SECTION SE-Unsa du GARD - 4 RUE JEAN BOUIN - 30000 NIMES
Tél. 04 66 70 67 67 - Fax. 04 66 29 91 10 - Por. 06 23 66 14 92 - 30@se-unsa.org

 
CommuniquĂ© de presse de rentrĂ©e : le dĂ©fi du changement.
Article publié le jeudi 30 août 2012.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Malgré la création en urgence de 1000 postes dans les écoles et de 280 dans le second degré, la rentrée 2012 ne sera guère plus facile que les précédentes. Et pour cause ! Elle a été organisée par le précédent gouvernement dans une logique implacable de restriction budgétaire et de casse du Service public.

 Elle sera pourtant plus lĂ©gère aux personnels et Ă  la communautĂ© Ă©ducative car depuis mai dernier, le ton et la mĂ©thode ont changĂ©. L’École de la RĂ©publique n’est plus prĂ©sentĂ©e comme un fardeau coĂ»teux mais comme un nĂ©cessaire investissement de la Nation. Les personnels ne sont plus renvoyĂ©s au rang de simples exĂ©cutants, corvĂ©ables, mais apprĂ©ciĂ©s comme des professionnels reconnus. La concertation n’est plus une simple formalitĂ© vide de sens, mais un Ă©lĂ©ment d’élaboration collective des Ă©volutions.
Ce passage de la tension permanente à la sérénité était devenu indispensable après des années de maltraitance qui avaient engendré exaspération et repli sur soi.
 
Pour autant, cette bouffée d’air frais ne résoudra pas à elle seule tous les maux de notre système éducatif. Les personnels enseignants et d’éducation témoignent de leur volonté de changement, comme le montrent les premiers résultats de notre enquête «Exigeants pour le changement» (plus de 6500 réponses à ce jour). Leurs réponses établissent un cahier des charges précis de leurs attentes prioritaires.
Réhabiliter la pédagogie, reconstruire la formation et redessiner les missions des professeurs, retravailler les programmes et revitaliser le socle commun, reformater les rythmes scolaires, revitaliser le métier d’enseignant sont des enjeux majeurs.
La crise est profonde et le chantier de la refondation lancé en juin doit impérativement mettre enfin sur les rails l’École du XXIe siècle.
 
Certes, il faudra de la détermination et du courage politique pour le conduire dans la durée parce qu’il bousculera inévitablement des habitudes et chahutera les conservateurs de tout poil pour qui les mots «pédagogie» ou «démocratisation» sont des repoussoirs. Il en faudra d’autant plus que le contexte économique accorde peu de marges de manoeuvre.
Pour le SE-Unsa, il n’est plus temps de tergiverser. Nous ne manquerons pas ce rendez-vous de la refondation de l’École de la République parce qu’il est crucial.
Le SE-Unsa mettra donc toute son énergie pour que ce projet permette enfin la réussite et l’insertion sociale et professionnelle de chaque jeune qu’il appelle de ses voeux.
 
Communiqué de presse du SE-Unsa, Paris, le 28 août 2012
Christian CHEVALIER, Secrétaire général du SE-Unsa

 

 
 
 
 
ALC