SECTION SE-Unsa de l'HERAULT - 34 MAISON DES SYNDICATS - 474 ALL HENRI II DE MONTMORENCY - 34000 MONTPELLIER
Tél. 04 67 64 54 47 - Por. 06 81 31 42 38 - 34@se-unsa.org

 
Formation initiale : le SE-Unsa reçu par le directeur de l’ESPE
Article publié le vendredi 7 novembre 2014.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Sur l’organisation gĂ©nĂ©rale de la formation, suite Ă  ses deux prĂ©cĂ©dentes audiences auprès de l’ESPE puis du Rectorat, le SE-Unsa avait obtenu de nombreuses avancĂ©es :

- résolutions des problématiques universitaires auprès de l’ESPE (inscriptions, assiduité, création du DU, …)

- éclaircissements sur les modalités de mise en place des parcours adaptés et surtout modifications des exigences du mémoire auprès du rectorat (aucun écrit pour les titulaires d’un master MEF, écrit réflexif pour les dispensés de diplôme, nombre de pages raisonnable pour tous les autres parcours)

Cependant, depuis la mise en place des parcours adaptés pour une importante partie des stagiaires mi-temps, le SE-Unsa a continué d’être destinataire de problématiques cette fois plus ciblées, plus spécifiques sur un parcours ou un autre.

Fort de ces remontĂ©es et notamment des nombreuses participations au questionnaire « Parcours adaptĂ©s : vos besoins en quelques clics Â» (http://goo.gl/forms/fntfT3Hpjb), le SE-Unsa a Ă©tĂ© reçu suite Ă  sa demande ce vendredi 7 novembre par M. Iung, directeur de l’ESPE-LR, dans le but de rappeler le cadre règlementaire Ă  respecter sur certaines exigences faites aux stagiaires et de demander des explications sur les disparitĂ©s notĂ©es entre parcours adaptĂ©s dans un but de diminuer voire supprimer ces dernières.

Le SE-Unsa en a aussi profité pour questionner M. Iung sur la problématique de la superposition date butoir mémoire / dates des concours ainsi que sur la prise en compte du cursus EAP.

M. Iung en a lui profité pour informer le SE-Unsa d’une rencontre avec les responsables de parcours dans 15 jours ainsi que d’une rencontre avec les délégués de stagiaires par parcours au mois de janvier pour faire un point sur les parcours adaptés.

 

I) Stagiaires mi-temps

1) Parcours adaptĂ©s :

* Titulaires du master MEF :

a- Professeurs des Ă©coles :

Le SE-Unsa demande Ă  M. Iung les raisons de la non exemption de l’UE polyvalence dĂ©jĂ  suivie l’an passĂ© par les stagiaires en citant la participation Ă  des cours dĂ©jĂ  suivis ou l’exigence de travaux notamment « maison Â» dĂ©jĂ  effectuĂ©s.

M. Iung dit être étonné de cette redondance puisque le parcours adapté tient compte de cet élément.

Le SE-Unsa rappelle que l’UE polyvalence est le même pour les titulaires du master MEF et pour les autres d’où le risque de répétition.

M. Iung répond alors que si les stagiaires constatent qu’un cours ou un travail est le même qu’ils ont déjà effectué, qu’ils demandent à leur formateur d’en être exemptés. Il ajoute qu’il en parlera aux formateurs.

b- Stagiaires 2nd degrĂ© Arts plastiques :

Le SE-Unsa demande à M. Iung pourquoi certains stagiaires Arts plastiques déjà titulaires d’un master MEF ont un mémoire de type master MEEF à réaliser alors que tout autre stagiaire dans ce cas là en est exempté.

M. Iung rĂ©pond que cette exigence n’est effectivement pas « normale Â» et qu’il va se renseigner pour connaĂ®tre l’origine du problème.

L’avis du SE-Unsa : que tout stagiaire Arts plastiques ou autre, dĂ©jĂ  titulaire d’un master MEF, qui se voit imposer un mĂ©moire de type master MEEF se signale !

* Titulaires d’un master autre que MEF

a- MĂ©moire :

Le SE-Unsa s’étonne des diffĂ©rences de cadrage de mĂ©moire entre stagiaires concernĂ©s par ce parcours : mĂ©moire de type master MEEF pour la majoritĂ©, mĂ©moire allĂ©gĂ© pour d’autres et aucun Ă©crit pour certains.

Le SE-Unsa se dit dérangé par cette in équité.

