SECTION SE-Unsa de l'HERAULT - 34 MAISON DES SYNDICATS - 474 ALL HENRI II DE MONTMORENCY - 34000 MONTPELLIER
Tél. 04 67 64 54 47 - Por. 06 81 31 42 38 - 34@se-unsa.org

 
CAPD Formation continue : 16 octobre 2018
Article publié le mardi 16 octobre 2018.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

CAPD Formation continue
16 – 10 – 2018

 


DĂ©claration liminaire du SE-Unsa 34  : voir pj

Sujets abordés : Direction d'écoles, disparition aide à la direction, évaluations CP-CE1...

Le SE-Unsa 34 profite de cette déclaration pour souhaiter la bienvenue au nouveau DASEN, M Christophe MAUNY.

RĂ©ponses du DASEN

Le DASEN s’engage à mettre les élèves au cœur de l’école de la république et s’avoue attaché au dialogue social, qui, toutefois selon lui n’est pas non plus de la cogestion.

Concernant les récentes intempéries, elles ont permis de voir selon le DASEN, qu’il y avait des améliorations possibles dans la communication. Il précise qu’un bilan sera fait avec les services du Rectorat.


Formation continue

M Cordeiro, en charge de la formation pour la DSDEN 34 présente les différentes offres de formation.
Il précise que le volet départemental a été présenté en GT en juin dernier (voir compte rendu du SE-Unsa).

Comme chaque année, 3 candidatures sont possibles :

  • Stage Ă  public dĂ©signĂ© qui reprĂ©sente 46 % de l’offre
  • Stage Ă  public visĂ© qui reprĂ©sente 43, 5 % de l’offre
  • Stage Ă  candidature individuelle qui reprĂ©sente 11% de l’offre


Au total il y a 8 751 journées stagiaires dont 4 475 journées stagiaires remplacées.

M Cordeiro ajoute que 50 Brigades formation sont disponibles durant les mois de septembre, octobre, mai et juin. Ce nombre diminue les mois où les absences des enseignants sont élevées (mois d’hiver notamment) pour descendre autour de 15. Ce qui explique que les formations soient moins dispensées sur cette période.

Il présente ensuite la synthèse des candidatures individuelles :

  • Formations statutaires : 2750 journĂ©es dont 1550 remplacĂ©es.
  • Formations formateurs : 2250 journĂ©es stagiaires dont 55 remplacĂ©es.
  • Stages de prioritĂ© nationale : 725 journĂ©es, la totalitĂ© remplacĂ©es.
  • Les formations organisĂ©es par les circonscriptions : 1135, la totalitĂ© remplacĂ©e.
  • Candidatures individuelles (dont ASH) : 1100 dont 210 remplacĂ©es


L’IEN adjoint ajoute que durant la 1ère période, 895 journées ont été organisées : Adaptation au poste pour les T1, 4ème semaine de formation des directeurs... Il pointe la difficulté de leur mise en place en tout début d’année scolaire.



Constat et Ă©changes avec l'administration

Le SE-Unsa 34 fait le constat que les enseignants ne peuvent plus choisir leur formation, entre d’une part le faible nombre de formations à candidature individuelle et d’autre part l’ajout des animations pédagogiques imposées en mathématiques et français. Cela était déjà vrai l’an passé mais ne fait qu’empirer année après année. Le SE-Unsa dénonce cet état de fait et illustre son propos avec la formation SST (Santé Sécurité au Travail), à candidature individuelle, complète, qui voit des refus de départs en formation par manque de places.

Le DASEN explique qu’il préfère les approches collectives et une convergence d’action pour l’offre de formation qui sont bien plus efficaces que des formations individuelles. Selon lui la formation doit se faire dans une dynamique d’équipe et apporter une plus-value aux enseignants dans leur enseignement et in fine aux élèves. Il s’agit surtout et principalement à ses yeux d’un outil de pilotage.

Le SE-Unsa fait remarquer que, comme il l’a dit lors du GT du 11 juin 2018, notre offre de formation est structurellement complexe puisqu’elle doit à la fois répondre à des besoins de pilotage et à des besoins individuels en formation. Ce dernier aspect est totalement et volontairement ? occulté par l’administration départementale.


