SECTION SE-Unsa de l'HERAULT - 34 MAISON DES SYNDICATS - 474 ALL HENRI II DE MONTMORENCY - 34000 MONTPELLIER
Tél. 04 67 64 54 47 - Por. 06 81 31 42 38 - 34@se-unsa.org

 
Alerte sociale "direction d’Ă©cole" : le SE-Unsa rencontre le DASEN
Article publié le mardi 28 mai 2013.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Compte rendu alerte sociale du 16-05-2013

« direction d’école Â»

Participants :

Administration : Philippe WUILLAMIER, Martine BOLUIX, HervĂ© REGNIER, GrĂ©gory MUNIER

SE-UNSA : Elisabeth Allain-Moreno, Jean-Luc VaĂŻsse, David Houbron, Bob Biggio

 

Le DASEN donne la parole au SE-Unsa.

Le SE-Unsa détaille les 3 motifs de l’alerte sociale (accueil de C2 ou PES, mise en œuvre des procédures AFFELNET, fin des contrats CUI) entrainant une surcharge de travail pour les directrices et les directeurs.

Les 3 motifs sont étudiés les uns après les autres.

1) Nouvelles mesures sur les décharges direction «0,25» avec injonctions de modification

des jours de décharges, des niveaux de classe des directeurs et enfin cumul d’accueil de

PES, M1 et M2 sur une même école, sans tenir compte de la structure et des particularités

de ces Ă©coles

Le SE-Unsa rappelle les chiffres (147 directeurs concernés par l’accueil d’un C2, 132 par l’accueil d’un PES et 72 par l’accueil simultané d’un C2 et d’un PES) et expose les inquiétudes du SE-Unsa.

Concernant les C2 :

  • les directeurs dĂ©chargĂ©s sur seulement une journĂ©e ne sont pas forcĂ©ment les plus expĂ©rimentĂ©s
  • risque d’imposer le jour de dĂ©charge voire le niveau de classe
  • tuteur qui ne sera pas permanent sur l’école et donc charge de travail organisationnelle et pĂ©dagogique supplĂ©mentaire
  • demande la prĂ©sence du directeur lors d’une rĂ©union d’information sur le temps personnel (mercredi 26 juin de 10h Ă  11h30 Ă  l’IUFM) 
  • risque que la formation universitaire de M2 fasse sauter des jours de dĂ©charge

Concernant les PES :

  • la moitiĂ© des directeurs sont dĂ©chargĂ©s par un C2
  • certains directeurs accueillaient dĂ©jĂ  un PES en 2012/2013
  • certains directeurs accueillent des collègues en situation mĂ©dicale lourde
  • demande d’éviter certains niveaux de classe ou certaines organisations de classe pour le PES
  • tuteur qui ne sera pas permanent sur l’école et donc charge de travail organisationnelle et pĂ©dagogique supplĂ©mentaire
  • gestion des TR Ă  l’annĂ©e…

Pour le SE-Unsa le jour de dĂ©charge et le niveau de classe ne doivent pas ĂŞtre imposĂ©s ! Nous demandons que l’administration prenne conscience de la charge de travail supplĂ©mentaire que l’accueil d’un PES et/ou d’un C2 entraine et qu’elle dĂ©gage du temps pour les directeurs concernĂ©s.

Administration : Le DASEN nous rappelle la difficultĂ© de mettre en place cette annĂ©e de formation qui n’est qu’un dispositif transitoire. Pour l’administration, il Ă©tait impossible d’utiliser des supports de MF car insuffisants. C’est donc les directeurs dĂ©chargĂ©s 1 jour par semaine qui fourniront les supports. L’administration se dit consciente que l’accueil d’un C2 et/ou PES constitue une charge supplĂ©mentaire et propose que le directeur soit dĂ©signĂ© « tuteur Â» et puisse ainsi prĂ©tendre Ă  l’indemnitĂ© de tuteur. De plus, l’administration propose que, sur les 12 jours supplĂ©mentaires que devront les C2, 3 soient mis Ă  disposition des directeurs.

Par ailleurs, l’administration imposera le jour de dĂ©charge un lundi ou mardi pour les besoins de la cause universitaire, mais rappelle que le choix du niveau de classe n’est qu’une « recommandation Â».

SE-Unsa : Nous sommes opposĂ©s Ă  l’imposition du jour de dĂ©charge et ce n’est pas aux directeurs de jouer la variable d’ajustement. Nous sommes perplexes sur l’indemnitĂ© de tuteur puisque celle-ci implique des charges et des responsabilitĂ©s supplĂ©mentaires. Ce n’est pas ce dont les directeurs ont besoin. Ils ont besoin de temps et 3 jours sur les 12 disponibles nous semblent trop peu. 

