SECTION SE-Unsa de l'HERAULT - 34 MAISON DES SYNDICATS - 474 ALL HENRI II DE MONTMORENCY - 34000 MONTPELLIER
Tél. 04 67 64 54 47 - Por. 06 81 31 42 38 - 34@se-unsa.org

 
La Charte des Programmes est parue
Article publié le lundi 7 avril 2014.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le Conseil SupĂ©rieur des Programmes vient de publier la  nouvelle charte des programmes.

Celle-ci constitue un premier pas vers un changement de logique dans la conception des contenus de formation dans notre système Ă©ducatif en introduisant une dĂ©marche plus intĂ©grĂ©e, une dĂ©marche « curriculaire Â».

Pourquoi ne peut–on plus se contenter de listes annuelles de connaissances disciplinaires Ă  enseigner ? Pourquoi faut-il dĂ©velopper le pouvoir d’action des Ă©quipes pĂ©dagogiques et Ă©ducatives ? Et surtout le pouvoir d’action des Ă©lèves ?

Plusieurs Ă©lĂ©ments militent pour cette transformation :

  • Lister des savoirs ne suffit plus Ă  dĂ©finir des apprentissages scolaires alors que la production de connaissances est exponentielle,  que celles-ci sont accessibles partout et qu’elles sont constamment rĂ©visĂ©es.
  • La prĂ©sentation de savoirs figĂ©s et segmentĂ©s ne prĂ©pare pas nos Ă©lèves Ă  faire face Ă  la complexitĂ© et Ă  affronter le doute pour relever les dĂ©fis de l’avenir.
  • La rĂ©volution numĂ©rique creuse les Ă©carts entre ceux qui ont accès au savoir et peuvent en tirer parti et ceux qui ne le peuvent pas. Elle modifie en profondeur les procĂ©dures de construction des apprentissages.

La très grande majorité des systèmes éducatifs révisent leur approche des contenus de formation dans le même sens :

  • introduction d’une logique de compĂ©tences,
  • principe de l’élève acteur de ses apprentissages,
  • importance du travail coopĂ©ratif et collaboratif, 
  •  importance accordĂ©e aux situations de formation.

Un des principes forts qui prĂ©sidera Ă  la rĂ©daction des nouveaux programmes est leur formulation en termes d’acquis pour les Ă©lèves, ce qui doit, Ă  notre avis, conduire Ă  sortir des programmes plĂ©thoriques pensĂ©s pour des Ă©lèves idĂ©aux. Le prĂ©ambule de la charte indique de manière explicite que les contenus doivent pouvoir ĂŞtre acquis par tous dans le temps scolaire.

Autre principe fort : les programmes sont pensĂ©s Ă  deux niveaux complĂ©mentaires. Un programme gĂ©nĂ©ral fixera les grands objectifs de formation. Les programmes disciplinaires dĂ©finiront les contenus au service de l’acquisition de ces objectifs. Ils devraient ĂŞtre de vĂ©ritables outils professionnels pour les enseignants.

La charte dĂ©finit le « cycle de vie Â» des programmes. Elle affirme la place des enseignants dans leur Ă©laboration, leur Ă©valuation et leur rĂ©vision rĂ©gulière.  Surtout, elle affirme une part d’autonomie des Ă©quipes pour faire des choix dans les contenus proposĂ©s et proposer les situations d’apprentissage qui permettront Ă  leurs Ă©lèves de maĂ®triser les compĂ©tences du programme gĂ©nĂ©ral. Et elle pose l’exigence de la formation et de l’accompagnement des enseignants pour la mise en Ĺ“uvre de tout nouveau contenu.

MĂŞme si certains points importants restent flous (Quelle articulation entre compĂ©tences et connaissances ? Quelles modalitĂ©s d’évaluation ? Quelles Ă©volutions Ă  prĂ©voir pour nos examens ?), ce premier texte publiĂ© par le Conseil SupĂ©rieur des Programmes reprĂ©sente une Ă©volution sensible par rapport Ă  la vision traditionnelle des programmes scolaires. Il reste Ă  la faire vivre, en proposant une matrice commune concrète cohĂ©rente pour les futurs rĂ©dacteurs des programmes et en obtenant du ministère qu’il respecte bien tous les principes inscrits dans cette charte.

 


   charte-programmes. CSP   
(645.4 ko)
 
 
 
 
ALC