L’avis du SE-Unsa :

La position du DASEN a au moins le mérite d’être claire et sans équivoque. La formation est un outil au service du pilotage départemental qui a pour simple et unique objectif de rendre les enseignants plus efficaces. A l’heure où le monde de l’entreprise innove et s’adapte en donnant plus de libertés et de confiance aux salariés, l’éducation nationale est une fois de plus à rebours… Mettant en œuvre ce qui pourrait s’apparenter aux méthodes dites « productivistes » du début du XXème siècle. Serait-ce là l’école de la confiance appelée de ses vœux par notre Ministre ?
 

Pour autant, le SE-Unsa ne nie pas le besoin de pilotage et entend le manque de moyen à disposition de l’administration surtout depuis la disparition des PE2 (ex PES) qui permettaient d’augmenter copieusement les possibilités de formations pour les titulaires.
Le SE-Unsa 34 demande à cet effet, comme il le fait depuis plusieurs années, que la mise en stage des stagiaires se fassent sous le principe du filé/groupé, afin de permettre aux enseignants titulaires de bénéficier de formations longues (une, deux ou trois semaines) et choisies.

Le SE-Unsa 34 attire l’attention sur les MIN (Modules d’Initiative Nationale). Il s’agit de stages ministériels pour lesquels les publics en formation CAPPEI sont prioritaires pour terminer leur formation. En effet le volume horaire du CAPPEI est de 300 heures pour être validé dont 100 heures de MIN.
Les MIN sont proposés à travers un BO qui parait généralement au mois de juin. Or malgré les demandes incessantes du SE-Unsa 34, aucun relais n’est fait par l’administration héraultaise pour diffuser cette information.

Enfin le SE-Unsa 34 interroge l’administration sur le CPF (Compte Personnel de Formation). La secrétaire générale précise n’avoir aucune mesure et aucune information à ce sujet. Le SE-Unsa ajoute que le CPF a été mis en place pour l’entièreté de la fonction publique au 01/01/2017. Cela fait donc bientôt deux ans que rien n’est fait et que l’éducation nationale ne se met pas en règle avec la loi.
Le SE-Unsa 34 ajoute que l’année dernière un point sur le DIF avait été fait or cette année il n’y aura ni DIF ni CPF.
L’administration répond qu’elle est en attente de texte de mise en œuvre…
 

L’avis du SE-Unsa :

Le constat est sans appel. De formation choisie il n’est plus question et cela ne risque pas d’évoluer dans un avenir proche… Les enseignants ne peuvent plus choisir leur formation :

  • ni au Plan DĂ©partemental de Formation (Très peu de candidatures individuelles),
  • ni aux animations pĂ©dagogiques (imposĂ©es),
  • ni utiliser leur DIF ou leur CPF (droits inutilisables cette annĂ©e)
  • ni obtenir un CongĂ© de Formation Professionnelle (seulement 10 collègues par an sur près de 6000 enseignants !)

 


Questions diverses

1.    Formateurs : le SE Unsa souhaiterait connaĂ®tre la liste des DEA, PEMF Ă  TD et Ă  TP (encadrant les PES), des CPC et CPD ainsi que la liste des MAT dĂ©signĂ©s par le DASEN.

La chef de service distribue l’ensemble des documents aux représentants du personnel.


2.    Hors-Classe / Classe exceptionnelle : le SE-Unsa souhaite que les promotions non utilisĂ©es, Ă  cause de dĂ©part en retraite au 1er septembre par exemple, soit rĂ©cupĂ©rĂ©es et proposĂ©es Ă  une liste complĂ©mentaire.

La Secrétaire Générale explique qu’il n’y a eu aucune promotion non utilisée l’année dernière. Elle précise que si certaines promotions ne sont pas utilisées, elles seront ajoutées au contingent de l’année suivante.


3.    Hors Classe : Les collègues ayant demandĂ© un recours concernant leur apprĂ©ciation finale ont-ils reçu une rĂ©ponse de l’administration ?

L’IEN adjoint répond qu’il y a eu 3 recours en juillet et 10 en septembre. Les 3 recours de juillet ont obtenu une réponse, ceux de septembre vont les recevoir bientôt.


