SECTION SE-Unsa de l'HERAULT - 34 MAISON DES SYNDICATS - 474 ALL HENRI II DE MONTMORENCY - 34000 MONTPELLIER
Tél. 04 67 64 54 47 - Por. 06 81 31 42 38 - 34@se-unsa.org

 
Formation : le SE-Unsa reçu au Rectorat !
Article publié le mercredi 3 décembre 2014.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Suite à notre rencontre de ce mercredi 3 décembre avec M. Rosenzweig, doyen à la pédagogie auprès de Madame Le Recteur, et en présence de M. Iung, directeur de l'ESPE-LR, vous trouverez ci-dessous un compte rendu de notre audience.

 

I) Stagiaires plein temps

Le SE-Unsa demande à M. Rosenzweig dans quel cadre le stage sur temps libre imposé au stagiaires 2nd degré STMS et le rapport écrit à rendre qui s’y associe peuvent-ils être exigés.

M. Rosenzweig rĂ©pond ne pas avoir connaissance de cette exigence mais rappelle que ce cadre a Ă©tĂ© laissĂ© « aux mains Â» des IPR responsables de parcours.

Le SE-Unsa rappelle que le cadre de stagiarisation existe dĂ©jĂ  pour ces jeunes collègues en poste sur leur Ă©tablissement et qu’un second stage en tant que « bĂ©nĂ©vole contraint Â» n’a règlementairement pas lieu d’être.

M. Rosenzweig ajoute que tout stage, ici en entreprise, s’il est bien pensé est nécessairement formateur surtout sur ce type de filière.

Le SE-Unsa dit avoir bien entendu l’autonomie des IPR sur le cadre de formation dĂ©fini mais questionne sur le bien fondĂ© de l’exigence en question : certes tout stage peut ĂŞtre formateur mais est-ce une raison suffisante pour cumuler des exigences au risque de nuire au bon dĂ©roulement de la formation initialement dĂ©finie ?

Le SE-Unsa ajoute aussi que réaliser ce stage engendre des frais de déplacement voire de garde d’enfants, ainsi que des contraintes d’organisation personnelle que les IPR n’ont sans doute pas vus mais qui sont bien réels et qui ne peuvent être imputés aux stagiaires.

M. Rosenzweig reconnait que malgré l’intérêt que peut procurer un stage, les stagiaires ne devraient pas avoir à supporter ce type de contraintes matérielles.

Le SE-Unsa demande Ă©galement en quoi la notation de ce rapport Ă©crit entrera en compte dans la titularisation.

M. Rosenzweig pense que ce rapport sera forcément pris en compte mais pour le travail qu’il aura exigé aux stagiaires, c’est-à-dire plus en terme de reconnaissance d’investissement que comme obstacle à la titularisation puisqu’il ne fait pas partie des critères exigibles.

Il propose, de son côté, de contacter les inspecteurs concernés pour connaître le bien fondé du stage et du rapport et propose que, de leur côté, les stagiaires STMS prennent un moment pour discuter du stage comme du rapport avec leurs inspecteurs.

L’avis du SE-Unsa : stagiaire STMS, contactez ensemble vos inspecteurs pour leur demander une discussion sur la place de ce stage et de ce rapport dans le cadre de votre annĂ©e de formation, nous restons disponibles pour tout conseil ou suivi de la rencontre.

 

II) Stagiaires mi-temps

1) ProblĂ©matique de gestion inĂ©quitable des stagiaires selon les FDE d’accueil (1er degrĂ©) :

* Pression et charge de travail :

Le SE-Unsa dĂ©nonce une inĂ©quitĂ© de gestion des stagiaires d’une FDE Ă  l’autre : les prĂ©cĂ©dentes interventions du SE-Unsa auprès du directeur de l’ESPE qui ont permis des Ă©claircissements sur de nombreux points ne semblent pas ĂŞtre entendues de la mĂŞme manière sur tout le territoire de notre acadĂ©mie….

Le SE-Unsa cite l’exemple des cours ou travaux identiques à l’année dernière que certains formateurs refusent d’exempter selon le site où ils exercent ou encore la pression persistante qui pèse sur l’obtention du C2i2e.

M. Iung répond qu’une récente rencontre avec les directeurs de chaque site a semblé au contraire montrer une volonté générale de ne plus mettre de pression sur les stagiaires.

Le SE-Unsa s’étonne de cette volontĂ© affichĂ©e qui se traduit de façon contradictoire par une exigence rĂ©cente de rendre plusieurs Ă©crits rĂ©flexifs (un par matière !) avant les congĂ©s de NoĂ«l.

M. Iung dit ne pas être informé de cette série d’écrits à rendre mais s’engage à se renseigner.

Le SE-Unsa demande un Ă©talement dans le temps des travaux Ă  rendre.

