SECTION SE-Unsa de l'HERAULT - 34 MAISON DES SYNDICATS - 474 ALL HENRI II DE MONTMORENCY - 34000 MONTPELLIER
Tél. 04 67 64 54 47 - Por. 06 81 31 42 38 - [Mél.]

 
PISA 2012 : Le choc, c’est maintenant ?
Article publié le mercredi 4 décembre 2013.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Les performances des élèves français de 15 ans à PISA 2012 placent notre pays dans la moyenne des pays de l’OCDE en mathématiques et en sciences, et un peu au-dessus de la moyenne en compréhension de l’écrit. Pas vraiment brillant pour la cinquième puissance économique mondiale.

Mais il y a plus grave : PISA 2012 confirme ce que les Ă©ditions prĂ©cĂ©dentes avaient dĂ©jĂ  mis en Ă©vidence, le caractère particulièrement inĂ©galitaire de notre Ă©cole. La France est le pays de l’OCDE qui affiche le plus grand Ă©cart de performance en mathĂ©matiques selon l’origine socio-Ă©conomique des Ă©lèves. Cet Ă©cart s’est creusĂ© entre 2003 et 2012, ce qui fait dire Ă  l’OCDE que « lorsqu’on appartient Ă  un milieu dĂ©favorisĂ©, on a aujourd’hui moins de chance de rĂ©ussir en France qu’en 2003 Â».

L’autre enseignement essentiel de PISA 2012, c’est l’augmentation sensible du nombre d’élèves en difficultĂ© (sous le niveau 2 de compĂ©tence), « ce qui sous-entend que le système s’est dĂ©gradĂ© principalement par le bas entre 2003 et 2012 Â».

Face Ă  ces conclusions accablantes que va faire notre pays ? Est-il capable de s’extirper de ses dĂ©bats idĂ©ologiques stĂ©riles pour enfin concentrer son Ă©nergie sur ceux qui ont le plus besoin d’école ? Est-il capable d’échapper Ă  la logique de l’élitisme rĂ©publicain et de la promotion des meilleurs pour s’attacher Ă  faire progresser ceux qui sont le plus en difficultĂ© ?

Pour le SE-Unsa, c’est bien lĂ  le sens d’une Refondation Ă  construire. DĂ©velopper  une Ă©cole bienveillante - les Ă©lèves français sont toujours les plus anxieux de l’OCDE -, plus juste et plus efficace passe par des prioritĂ©s :

  • prioritĂ© Ă  l’école primaire et Ă  l’acquisition du socle commun par tous les Ă©lèves,
  • prioritĂ© aux territoires les plus fragiles Ă©conomiquement et socialement,
  • prioritĂ© Ă  la formation professionnelle des enseignants, formation initiale bien sĂ»r, mais surtout dĂ©veloppement professionnel continu dans les Ă©coles et les Ă©tablissements.

PISA démontre que dans les pays où des choix clairs, cohérents, continus ont été faits, des progrès sensibles ont été possibles. Il n’y a donc pas de fatalité et il ne doit pas y avoir de résignation. Au moment où trop de combats catégoriels égoïstes se développent, PISA 2012 doit sonner l’heure de la mobilisation de la société française dans son ensemble contre les inégalités et l’échec scolaires.

Paris, le 3 décembre 2013

Christian Chevalier    SecrĂ©taire GĂ©nĂ©ral  SE-Unsa

 
 
 
 
ALC