SECTION SE-Unsa de l'HERAULT - 34 MAISON DES SYNDICATS - 474 ALL HENRI II DE MONTMORENCY - 34000 MONTPELLIER
Tél. 04 67 64 54 47 - Por. 06 81 31 42 38 - 34@se-unsa.org

 
Changements de dĂ©partements 2016 : on s’y met ?
Article publié le mercredi 14 octobre 2015.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Avec un taux de satisfaction sous les 22% en 2015, les mutations nationales laissent de trop nombreux collègues dans l’impasse. Alors que la note de service annuelle est en préparation, le SE-Unsa a été reçu mercredi 14 octobre. Le SE-Unsa a formulé des propositions et des revendications concrètes.

Les recteurs et les IA-Dasen doivent desserrer l’étau pour satisfaire un maximum de personnes. Les nombres d’entrĂ©es et de sorties des dĂ©partements, fixĂ©s en amont par les recteurs et les IA-Dasen, sont marquĂ©s par la frilositĂ©. Dans certains dĂ©partements, le nombre d’ineat tardifs Ă©gale le nombre d’entrĂ©es aux mutations, alors que la phase d’ineat se veut ĂŞtre une phase complĂ©mentaire. En diminuant les capacitĂ©s d’accueil pour les mutations informatisĂ©es, le jeu de chaises musicales tourne court et empĂŞche des collègues d’obtenir satisfaction en mars. Cela ne permet pas non plus une installation sereine des collègues dans leur nouveau dĂ©partement. 

Le SE-Unsa demande à ce que la phase d’échange intra-académique soit intégrée au logiciel pour permettre d’améliorer les possibilités de muter. Les ineat tardifs montrent en effet que des possibilités d’échanges à l’intérieur des académies existent.

Concernant le barème, le SE-Unsa souhaite un traitement plus Ă©quitable :

-pour les années de séparation de conjoint, la prise en compte maximale aujourd’hui est de 4 ans. Certains collègues ont aujourd’hui bien plus de 4 ans de séparation et se retrouvent avec le même forfait de 450 points. Le SE-Unsa demande donc que le barème prenne réellement en compte le nombre d’années de séparation, y compris au-delà de 4 ans.

-le SE-Unsa demande que la situation d’ascendant(s) dépendant(s) soit prise en compte dans le barème.

-la bonification accordĂ©e pour des demandes de rapprochement de conjoint concernant un dĂ©partement d’une acadĂ©mie non-limitrophe lèse des collègues qui, avec le temps, se sont rapprochĂ©s par dĂ©pit.  Par ailleurs, cela nie la rĂ©alitĂ© gĂ©ographique de certaines acadĂ©mies : 2 dĂ©partements d’acadĂ©mies limitrophes peuvent ĂŞtre plus Ă©loignĂ©s que 2 dĂ©partements d’acadĂ©mies non-limitrophes.

-une prise en compte de la rĂ©sidence privĂ©e du conjoint dans la bonification «  rapprochement de conjoint Â»  dans la mesure oĂą cette dernière est compatible avec la rĂ©sidence professionnelle, comme c’est dĂ©jĂ  le cas dans le 2nd degrĂ©.  Cette compatibilitĂ© est apprĂ©ciĂ©e par les gestionnaires dĂ©partementaux au vu notamment des pièces fournies Ă  l’appui du dossier.

Exemple : un conjoint  travaille sur Paris et  habite  Ă  Lille.  La collègue pourra demander Ă  se rapprocher du dĂ©partement du Nord.

Pour le SE-Unsa, il est urgent de lancer une concertation pour amĂ©liorer le fonctionnement et l’efficacitĂ© du dispositif : rĂ©aliser leur projet est devenu pour trop de collègues un lointain horizon inaccessible.

 
 
 
 
ALC