SECTION SE-Unsa de l'HERAULT - 34 MAISON DES SYNDICATS - 474 ALL HENRI II DE MONTMORENCY - 34000 MONTPELLIER
Tél. 04 67 64 54 47 - Por. 06 81 31 42 38 - 34@se-unsa.org

 
Loi École de la confiance au Sénat (épisode 2)
Article publié le jeudi 16 mai 2019.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Au soir du deuxième jour d’étude du projet de loi pour une Ă©cole de la confiance, le SĂ©nat s’est arrĂŞtĂ© Ă  l’article 4 de la loi. Il a approuvĂ© l’instruction obligatoire Ă  trois ans, la disposition phare du projet de loi et adoptĂ©  11 amendements Ă  la version post-commission. Il reste 250 amendements Ă  Ă©tudier.
 
 
Amendements sur les contenus d'enseignement
 
Ă€ l’instar de leurs collègues de l’AssemblĂ©e nationale, les sĂ©nateurs ont dĂ©posĂ© de nombreux amendements Ă  la suite de l’article 1 pour introduire dans la loi des obligations nouvelles en termes de contenus d’enseignement. Après de longs dĂ©bats, parfois surrĂ©alistes, peu d’amendements ont Ă©tĂ© adoptĂ©s et le SE-Unsa s’en fĂ©licite. Un amendement prĂ©cise que l’éducation morale et civique doit faire rĂ©fĂ©rence  Ă  la culture rĂ©gionale et un autre prĂ©cise les objectifs de l’éducation Ă  l’environnement et au dĂ©veloppement durable. Ajoutons que, malgrĂ© un avis dĂ©favorable du gouvernement, les sĂ©nateurs ont adoptĂ© un amendement rendant obligatoire la pratique quotidienne d'activitĂ©s physiques et sportives au sein des Ă©tablissements du premier degrĂ©.
 
 
Port de signe religieux pour les accompagnants, laïcité et prosélytisme religieux

Les sénateurs ont choisi de relancer le débat sur le statut des accompagnants de sorties scolaires, avec l’adoption d’un amendement interdisant le port de signe religieux aux parents accompagnateurs de sorties scolaires. Cet amendement s’inscrit en complément de la loi du 15 mars 2004 qui s’adresse aux élèves des écoles, collèges et lycées publics.

MĂŞme si, pour le SE-Unsa, il est souhaitable que la laĂŻcitĂ© de l’École s’impose Ă  tous ceux et Ă  toutes celles qui interviennent auprès des Ă©lèves,  quel que soit leur statut, ce sujet ne doit pas ĂŞtre utilisĂ© Ă  des fins d’exclusion en ciblant, sans la nommer, une religion en particulier. Ainsi, les questions de l’enseignement religieux en Alsace-Moselle ou de l’extension de la loi sur le port de signes d’appartenance religieuse aux Ă©tablissements privĂ©s, essentiellement catholiques, mĂ©riteraient d’être Ă©tudiĂ©es. Quoi qu’il en soit, cet amendement aura probablement une durĂ©e de vie limitĂ©e. Une proposition similaire avait Ă©tĂ© rejetĂ©e en première lecture Ă  l’AssemblĂ©e par la majoritĂ© LREM.

Un amendement portant sur l’interdiction du prosélytisme religieux à l’intérieur des écoles, collèges et lycées publics (ainsi qu’à leurs abords immédiats) a été adopté ; cette disposition reprend pour l’essentiel l’article 6 de la Charte de la Laïcité.

Pour autant, restreindre la lutte contre le prosélytisme religieux aux seuls écoles et établissements publics est insuffisant. La mobilisation de l’enseignement privé catholique au moment du « mariage pour tous » est-elle déjà oubliée ? Pour le SE-Unsa, la lutte contre le prosélytisme religieux doit s’exercer dans tous les lieux d’instruction.
 
 
Parcours de santé de 3 à 6 ans
 
Un amendement du gouvernement réécrit l’article 2 ter pour préciser le parcours de santé de 3 à 6 ans, avec une visite obligatoire organisée à l’école pour tous les enfants âgés de trois ans à quatre ans. L’amendement affirme la responsabilité première des services départementaux de protection maternelle et infantile (PMI) pour réaliser ces visites. Lorsque le service départemental de PMI n’est pas en mesure de les réaliser, les professionnels de santé de l’éducation nationale pourront les effectuer à leur place pour assurer une couverture de tous les élèves. Au cours de la sixième année, une visite permettant en particulier un dépistage des troubles spécifiques du langage et des apprentissages est organisée pour certains enfants au cours de la sixième année.
 
 
Carte scolaire et mixité sociale
 
Un amendement à l’article 3, adopté en commission, prévoyait que « tout enfant doit pouvoir être accueilli, dès l’âge de l’instruction obligatoire, dans une école ou un établissement d’enseignement secondaire le plus près possible de son domicile ». Cet amendement est supprimé car il pourrait aller à l’encontre de politiques de carte scolaire favorisant la mixité sociale. En revanche, tous les amendements promouvant explicitement la mixité sociale ont été rejetés.
 
 
Obligation de formation des jeunes et recherche d'emploi
 
L’ article 3 bis crée une obligation de formation pour les jeunes de 16 à 18 ans. La commission du Sénat avait ajouté la situation de recherche d’emploi comme répondant à cette obligation. Un amendement a été adopté pour supprimer cet ajout. Le SE-Unsa partage la position du Sénat sur cette question.
 
 
Le décryptage des autres journées d'étude du projet au Sénat
 
 

 

 
 
 
 
ALC