ayant reçu le courrier alors qu'ils n'avaient aucunement été en charge de la passation des évaluations. Enfin, le SE Unsa retrace la chronologie des menaces pratiquées envers les collègues concernés et demande à la Rectrice quelle réponse apporter aux collègues dont les directeurs ont reçu pour consigne par leur IEN (sous couvert des demandes du DASEN et de La Rectrice elle même-si on en croit le courrier adressé aux écoles le 04/07 par un IEN du 34) de ne plus leur accorder de CP-CE1 à la prochaine rentrée.

Madame La Rectrice semble dans un premier temps étonnée d'apprendre que toutes les écoles d'une même circonscription ont été destinataires de ce courrier (et d'autres oralement lors des réunions de directeurs) et que le SE Unsa n'ait pas eu de réponse de Monsieur le DASEN à ce sujet. Elle l'encourage donc à lui demander un entretien.Cependant, elle affirme que cela enlèverait certainement une épine du pied aux collègues qui s'opposent à ces évaluations que de ne plus avoir à les faire passer en changeant de niveau. Elle prend note des remarques du SE Unsa et encourage les collègues ayant reçu ce courrier à expliquer simplement les raisons de la non transmission de ces résultats et affirme que les collègues qui expliqueront les raisons techniques de cette non transmission ne seront pas sanctionnés. A l'annonce que la commande ministérielle a été respectée par les collègues qui ont procédé à la passation sans remontées, elle répond que selon elle les évaluations nationales sont un tout (passation et remontée des résultats) rappelé d'ailleurs dans la note de rentrée du Ministre.

Ce que retient le SE Unsa de cette audience:

Il se félicite d'avoir été entendu par Madame La Rectrice au sujet de la saisie des évaluations nationales et que celle-ci accepte que les collègues se justifient (une fois de plus) sur les raisons de leur non remontée des résultats.

Cependant, nous serons très vigilants quant à l'issue qui sera finalement donnée à cette affaire pour chacun des collègues concernés et nous les encourageons à nous contacter pour être épaulés dans cette procédure.

Nous demanderons une nouvelle fois une réponse au DASEN quant aux manoeuvres d'intimidation qui ont été pratiquées dans notre département et espérons que nous aborderons cette rentrée avec bienveillance, respect des personnels et communication.

 

 

 
 
 
 
ALC