SECTION SE-Unsa de l'HERAULT - 34 MAISON DES SYNDICATS - 474 ALL HENRI II DE MONTMORENCY - 34000 MONTPELLIER
Tél. 04 67 64 54 47 - Por. 06 81 31 42 38 - 34@se-unsa.org

 
Action sociale, pour plus d’équitĂ© !
Article publié le lundi 3 mars 2014.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

"L’action sociale vise à améliorer les conditions de vie des agents publics et de leur famille, notamment dans les domaines de la restauration, du logement, de l’enfance et des loisirs ainsi qu’à les aider à faire face à des situations difficiles"(1). Dans le contexte actuel de crise et de gel des salaires des fonctionnaires, elle prend toute son importance…
Un rapport(2), commandé par les organisations syndicales dans le cadre du CIAS(3) et remis au ministre de la Fonction publique, pointe la faiblesse de l’action sociale tout particulièrement dans l’Éducation nationale. Là où le ministère de l’Économie et des finances donne 1000 euros par agent, celui de l’Éducation nationale y consacre tout juste 80 euros… Douze fois moins !
La moyenne est de près de 500 euros par agent sur l’ensemble des ministères. Les agents du Men apparaissent, une fois de plus, comme les parents pauvres du système. Au-delà des crédits qui y sont consacrés, la faiblesse de notre action sociale tient aussi à l’absence de réseau dédié. Le manque de proximité pose des problèmes de visibilité et d’accès à l’information. À cela s’ajoute une gestion et un suivi des prestations très insuffisants.
Le SE-Unsa demande que l’organisation de l’action sociale interministérielle soit rénovée. L’équité et l’efficacité doivent être les deux principes qui guident ce renouveau.



(1) Loi n°83-634 du 13 juillet 1983 (article 9).
(2) Rapport de l’IGAS/CGEFi d’octobre 2011.
(3) Comité interministériel d’action sociale ; le SE-Unsa y siège au titre de l’Unsa-FP.


 


Des avancées au compte-gouttes :
Dans les différentes instances où le SE-Unsa siège (au sein de la CNAS avec l’Unsa-Éducation, et au sein du CIAS avec l’Unsa-Fp), notre travail a commencé à payer :

• création d’une tranche à 30% pour les chèques-vacances,

• revalorisation des barèmes d’attribution,

• augmentation des montants alloués dans le cadre des CESU,

• multiplication par 3 des réservations de places en crèche en 2 ans.


Dorénavant, les assistants d’éducation pourront avoir accès aux chèques-vacances (sous couvert d’une participation des établissements).


Le combat syndical est pourtant loin d’être gagné et nous portons avec obstination d’autres revendications telles l’instauration d’un titre restaurant pour tous les agents n’ayant pas accès à un restaurant administratif ou interadministratif et l’optimisation de la réservation de logement pour les fonctionnaires. Nous travaillons aussi à la création d’une prestation étudiants. Plus que jamais offensifs pour que cela change et qu’une politique volontariste soit menée.

 
 
 
 
ALC