4.    RDV Carrière 2018 : Les collègues s’interrogent sur le manque de cohĂ©rence entre la lecture de la grille d’évaluation et leur apprĂ©ciation finale. Le SE-Unsa souhaiterait connaitre la procĂ©dure retenue dĂ©partementalement afin de dĂ©livrer ces apprĂ©ciations.

L’IEN adjoint explique qu’il n’y a pas eu de « quotas » d’avis « excellent » ni de « très satisfaisant » pour les échelons 6 et 8. Chaque cas a été analysé individuellement pour établir un avis final. Il avance que l’appréciation finale « Excellent » entraine forcément une accélération de carrière (boost) pour les enseignants concernés.

Comme il n’y a pas eu de « quotas », le SE-Unsa 34 demande comment cela se passe pour départager des enseignants ayant la même appréciation finale.

L’IEN adjoint explique que seront pris en compte l’évaluation des 11 compétences lors du compte rendu du rendez vous de carrière ainsi que l’appréciation finale de l’IEN. Il avance également que certaines compétences (les compétences 1 et 2 sur la pédagogie et la compétence 9) pourraient représenter un critère de départage car considérées comme plus importantes que les autres.

Le SE-Unsa 34 s’étonne également de la tenue de la CAPD « Promotions » au mois de janvier, ce qui entraine des changements d’échelon pour les enseignants concernés très tardifs et donc des retards sur leur paye.

La Secrétaire Générale explique que les délais de recours suite à la réception de l’avis final entrainent forcément une CAPD plus tardive.

Le SE-Unsa 34 demande que les avis soient avancés au mois de juin afin de permettre aux collègues d’en prendre connaissance plus tôt et de pouvoir mettre en paiement les nouveaux salaires dès le mois d’octobre.

L’IEN adjoint répond que le texte national impose de publier les avis en septembre.


L’avis du SE-Unsa :

Il parait donc difficile pour l’administration d’écourter les délais. Pour autant, le SE-Unsa 34 travaillera le sujet afin de proposer des solutions concrètes pour éviter des rattrapages de 7 mois de salaires… De la même manière, les collègues non concernés par une accélération (6ème et 8ème échelon) ne devraient pas pâtir de cette situation. Les rythmes d’avancement étant désormais les mêmes pour tous, les changements d’échelons devraient être anticiper pour être effectifs dès le mois de septembre.



5.    Animations pĂ©dagogiques : les directrices et directeurs totalement dĂ©chargĂ©s doivent s’inscrire aux 9h obligatoires soit en mathĂ©matiques, soit en français. Au vu de leur charge de travail et dans la mesure oĂą ces collègues sont totalement dĂ©chargĂ©s de classe, le SE-Unsa 34 demande qu’ils puissent en ĂŞtre exonĂ©rĂ©s s’ils le souhaitent

Le DASEN n’est pas favorable à cette demande pour des raisons de pilotage pédagogique de l’école. Il souhaite que les directrices.teurs participent à ces animations.


L’avis du SE-Unsa 34 :

Le SE-Unsa déplore la rigidité de la réponse. Le DASEN avait là un levier d’action très simple pour apporter un peu d’air à des directrices et directeurs surchargés. Effectivement, si l’on va par là toutes les réunions sont utiles et indispensables. Le problème demeure donc le temps. Les directrices.teurs ne comptent déjà pas leurs heures et leurs journées ne sont pas extensibles. Comment enseigner, piloter, coordonner, participer à toutes les réunions, organiser, rencontrer les familles, inscrire, radier, répondre au téléphone, au portail, aux mails….. sur une journée ? Le SE-Unsa 34 questionnera le DASEN


6.    Elections parents : une consigne dĂ©partementale ou nationale a-t-elle Ă©tĂ© passĂ©e en CIEN ou au niveau ministĂ©riel concernant la tenue du 1er conseil d'Ă©cole ? Une fĂ©dĂ©ration de parents aurait demandĂ© que ces conseils d'Ă©coles n'interviennent pas trop tĂ´t en cas de litige et de recours... Qu’en est-il ?

L’IEN adjoint précise que cela n’a pas été évoqué en CIEN et a interrogé les IEN du département. Il n’y a aucun problème à ce sujet sur le département.


