SECTION SE-Unsa du GARD - 4 RUE JEAN BOUIN - 30000 NIMES
Tél. 04 66 70 67 67 - Fax. 04 66 29 91 10 - Por. 06 23 66 14 92 - [Mél.]

 
Grande Section : le discours change, les idĂ©es restent
Article publié le mardi 24 janvier 2012.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Alors que d’un cĂ´tĂ© l’école maternelle subit les restrictions budgĂ©taires qui dĂ©gradent considĂ©rablement ses conditions d’enseignement, de l’autre, le ministère ne cesse de vouloir « rationnaliser Â» les apprentissages. Si la DGESCO (Direction GĂ©nĂ©rale de l’Enseignement Scolaire)  a  abandonnĂ© son projet d’évaluation nationale en maternelle, elle persiste et signe dans son approche neuro-scientifique et mĂ©caniste.

Le 19 janvier, la DGESCO a reçu le SE-Unsa Ă  l’origine de la contestation du projet d’évaluation en grande section pour lui faire part de la dĂ©marche maintenant poursuivie. Il s’agit dĂ©sormais de mettre Ă  la disposition des enseignants de maternelle une banque d’outils sans caractère obligatoire. Ces outils doivent permettre une Ă©valuation diagnostique (un « repĂ©rage Â», dans la nouvelle terminologie du ministère) et des ateliers de remĂ©diation dans trois domaines : maĂ®trise de la langue, mathĂ©matiques et compĂ©tences transversales. Ces domaines recouvrent onze compĂ©tences qui feront l’objet de propositions de stratĂ©gies pĂ©dagogiques « efficaces Â». Les conseillers pĂ©dagogiques recevront une formation Ă  ces outils afin d’accompagner les enseignants dans leur utilisation. Selon le ministère, les enseignants, armĂ©s de ces outils performants pour l’aide personnalisĂ©e, n’auront plus besoin de l’intervention des enseignants spĂ©cialisĂ©s. Seuls les psychologues scolaires seront encore utiles, sans doute pour repĂ©rer et orienter les Ă©lèves Ă  « dys Â».

 Ce programme ambitieux se limite pour l'instant au programme « Parler Â» de M. Zorman, scientifique de l’UniversitĂ© de Grenoble qui a lui-mĂŞme rappelĂ© toute la nĂ©cessitĂ© de s’être appropriĂ© longuement la dĂ©marche pour pouvoir l’utiliser de façon bĂ©nĂ©fique. 2000 conseillers pĂ©dagogiques seront formĂ©s Ă  ce programme.

Pour le SE-Unsa, une entrĂ©e exclusivement neuro-scientifique doublĂ©e d’une dĂ©marche « mĂ©caniste Â» ignore que la difficultĂ© Ă  apprendre est multi-factorielle et que l’enfant doit ĂŞtre pris en compte dans sa globalitĂ©.

La mise Ă  disposition d’outils et l’accompagnement pour les utiliser peuvent ĂŞtre positifs mais ne suraient se substituer aux regards et interventions croisĂ©s entre enseignants, enseignants spĂ©cialisĂ©s E et G, et psychologues scolaires. Le SE-Unsa demande que le temps nĂ©cessaire pour construire en Ă©quipe les rĂ©ponses, toutes diffĂ©rentes, puisse ĂŞtre imputĂ© aux 60h de service dĂ©volues Ă  l’aide  personnalisĂ©e. Le SE-Unsa rĂ©affirme la nĂ©cessitĂ© des Rased avec ses trois composantes et dĂ©nonce les attaques budgĂ©taires massives de la carte scolaire 2012.

Le SE-Unsa prend bonne note, dans les propos de la DGESCO, de la volonté de mettre à disposition des outils qui ne sont pas obligatoires. Il sera vigilant pour que la promotion qui en sera faite dans les animations pédagogiques respectent bien les choix des équipes à mettre en œuvre les démarches qu’elles jugeront les plus appropriées à leurs classes.

 
 
 
 
ALC