M. Iung répond que les délais donnés doivent sans doute correspondre à des dates de validation universitaire.

Le SE-Unsa rappelle alors que ces Ă©crits n’ayant peut-ĂŞtre pas tous une utilitĂ© fondĂ©e « on n’évalue pas que sur des Ă©crits Â» (enseignants, on se l’entend souvent dire…), la possibilitĂ© de ne pas tous les exiger peut sans aucun doute ĂŞtre envisagĂ©e.

M. Iung s’engage aussi à en discuter avec les responsables de parcours.

* Observation de la classe d’un pair :

Le SE-Unsa évoque aussi la problématique des demandes d’autorisation d’absence pour observer la classe du tuteur constamment refusées sur certains sites.

M. Iung demande si les stagiaires font leur demande dans le cadre du mémoire car si tel est le cas, il va effectivement discuter avec les directeurs de site de cette problématique.

M. Rosenzweig reconnait que, sans autorisation d’absence, les stagiaires du 1er degré ne peuvent aucunement avoir la possibilité d’observer leur tuteur en exercice.

L’avis du SE-Unsa : que tout stagiaire qui souhaite observer la classe de son tuteur demande une autorisation d’absence en stipulant bien qu’elle entre dans le cadre de la rĂ©alisation du mĂ©moire.

Le SE-Unsa souligne aussi l’absurdité de plébisciter la réalisation d’un mémoire par un binôme M2A/M2B tout en refusant toute autorisation d’absence à l’un ou à l’autre pour aller observer son collègue sur son lieu de stage.

M. Rosenzweig dit être étonné par cette pratique qu’il faudrait annuler.

M. Iung dit ne pas être au courant mais pense que l’annulation sera impossible puisque les binômes sont déjà constitués et les projets de mémoire lancés.

Le SE-Unsa insiste en demandant qu’une solution soit alors trouvée pour que ces binômes puissent fonctionner correctement.

M. Iung répond qu’il va aussi en discuter avec les directeurs de site.

* Participation aux tâches administratives :

Le SE-Unsa ajoute que la problĂ©matique est exactement la mĂŞme pour la participation des stagiaires aux tâches administratives de tout enseignant (conseil de classe, de maĂ®tres, d’école, animations pĂ©dagogiques) : les autorisations d’absence sont automatiquement refusĂ©es.

Le SE-Unsa ajoute que l’argument rĂ©torquĂ© est « pour Madame le Recteur, la prioritĂ© est aux cours Â».

M. Rosenzweig dit s’étonner de cet argument puisque cette question qui mérite amplement d’être tranchée ne l’a pas encore été.

Le SE-Unsa rappelle qu’un enseignant a, parmi ses responsabilités professionnelles, des tâches pédagogiques et des tâches administratives et que la formation initiale doit bien avoir pour objectif de former chaque stagiaire sur ces deux versants, d’autant que c’est au cours de cette année que les allers-retours entre pratique et théorie, entre tuteur et stagiaires, sont autant possibles que nécessaires.

M. Rosenzweig dit être parfaitement en accord avec cette conception de la formation et trouve indispensable que les stagiaires puissent connaitre les tâches administratives dès cette année.

En accord avec M. Iung, il annonce une discussion à venir très prochainement sur le sujet.

* Participation aux voyages scolaires :

Le SE-Unsa Ă©voque ensuite le refus essuyĂ© par les stagiaires ayant demandĂ© Ă  l’ESPE la possibilitĂ© de participer aux voyages scolaires dont ils sont les acteurs ; l’argument donnĂ© Ă©tant le refus de Madame Le Recteur.

M. Rosenzweig répond à nouveau que refus il n’y a pu avoir car la problématique n’a pas été abordée au niveau du rectorat.

Le SE-Unsa expose à nouveau la logique du vécu du terrain au cœur de la formation initiale et ajoute aussi que dans le cadre d’une année aussi complexe et déroutante, permettre aux stagiaires concernés de voir aboutir un projet mené depuis son lancement parait être un encouragement logique de l’employeur envers ses stagiaires.

M. Iung note que selon la longueur du voyage il peut être dommageable de rater des cours alors qu’un master est à valider.

Le SE-Unsa rĂ©pond que bon nombre de stagiaires ayant dĂ©jĂ  validĂ© un master ne sont pas concernĂ©s par l’obligation de diplĂ´me et ajoute que, faute de moyens dans notre institution, les voyages scolaires de plus d’une semaine ne sont plus de coutume…ce qui exclut toute absence de cours de plus de 2,5 jours.

En accord avec M. Iung, M. Rosenzweig annonce une nécessaire discussion à venir très prochainement sur le sujet.