7.    Evaluations CP-CE1 : Par deux courriers en dates des 20 septembre et 8 octobre, le SE-Unsa attirait votre attention sur la situation des collègues dĂ©chargĂ©s d’APC (directrices.teurs, MF…) ainsi que sur le temps global nĂ©cessaire pour la saisie des rĂ©sultats (8h pour une classe de 28 Ă©lèves). Le SE-Unsa 34 souhaiterait connaitre la rĂ©ponse qui sera apportĂ©e aux collègues.

Le DASEN répond que ce sujet est un positionnement national déterminé par le ministère et qu’il ne lui appartient pas de prendre des initiatives sur le sujet.

Le SE-Unsa 34 précise que dans d’autres départements, certains DASEN ont pris la décision de donner plus d’heures à ces enseignants. La journée de solidarité, la seconde journée de pré rentrée…. Les exemples sont nombreux.

Le DASEN reste sur le positionnement national, il argumente en expliquant qu’il ne souhaite pas prendre du temps sur le travail en équipe des enseignants qui est capital

Le SE-Unsa fait remarquer qu’à ce compte tous les moments sont importants. Le DASEN entend mais reste sur son positionnement.


L’avis du SE-Unsa :

Comme pour les directrices.teurs (voir question 5) le DASEN passe à côté de l’opportunité de reconnaitre le travail et l’investissement des enseignants. Le SE-Unsa le regrette.


8.    Calendrier CAPD : Pourrions-nous avoir dans les meilleurs dĂ©lais un calendrier des CAPD, GT et CTSD-CDEN ?

Les calendriers des CAPD et CTSD-CDEN ont été envoyés.

Concernant les Groupes de Travail (GT), le DASEN ne se dit pas opposĂ© dans la mesure oĂą l’ensemble des participants s’accordent sur le sujet : 

  1. Le GT est un lieu de discussion et d’échange. Aucun engagement ne sera pris en GT mais seulement des alternatives décisionnelles.
  2. Aucune communication ne doit être faite à l’issue du GT
  3. Les GT doivent être utiles et sur des sujets bien précis.


L’avis du SE-Unsa :

le SE-Unsa 34 ne comprends pas en quoi la communication à l’issue d’un GT, qui rappelons-le n’engage que l’organisation syndicale qui communique, peut poser problème. Pour le SE-Unsa communiquer à l’issue d’un GT est une forme de transparence envers la profession qui lui a donné sa confiance aux dernières élections. Cela permet d’exposer les prises de position du SE-Unsa, ses propositions mais aussi celles des autres organisations syndicales et de l’administration. Interdire cette communication relève de la censure.
A nouveau DASEN, nouvelles méthodes. Le SE-Unsa participera au premier groupe de travail, se fera un avis sur la méthode mais demeurera extrêmement prudent et refusera toute méthode pouvant s’apparenter à du chantage.


Le SE-Unsa 34 demande si le calendrier prévisionnel des GT peut lui être envoyé.


9.    Formation CAPPEI : Le SE-Unsa souhaiterait connaĂ®tre les raisons pour lesquelles les collègues en formation CAPPEI ne pourront pas suivre les modules nĂ©cessaires au parcours qu’ils ont choisis ?

Le SE-Unsa 34 précise que les deux collègues en formation G dans le département ne pourront pas suivre le module de pré professionnalisation qui se déroule à Lyon. Ce module est le seul module spécifique pour les futurs maîtres G et qui les démarques de la formation des maîtres E.

L’IEN Adjoint précise que le département de l’Hérault a proposé un module qui est en attente de validation au Rectorat.

L’IEN ASH précise qu’il n’a pas connaissance de la situation et que l’an dernier les stagiaires avaient pu participer à la formation sur Lyon. Il s’engage à s’occuper de ces situations.


10.    Paye des enseignants : suite Ă  la mise en place du PPCR, l’avancement est dĂ©sormais unique pour la majoritĂ© des Ă©chelons. Le SE-Unsa 34 souhaiterait connaĂ®tre les raisons des retards sur la paye des enseignants lorsqu’il y a un changement d’échelon.

Pour les Ă©chelons 6 et 8, il faudra attendre la tenue de la CAPD du mois de janvier (voir question 4).