Administration : Impossible d’attribuer plus de 3 jours puisque les 9 autres jours seront utilisĂ©s pour les stages et les SOPA des PES. Si on attribuait plus de jours aux directeurs, alors il faudrait faire appel Ă  la brigade de remplacement qui est insuffisante…

SE-Unsa : Nous ne remettons pas en cause les choix concernant la formation et nous sommes conscients des contraintes, mais nous rappelons que ce n’est pas lĂ  le sujet de notre alerte sociale qui concerne les difficultĂ©s croissantes des conditions d’exercice de la fonction de direction. L’administration doit en ĂŞtre consciente et doit dĂ©gager du temps pour les directeurs. Demande de l’exemption des APC pour la rentrĂ©e 2013, d’une baisse des 18h de formation (car comme l’a dit le DASEN « c’est très formateur d’accueillir des stagiaires Â»).

Administration : Il n’y a pas de consignes nationales, et le DASEN refuse de prendre des initiatives locales.

SE-Unsa : A adaptation locale de la politique nationale (choix des directeurs pour accueillir des C2), nĂ©cessitĂ© de solutions locales !

 

2) Mise en œuvre des procédures «AFFELNET» et surcharge de travail afférente, sans aucune compensation.

SE-Unsa : Nous faisons alors le lien avec les autres motifs de l’alerte et particulièrement avec AFFELNET. Nous pointons le fait que l’administration a souvent une vision trop optimiste des dispositifs qu’elle met en place et que l’expĂ©rience nous a prouvĂ© que rien ne se passait jamais comme prĂ©vu. Pour AFFELNET, la procĂ©dure pose effectivement de multiples problèmes et demande Ă©normĂ©ment de temps pour un directeur dĂ©chargĂ© seulement 1 journĂ©e par semaine et qui n’a, de ce fait, pas la possibilitĂ© de gĂ©rer son emploi du temps. Les missions de directeurs qu’il doit assurer se reportent inĂ©vitablement sur son temps libre. Il est nĂ©cessaire de former les directeurs (ce qui n’a pas Ă©tĂ© le cas dans toutes les circos cette annĂ©e) et leur dĂ©gager du temps (ex : exonĂ©rer les directeurs d’aide perso comme cela se fait dans d’autres dĂ©partements).

Administration : le DASEN est opposĂ© Ă  ces amĂ©nagements qui ne rĂ©pondent pas Ă  un texte national. Il refuse d’accorder du temps supplĂ©mentaire aux directeurs puisque pour lui, une telle mesure s’inscrirait forcĂ©ment dans la durĂ©e. L’administration ne considère pas qu’il y ait une surcharge et selon elle, tous les dĂ©partements de France utilisent AFFELNET et cela ne semble pas poser de problèmes.

SE-Unsa : Nous insistons sur la procĂ©dure AFFELNET en illustrant avec des points concrets posant problème. Nous rappelons au DASEN que d’autres dĂ©partements ont pris des dispositions locales et nous lui demandons d’en faire de mĂŞme. L’administration semble capable d’en prendre pour dĂ©gager 3 jours et une indemnitĂ© pour certains directeurs, mais pas pour le reste de la profession. Nous faisons Ă©galement remarquer qu’accueillir un C2 ou un PES est une formation pour les directeurs et qu’ils pourraient de ce fait rĂ©cupĂ©rer leurs 18 heures de formation pour du travail de direction.

Administration : Le DASEN y est opposĂ©.

 

3) Nouvelle vague de fin de contrats CUI «Aide à la direction d’école» et non remplacement de ceux-ci.

SE-Unsa : A cette surcharge que l’administration refuse de prendre en compte s’ajoute la fin des contrats CUI pour certains directeurs. Nous demandons Ă  l’administration quelques Ă©claircissements sur le document qu’elle nous a transmis.

Nous rappelons également que les directeurs ne sont pas des chefs d’établissements et qu’ils n’ont pas à informer les CUI de leur fin de contrat.

Administration : En convient et reconnaĂ®t sa maladresse. Propose un nouveau protocole pour le traitement administratif des fins de contrat de CUI Ă  l’avenir. Nous informe que les contrats renouvelĂ©s sont seulement ceux pour l’accompagnement du handicap. Tous les contrats d’aide Ă  la direction, renouvelables ou pas, ne sont pas reconduits faute d’instructions ministĂ©rielles.


   alerte direction relevĂ©    
(565.8 ko)
 
 
 
 
ALC