SECTION SE-Unsa de l'HERAULT - 34 MAISON DES SYNDICATS - 474 ALL HENRI II DE MONTMORENCY - 34000 MONTPELLIER
Tél. 04 67 64 54 47 - Por. 06 81 31 42 38 - 34@se-unsa.org

 
Des rythmes et de la cohérence...
Article publié le vendredi 8 novembre 2013.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Depuis des annĂ©es, la quasi-totalitĂ© des organisations syndicales, ont bataillĂ© pour la suppression de la semaine de 4 jours. Ce combat a, petit Ă  petit, fĂ©dĂ©rĂ© de nombreuses  associations d’élus, de parents, des associations complĂ©mentaires de l’école, pour tendre vers cet objectif commun, dĂ©passant ainsi des intĂ©rĂŞts particuliers souvent contradictoires.

En octobre 2010, toutes ces organisations dont le SE-Unsa et l’Unsa Education ont signĂ© l’appel de Bobigny dont une proposition stipulait :

« Il faut refuser la semaine actuelle de 4 jours… dĂ©finir un volume annuel d’heures d’enseignement. Ce cadre national doit prĂ©coniser l’articulation des temps Ă©ducatifs et sociaux, la mise en cohĂ©rence et la coopĂ©ration Ă©ducative de tous… Â» Il convient ensuite « de travailler avec tous les acteurs pour dĂ©passer les conflits d’intĂ©rĂŞt et dĂ©finir les moyens de sa mise en Ĺ“uvre Â».

C’est en ce sens que nous avons approuvé une modification de la semaine scolaire étalée sur 5 jours pour favoriser les apprentissages des élèves.

Aujourd’hui, des mouvements disparates se mettent en place ici ou là, demandant le retrait du décret sur les rythmes. Aucune proposition alternative constructive n’est faite. Comme chaque année, la rentrée 2013 a apporté son lot de difficultés et de crispations.

On ne peut signer un Appel de Bobigny un jour et affirmer le contraire le lendemain. En revanche, il faut avancer progressivement vers une mise en Ĺ“uvre plus satisfaisante de la semaine de 4 jours et demi,  dans le respect de tous les interlocuteurs. Fidèles Ă  notre mĂ©thode, nous prĂ©fĂ©rons la concertation et le dialogue social pour obtenir des avancĂ©es substantielles pour les collègues tout en respectant l’intĂ©rĂŞt des enfants.

Cela dit, le SE-Unsa refuse de cautionner un retour à la semaine de 4 jours et ses effets dommageables pour les élèves.

C’est pour ces raisons qu’il n’appelle pas à la grève le 14 novembre.

 

 
 
 
 
ALC