Pour l’ensemble des autres échelons, la chef de service précise qu’il n’y a toujours pas eu de livraison du logiciel informatique qui permet de mettre en place les payes et d’éviter les retards. Le problème est national et il est indépendant de la CAPD. A ce jour, elle ne peut s’engager sur aucun calendrier de paye.


11.    ProcĂ©dure Grève : Le SE-Unsa rappelle que les directrices.teurs d’écoles ne sont pas supĂ©rieurs hiĂ©rarchiques et n’ont pas Ă  Ă©tablir la liste des grĂ©vistes ou Ă  remplir d’enquĂŞte pour l’administration qui doit recenser elle-mĂŞme les non-grĂ©vistes. Le SE-Unsa 34 souhaiterait que l’administration rĂ©flĂ©chisse Ă  une alternative au système actuel qui n’est pas satisfaisant.

Le DASEN entend et s’engage à réfléchir mais pour l’instant il n’y a pas d’autres modalités.

Le SE-Unsa 34 ajoute que cette situation pose problème notamment pour les Brigades, TRS et arrêts maladies qui ne sont pas forcément sur l’école et qui, s’ils ne signent pas, auront un retrait sur salaire. Conséquences et responsabilité qui ne doivent en aucun cas incomber aux directeurs.

Le SE-Unsa propose qu’un formulaire informatique soit envoyé individuellement aux enseignants afin de signaler leur présence lors du jour de grève.

12.    Grève et SMA : Depuis maintenant 3 ans, un problème se pose sur la commune de Montpellier. La ville ne met Ă  disposition qu’un seul lieu d’accueil pour les 123 Ă©coles. Cela crĂ©e des situations complexes pour les directrices et directeurs mais Ă©galement pour les enseignants non-grĂ©vistes. Le SE-Unsa 34 souhaiterait qu’un dialogue soit engagĂ© avec la ville de Montpellier quant aux conditions de mise en Ĺ“uvre du SMA.

Le DASEN vient de découvrir la situation mais ne s’avance pas sur une quelconque réponse. Le SE-Unsa ajoute que pour certaines éloignées de l’unique lieu d’accueil, les parents préfèrent laisser leurs enfants devant l’école ce qui oblige les enseignants non-grévistes à accueillir les enfants des enseignants grévistes. En plus de créer des situations de tension entre enseignants, cela surcharge les classes et contribue à bafouer le droit de grève qui demeure, rappelons-le, un droit constitutionnel.

Le DASEN prendra attache avec la ville de Montpellier.


13.    PAF : M Decombas (DAFPEN) a informĂ© le SE-Unsa d’un changement de procĂ©dure pour l’inscription au PAF « formation wisc 5 » des PsyEN. Suite Ă  de trop nombreux appels l’an dernier, il aurait Ă©tĂ© dĂ©cidĂ© que ce sont les IEN qui dĂ©signeraient les PsyEN qui partiraient en formation. Si cela Ă©tait confirmĂ©, le SE-Unsa s’oppose Ă  cette pratique et souhaite qu’à l’avenir les collègues PE dĂ©tachĂ©s dans le corps des PsyEN puissent candidater comme tous les autres personnels en toute transparence.


L’IEN adjoint précise que la modification de procédure est effective et qu’elle est liée au changement de statut. Leur formation est donc gérée par la DAFPEN directement, il y a 80 places sur l’académie. Les candidatures sont désignées et les IEN ont la main dessus. Toutefois le plan est pluri annuel et tous les PsyEN bénéficieront de la formation sur plusieurs années (3 ou 4 vraisemblablement).


14.    Pourrions-nous ĂŞtre destinataires de la liste des enseignants en CLM, CLD, CongĂ© parental, DĂ©tachement et DisponibilitĂ© Ă  la rentrĂ©e 2018 ?

Le DASEN ne souhaite pas fournir ce genre de liste car elle rentre dans la vie personnelle des enseignants.
Le SE-Unsa rappelle que les commissaires paritaires sont habilités à avoir ces informations-là et à les garder confidentielles.


Documents joints


   DĂ©claration CAPD   
(91.2 ko)
 
 
 
 
ALC