M. Iung répond que le cadrage peut laisser certaines libertés mais que ces écarts l’étonnent, il dit en parler aux responsables de parcours lors de la prochaine rencontre.

De plus, le SE-Unsa souligne l’écart de pages demandĂ©s : de 30 Ă  70 selon le responsable de parcours !

M. Iung répond que le cadrage qu’il a défini ne fixe effectivement pas le nombre de pages pour laisser la possibilité à chaque responsable de parcours de définir le nombre de pages adapté au type de public (littéraire, scientifique, …).

Le SE-Unsa répond que si le cadrage général n’impose pas le nombre de pages alors il doit soit permettre la liberté à chaque stagiaire de le fixer selon ses besoins soit indiquer le minimum de 30 pages demandé par le Rectorat.

Le SE-Unsa rappelle que rĂ©aliser un mĂ©moire pertinent ce n’est pas respecter un nombre de pages mais que bien au contraire, sans la contrainte d’un nombre de pages fixĂ©, tout stagiaire se consacrera uniquement Ă  son contenu et produira par consĂ©quent un mĂ©moire de qualitĂ© et ce d’un nombre de pages qu’il lui sera nĂ©cessaire pour le faire !

Le SE-Unsa demande alors à M. Iung que tout mémoire qui n’aurait pas respecté le volume imposé par nécessité de produire un écrit de qualité n’en soit pas pénalisé.

M. Iung dit partager cet avis puisque l’objectif est avant tout la pertinence et l’utilité de l’écrit pour le stagiaire.

L’avis du SE-Unsa : le SE-Unsa sera vigilent sur le fait qu’aucun stagiaire qui aurait respectĂ© l’ensemble des critères de rĂ©alisation du mĂ©moire ne puisse ĂŞtre pĂ©nalisĂ© sur le nombre de pages.

Le SE-Unsa évoque aussi la problématique du mémoire exigé aux stagiaires 2nd degré Arts plastiques, un mémoire qui n’a rien de professionnel….contrairement aux préconisations du cadrage académique et surtout contrairement aux intérêts de formation des stagiaires.

M. Iung dit être surpris car suite à sa demande à la responsable de parcours des Arts plastiques de lui donner le cadrage exigé, il ne retrouve pas cette lacune.

M. Iung lit le cadrage en question et ajoute que ce cadrage est bien présent dans le dossier d’accréditation du parcours Arts plastiques.

Le SE-Unsa demande si le dossier d’accréditation ou au moins la partie en question a été communiqué aux stagiaires car effectivement il est parfaitement dans la ligne d’une vraie analyse de pratique.

M. Iung dit ne pas savoir mais se renseigner.

Le SE-Unsa demande alors que si la communication n’a pas été faite, qu’elle le soit au plus tôt, soit par l’envoi du dossier d’accréditation complet si cela est possible soit par l’envoi de la partie concernée.

M. Iung répond favorablement à la demande.

L’avis du SE-Unsa : le SE-Unsa reste en contact avec les stagiaires Arts plastiques pour vĂ©rifier la communication du cadrage professionnel de leur mĂ©moire.

b- Validation d’UE :

Le SE-Unsa souligne que certaines catégories de stagiaires, moins disciplinaires que les autres, ne se sont vues exemptées d’aucun UE. C’est le cas des PE, PLP, CPE mais aussi de la discipline Arts plastiques.

Le SE-Unsa rappelle la circulaire du 17 juin 2014 «les laurĂ©ats dĂ©jĂ  titulaires d’un M2 […] bĂ©nĂ©ficieront d’une formation adaptĂ©e Ă  leurs besoins en fonction des prĂ©conisations de la commission acadĂ©mique Â», ce qui n’est donc nullement le cas pour ces stagiaires lĂ  puisqu’ils suivent la totalitĂ© du M2 MEEF comme tout non titulaire d’un M2.

M. Iung répond qu’effectivement en fonction des exigences des UE de master MEEF, chaque responsable de parcours a pris en compte le cursus passé des stagiaires pour les exempter ou non d’UE.

Le SE-Unsa répète qu’au-delà du fait que ce dispositif n’est pas règlementaire, il nie de façon irrespectueuse tout acquis antérieur de ces stagiaires.

M. Iung rappelle le contexte d’urgence de mise en place des parcours.

Le SE-Unsa demande alors que pour les années à venir, les cursus avant concours de chaque stagiaire soit pris en compte.

M. Iung pense à des entretiens individuels personnalisés pour que chaque stagiaire puisse faire état de ses compétences acquises afin de permettre une dispense d’UE plus importante.

