SECTION SE-Unsa de l'HERAULT - 34 MAISON DES SYNDICATS - 474 ALL HENRI II DE MONTMORENCY - 34000 MONTPELLIER
Tél. 04 67 64 54 47 - Por. 06 81 31 42 38 - 34@se-unsa.org

 
RentrĂ©e 2011 : Chatel atomise le collège.
Article publié le samedi 10 septembre 2011.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

La circulaire de rentrĂ©e, le dossier de presse de Luc Chatel et les circulaires publiĂ©es au BO le 1er septembre dressent des Ă©volutions qui  annoncent le renoncement Ă  l'ambition d'un collège unique.

Ces évolutions concernent tous les niveaux du collège :

•En Sixième, des « commissions de liaison » réunissant professeurs du primaire et du secondaire permettront de détecter les élèves en difficultés et de leur apporter une aide personnalisée qui pourra prendre la forme de module de mise à niveau et de PPRE-passerelle, çoncus comme alternatives au redoublement.

•En fin de Cinquième, une évaluation nationale sera expérimentée dans tous les collèges volontaires. La généralisation de cette évaluation est déjà prévue pour 2013 !

•En Quatrième, deux dispositifs d'alternance (le module d'alternance et l'atelier de découverte des métiers et des formations) seront institués et permettront aux élèves de quitter la classe pour approfondir la découverte professionnelle.

•Une Troisième préparatoire aux formations professionnelles, dite « prépa-pro », s'adressera aux mêmes élèves en difficultés et remplacera à terme les Troisième DP6, mais en leur permettant toutefois une poursuite d'études dans la voie générale.

Voir le vade-mecum SE-Unsa des nouveautés de la rentrée au collège.

Comment interpréter ces nouveautés au collège ?

Luc Chatel a caractĂ©risĂ© sa politique comme une « rĂ©volution de la personnalisation ».  Mais cette personnalisation qui concentre les dispositifs sur les Ă©lèves en difficultĂ©s est pernicieuse. De nouveaux cycles remplaceront-ils ceux du collège actuel ? En 6ème-5ème, la personnalisation s'attache Ă  assurer les fondamentaux et Ă  les Ă©valuer. En 4ème-3ème, ces Ă©lèves en difficultĂ© peuvent sortir de la scolaritĂ© commune avec pour objectif la validation du socle. Pas question de rĂ©viser les contenus, les dĂ©marches et la structure  pĂ©dagogiques du collège pour qu’il puisse effectivement ĂŞtre le collège de 100% d’une gĂ©nĂ©ration. Par cette sĂ©rie de circulaires convergentes (3ème prĂ©pa-pro, dispositifs en alternance en 4ème, Ă©valuation nationale en classe de cinquième), par le dĂ©veloppement d'Ă©tablissements spĂ©cifiques (ERS, programme Eclair, internats d'excellence), Luc Chatel atomise un collège « unique » dĂ©jĂ  mal en point.

Cette politique « révolutionnaire » va à l'encontre des études internationales qui montrent l'importance et les résultats d'une politique éducative qui concentre les efforts sur une scolarité commune longue.

Cette politique « rĂ©volutionnaire » instrumentalise  le socle comme le moindre des dĂ©nominateurs communs pour les Ă©lèves.

Cette politique « révolutionnaire » est en fait une formidable régression et un changement de paradigme qui accentue, par touches successives, la ségrégation sociale et scolaire dans le temps des apprentissages et dans les territoires.

 
 
 
 
ALC