2) Problématique d’inscription en DU

Le SE-Unsa remercie M. Iung d’avoir répondu favorablement à sa dernière demande en considérant le cas des stagiaires CPE dispensés de diplôme à qui l’ESPE refusaient, depuis la mise en place des parcours adaptés, l’inscription en DU.

En effet, la possibilitĂ© de choisir entre master et DU Ă©tait indispensable et a Ă©tĂ© effective !

Le SE-Unsa demande à M. Iung de reconsidérer le cas d’une stagiaire 1er degré titulaire d’un DEA qui s’est également vue refuser une inscription en DU.

M. Iung répond que ce cadre n’a pas été envisagé.

Le SE-Unsa insiste en disant que le DU 1er degré étant déjà mis en place pour les stagiaires dispensés de diplôme, il ne parait pas bien compliqué d’y intégrer une stagiaire supplémentaire.

M. Rosenzweig répond aussi que le cadre défini initialement pour cette année ne le permet pas mais que les arguments avancés par le SE-Unsa doivent amener à une autre prise en compte de ces situations pour l’année prochaine.

3) Problématique des stagiaires arts plastiques

Pour la troisième fois depuis le début de l'année, le SE-Unsa est contraint de renouveler sa grande inquiétude sur l’absence de professionnalisation du mémoire exigé aux stagiaires de la discipline.

M. Rosenzweig semble sensible Ă  l'argumentaire du SE-Unsa.

M. Iung s'engage Ă  en discuter Ă  nouveau avec la responsable de parcours.

4) Problématique des stagiaires en situation de maternité

Le SE-Unsa questionne sur le sort des stagiaires concernées par une situation de maternité en cours d’année et qui dépasseront les 36 jours d’absence autorisés : durée de prolongation, dispositif de prolongation (mi-temps ou plein temps), lieu de prolongation (changement ou pas d’académie pour le second degré), participation aux mouvements 1er degré ou aux mutations 2nd degré, …

M. Rosenwzeig comme M. Iung dont la problématique ne se pose pas de la même façon pour l’un ou pour l’autre n’ont aucune réponse mais plutôt autant de questions…

M. Rosenzweig s’engage à se renseigner auprès du SCPE et nous tenir informés des réponses.

Le SE-Unsa demande le délai de la réponse.

M. Rosenzweig Ă©voque le mois de mai.

Le SE-Unsa rĂ©pond que ce dĂ©lai est bien trop long pour les stagiaires concernĂ©s !

 

III) EAP

Lors de la dernière rencontre entre  M. Iung et le SE-Unsa, avait Ă©tĂ© envisagĂ©e la possibilitĂ© pour les Ă©tudiants sous contrat d’EAP d’anticiper la validation du stage de M1.

Une discussion devant avoir lieu avec le Rectorat, le SE-Unsa questionne sur l’avis des acteurs concernés.

M. Rosenzweig répond y être très favorable aussi et informe que le port folio (déjà en usage pour les stagiaires du 1er degré) pourrait être un moyen de mettre d’autant plus en avant les expériences d’EAP.

Le SE-Unsa dit y être très favorable.

 

IV) Formation 2014/2015

L’organisation de la formation ainsi définie (50% + 50%) et telle qu’elle est mise en place sur l’académie de Montpellier est un dispositif qui reste à améliorer voire à repenser étant donné les écueils ne serait-ce que dès le début de cette année…

Le SE-Unsa demande qu’une réelle réflexion ait lieu à ce sujet afin de faire un bilan du dispositif actuel dans le but de l’améliorer ou de le revoir dans son intégralité.

M. Rosenzweig dit entendre la préoccupation et envisager effectivement un moment d’état des lieux en vue de la formation à la rentrée prochaine.

 

V) Ineat-exeat de stagiaires (1er degré)

Le SE-Unsa veut s’assurer que les deux cohortes de stagiaires mi-temps et plein temps seront bien traités avec la même équité (même statut) en ce qui concerne les ineat-exeat de stagiaires entre départements de l’académie.

M. Rosenzweig répond qu’il s’agit plutôt d’une question à poser à chaque DASEN.

Le SE-Unsa fait remarquer que si chaque DASEN a une conception différente de la question, les échanges s’annoncent complexes voire impossibles.

M. Rosenzweig dit prendre la mesure de la situation, il demande un écrit au SE-Unsa afin de pouvoir interroger de son côté chaque DASEN de l’académie afin de voir la nécessité ou non de les réunir pour trouver un fonctionnement commun et permettre les échanges.

Le SE-Unsa, dans l’intérêt qu’il porte aux stagiaires concernés, répond favorablement à la demande.

 

Pour toute question : jeunesenseignants.seunsa34@gmail.com

 
 
 
 
ALC