Le SE-Unsa répond être très favorable à ce dispositif de différenciation.

* Lauréats du concours interne (dispensés de diplôme)

Le SE-Unsa dit ne pas comprendre l’impossibilité d’inscription en DU de certains stagiaires lauréats du concours interne et donc dispensés de diplôme (notamment CPE).

Le SE-Unsa rappelle que le cadre règlementaire demande à chaque ESPE de créer un DU pour tous les stagiaires remplissant déjà les conditions de diplôme pour être titularisés ou en étant dispensés afin que ces derniers aient le choix entre le suivi d’un master MEEF ou celui d’un DU.

Le SE-Unsa précise que ce refus d’inscription est lourd de conséquences puisque les stagiaires concernés ne sont exemptés d’aucun UE et ont à réaliser un mémoire de type master MEEF, ce qui n’est pas le cas pour les autres dispensés de diplôme.

M. Iung admet que le refus d’inscrire ces stagiaires en DU est lié à un problème budgétaire.

NB : une inscription en DU coĂ»te beaucoup plus cher Ă  l’universitĂ© puisqu’aucune allocation financière ne lui est attachĂ©e, contrairement Ă  une inscription en Master.

Le SE-Unsa s’oppose clairement à ce qu’une contrainte budgétaire soit la cause d’un non respect des textes et qu’en plus elle crée de l’in équité entre stagiaires.

Le SE-Unsa précise aussi à M. Iung que le nombre de stagiaires souhaitant s’inscrire au DU est très faible car la majorité de ceux n’ayant pas de master MEEF souhaitent l’obtenir en vue d’une évolution de carrière par la suite.

Le SE-Unsa demande donc à M. Iung d’étudier les quelques cas de stagiaires concernés par ce refus d’inscription.

M. Iung répond qu’il va les étudier mais que dans le cas où il ne pourrait pas les inscrire en DU, il tiendrait uniquement compte de l’engagement du stagiaire dans sa formation et aucunement de la validation du M2.

L’avis du SE-Unsa : le SE-Unsa tiendra au courant les stagiaires concernĂ©s qui s’étaient signalĂ©s.

2) C2i2e :

Le SE-Unsa se dit très favorable à la mise en place de la possibilité pour les stagiaires d’obtenir la certification C2i2e au cours de leur formation initiale mais il s’oppose totalement au cadrage du C2i2e tel qu’il a été communiqué aux stagiaires.

Il rappelle que règlementairement l’obtention du C2i2e ne peut être exigée pour la titularisation or dans le cadrage donné, les stagiaires se voient contraints d’obtenir le C2i2e pour valider leur UE informatique, qui comme toute validation d’UE est sensée être prise en compte dans l’avis du directeur de l’ESPE pour la titularisation.

M. Iung répond que certes le C2i2e n’est plus exigible pour la titularisation, mais il ajoute que l’opportunité de le valider dès la formation initiale est une chance car il n’est pas garanti que l’employeur pourra mettre en place cette formation par la suite dans la carrière des stagiaires.

Le SE-Unsa rappelle que la mise en place de ce dispositif effectif ou non relèvera de la responsabilité de l’employeur mais ne peut à ce titre devenir une contrainte pour les stagiaires.

Le SE-Unsa demande alors à M. Iung, dans le cadre de l’avis qu’il doit donner à l’employeur pour la titularisation de ne pas tenir compte d’une non validation de l’UE informatique liée à une non certification en C2i2e.

M. Iung répond qu’il y sera très vigilent et bienveillant.

L’avis du SE-Unsa : que tout stagiaire qui se verrait invalider l’UE informatique sous prĂ©texte de non obtention de la certification du C2i2e se signale !

3) Cours durant les congés

Mi-septembre, le SE-Unsa avait adressé un courrier à M. Iung ainsi qu’au Rectorat pour demander l’annulation des cours durant les congés (voir courriers en PJ).

Le SE-Unsa tient donc à savoir pourquoi ce courrier n’a pas obtenu de réponse.

M. Iung répond que la logistique des cours (réservation de salles, disponibilité des enseignants, ..) est très complexe à gérer et que la possibilité de déplacer les cours n’était pas envisageable.

Il ajoute que cette logistique très lourde ne permettrait pas de toute façon le déplacement des cours de tous les congés de l’année.

Le SE-Unsa rĂ©pond que si la demande a Ă©tĂ© insistante sur les congĂ©s d’automne, c’est parce que les stagiaires en avaient rĂ©ellement besoin Ă  ce moment lĂ  !

