SECTION SE-Unsa de l'HERAULT - 34 MAISON DES SYNDICATS - 474 ALL HENRI II DE MONTMORENCY - 34000 MONTPELLIER
Tél. 04 67 64 54 47 - Por. 06 81 31 42 38 - 34@se-unsa.org

 
Vers un nouveau collège unique ? Les orientations du ministre au CSE
Article publié le jeudi 12 décembre 2013.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Lors de la séance du Conseil Supérieur de l'Education du 6 décembre, Vincent Peillon a présenté les principes redéfinissant le collège unique, au regard de la loi d'orientation. Il s'agit de concevoir des contenus et des méthodes pensés, autour d'un socle commun renouvelé, pour tous les élèves, qui devront être accompagnés dans leurs apprentissages. Des marges d'autonomie pédagogique seront accordées pour permettre aux équipes de répondre aux besoins spécifiques de leurs élèves. Enfin ces changements seront accompagnés par une relance de la formation initiale et continue. Pour le SE-Unsa, ces principes vont dans le bon sens, mais des questions – notamment pratiques - restent encore en suspens. Analyse.

Premier acte. La loi d'orientation de juillet 2013, qui fait suite notamment Ă  la concertation de l'Ă©tĂ© 2012, dĂ©finit, Ă  cĂ´tĂ© d'un tronc commun d'enseignement, des « enseignements complĂ©mentaires Â» qui contribuent Ă  l'Ă©laboration du projet d'orientation des Ă©lèves, tout en favorisant l'acquisition du socle commun. En juillet 2013 Ă©galement, deux dĂ©crets renforcent la continuitĂ© Ă©ducative et pĂ©dagogique entre l'Ă©cole et le collège, en crĂ©ant d'une part un conseil Ă©cole-collège, d'autre part un cycle de consolidation allant du CM1 Ă  la 6ème. La rĂ©forme des programmes commencera ainsi en 5ème Ă  la rentrĂ©e 2015, en 4ème en 2016, et en 6ème et 3ème en 2017 (voir notre analyse

Deuxième acte. Lors du CSE du 6 dĂ©cembre 2013, le ministre, qui a rappelĂ© ainsi que la « refondation ne peut ĂŞtre que pĂ©dagogique Â» et que « l'articulation Ă©cole-collège est un levier formidable de la rĂ©ussite de tous les Ă©lèves Â», a dĂ©taillĂ© les principes et mesures qui doivent faire Ă©voluer le collège.

Les horaires des Ă©lèves ne seront pas alourdis, mais des heures-professeurs seront accordĂ©es en plus aux enseignants pour, selon le ministre, mieux travailler, accompagner, diversifier, moduler les classes, mener des projets... On aboutit ainsi Ă  une organisation des enseignements en trois blocs : tronc commun, enseignements complĂ©mentaires et accompagnement. Vincent Peillon annonce ainsi 4000 Ă©quivalents temps-pleins, des heures qui serviront pour l'autonomie pĂ©dagogique des Ă©tablissements, allant de 4 heures-professeurs par classe en 6ème, Ă  2 heures-professeurs en 3ème. Dans le tronc commun, les horaires disciplinaires seront maintenus. Afin de limiter le morcellement des apprentissages, des enseignements complĂ©mentaires permettront le travail en interdisciplinaritĂ©. Vincent Peillon prĂ©cise qu'il sera nĂ©cessaire d'accompagner les enseignants par la formation continue et de dĂ©finir des programmes adaptĂ©s, en cohĂ©rence avec le socle commun. Le ministre et le prĂ©sident du Conseil SupĂ©rieur des Programmes ont ensuite prĂ©sentĂ©, en complĂ©ment, le rĂ´le et le fonctionnement du CSP qui a en charge la redĂ©finition du socle commun et des programmes. Le ministre a transmis ainsi des lettres de saisine au CSP (voir site du ministère). L'objectif est ambitieux. Pour le ministre, il faut sortir des programmes surchargĂ©s, problème rĂ©current de notre système scolaire, pour permettre les adaptations pĂ©dagogiques nĂ©cessaires, au service de la rĂ©ussite des Ă©lèves. Ces programmes doivent ĂŞtre lisibles par tous les citoyens. Le socle commun est rĂ©affirmĂ© par la loi d'orientation, mais il s'agit dĂ©sormais d'articuler pleinement socle commun et programmes.

Ces annonces importantes confirment que le collège bĂ©nĂ©ficiera de moyens de fonctionnement supplĂ©mentaires et d'un projet renouvelĂ©. Mais de nombreuses questions restent en suspens sur l'usage de ces heures ou sur l'organisation pratique des enseignements complĂ©mentaires : que vont devenir les options, comment seront-elle intĂ©grĂ©es ? De mĂŞme, les modalitĂ©s de l'accompagnement auprès des Ă©lèves restent floues : heures indĂ©pendantes ou attribuĂ©es Ă  certaines disciplines ? Se pose aussi la question de la rĂ©elle marge d'autonomie des Ă©tablissements face aux choix pĂ©dagogiques et donc Ă  l'affectation des moyens supplĂ©mentaires.

Le SE-Unsa sera force de proposition et communiquera régulièrement sur l'avancée du dossier. Par ailleurs, le SE-Unsa a demandé au ministre que les professeurs de collège soient d'une part pleinement associés à la refonte des programmes, et d'autre part formés au plus près des besoins du terrain.

Rappel, sur le dossier collège, de décisions prises depuis 2012 :

 
 
 
 
ALC