SECTION SE-Unsa de l'HERAULT - 34 MAISON DES SYNDICATS - 474 ALL HENRI II DE MONTMORENCY - 34000 MONTPELLIER
Tél. 04 67 64 54 47 - Por. 06 81 31 42 38 - 34@se-unsa.org

 
Jour de carence : les sĂ©nateurs contre-attaquent !
Article publié le lundi 17 décembre 2018.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le 3 décembre dernier, le Sénat votait de nouveau pour les trois jours de carence, dans le cadre de ses mesures d'économies pour le budget 2019. Dans un contexte de grande tension sociale, cette mesure a ému un grand nombre de collègues déjà remonté contre l’absence de mesures à leur égard et le maintient du gel du point d’indice.

Cependant, i ne s’agit pas là d’un coup d’essai mais de leur 3ème tentative, chaque fois déboutée par le gouvernement qui rejette l’amendement du Sénat lorsque le texte revient à l’assemblée.

Mais qu’ont donc les sénateurs contre les enseignants ?

Depuis les sénatoriales de 2014, le Sénat présidé par Gérard Larcher (Les Républicains) s’obstine à taper sur les fonctionnaires en général et les enseignants en particulier.
Chaque tentative a jusqu’à présent été stoppée par l’assemblée nationale, mais jusqu’à quand ?
Le SE-Unsa rappelle que dans le rapport annuel sur l’état de la fonction publique, il est précisé que :

  • Les fonctionnaires ne sont pas plus absents que dans le privĂ©
  • Les enseignants sont moins absents que la moyenne

Mis en rapport avec le fait que les jours de carence pour les 2/3 des salariés du privé, sont pris en charge par l’employeur, une telle mesure reviendrait donc à aligner sur le pire les fonctionnaires qui payent déjà cher la remise en place du jour de carence.

Pour le SE-Unsa, le gouvernement doit s’exprimer sur son positionnement et rassurer dans ce contexte politique et social déjà très tendu. La fonction publique est une chance et les fonctionnaires ont bien besoin de soutien et de perspectives notamment salariales.

N.B : Rappelons que les enseignants français sont parmi les moins bien rémunérés de l’Union Européenne avec un temps de travail plus élevé et des conditions de travail jugées plus que médiocres
 

 
 
 
 
ALC