Le SE-Unsa ajoute que cette problématique sera la même pour la rentrée 2015 et qu’il serait bienveillant de la part de l’ESPE d’y faire très attention.

M. Iung répond être conscient de la nécessité de repos des stagiaires notamment en ce début d’année et s’engage à organiser la rentrée prochaine en évitant les cours sur ces congés.

L’avis du SE-Unsa : le SE-Unsa sera bien sĂ»r très vigilent sur l’organisation de la rentrĂ©e 2015…

4) Autorisation de dispense de cours pour se rendre dans la classe du tuteur :

Le SE-Unsa rappelle aussi que lors de sa dernière audience, avait été évoquée la possibilité pour les stagiaires de demander une dispense de cours pour observer la classe du tuteur, une observation qui peut d’autant plus être utile dans le cade de la rédaction d’un mémoire ou d’un écrit réflexif.

Le SE-Unsa demande alors quelles modalités ont été prévues par l’ESPE pour que chaque stagiaire puisse bénéficier de cette possibilité.

M. Iung répond qu’il suffit à chaque stagiaire de demander cette autorisation à son responsable de parcours. Il ajoute qu’il va en parler aux responsables de parcours.

L’avis du SE-Unsa : stagiaire, n’hĂ©sitez pas Ă  nous signaler un refus de dispense de cours pour observer la classe de voter tuteur.

 

II) Étudiants stagiaires M2B

Le SE-Unsa dit avoir Ă©tĂ© fortement Ă©tonnĂ© lors de l’annonce de la date butoir pour remettre le mĂ©moire de M2, le 27 avril soit juste après la passation des concours du 2nd degrĂ© mais surtout la veille de la passation des Ă©crits du CRPE !

Le SE-Unsa ajoute que ce calendrier a sans doute été réfléchi pour une année universitaire indépendamment des dates de concours mais que pour les étudiants passant le concours, la pression serait insoutenable, et donc nocive à la réussite aux épreuves.

Le SE-Unsa demande donc un recul de la date butoir de remise du mémoire pour les M2B.

M. Iung confirme que le calendrier « mĂ©moire Â» a Ă©tĂ© donnĂ© de façon identique pour les M2A et les M2B sans distinction et donc sans prise en compte des Ă©chĂ©ances concours.

Il ajoute qu’il va se renseigner pour tenter de basculer les M2B sur la deuxième session de remise du mémoire.

L’avis du SE-Unsa : le SE-Unsa tiendra au courant tous les M2B de cette rĂ©ponse.

 

III) EAP

Le SE-Unsa demande comment est prise en compte l’expĂ©rience des Ă©tudiants EAP dans le cadre de la formation MEEF : validation d’UE ?

Le SE-Unsa explique que l’exemption d’UE peut permettre aux étudiants concernés de continuer leur contrat en tant que M1, un aspect d’autant plus positif pour la continuité dans les établissements.

M. Iung répond qu’il est lui aussi favorable à une reconnaissance de cette expérience et qu’il semble logique que le statut d’EAP exempte tout étudiant des UE de stage.

M. Iung ajoute aussi que des modules de préprofessionnalisation vont être créés en L2 et L3 et que les étudiants EAP en seront exemptés.

Le SE-Unsa salue la démarche et demande que l’expérience d’EAP en L3 puisse permettre aussi la validation des UE stage du M1.

M. Iung répond qu’actuellement l’UE de stage en L3 est distincte de celle de M1 mais qu’il va se renseigner auprès du Rectorat pour qu’un étudiant de L3 puisse effectuer un stage de M1 afin d’être exempté de l’UE stage en M1.

L’avis du SE-Unsa : le SE-Unsa est très favorable Ă  l’idĂ©e de ce dispositif  et interrogera de son cĂ´tĂ© le Rectorat.

 

IV) Tout usager de l'ESPE

Le SE-Unsa rappelle aussi à M. Iung que lors de sa dernière audience, M. Iung avait évoqué la mise en place d’une plateforme d’évaluation des usagers et veut alors savoir où en est ce dispositif.

M. Iung répond que faute de moyens humains disponibles, la plateforme n’est pas encore prête mais que sa mise en place est bien sûr toujours d’actualité.

Il ajoute qu’il profitera de sa tournée de janvier 2015 sur chaque site pour souhaiter les vœux pour expliquer les enjeux et les modalités d’utilisation de la plateforme.


   Courrier ESPE   
(115.2 ko)
   Courrier Rectorat   
(115.8 ko)
 
 
 
 
ALC