SECTION SE-Unsa du GARD - 4 RUE JEAN BOUIN - 30000 NIMES
Tél. 04 66 70 67 67 - Fax. 04 66 29 91 10 - Por. 06 23 66 14 92 - 30@se-unsa.org

 
Evaluation des enseignants : non à la réforme !
Article publié le mercredi 16 novembre 2011.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le ministère vient de diffuser des projets de textes portant une réforme de l’évaluation des enseignants et du déroulement de carrière. Le SE-Unsa est fermement opposé aux nouvelles modalités que le ministère veut imposer, sous prétexte de la consultation « collaborative Â» menée  auprès d’enseignants et de personnels d’encadrement  en mars/ avril dernier.

La rénovation annoncée s’affiche avec  l’instauration d’un processus « d’auto évaluation Â» (rentrée 2012) basée sur des compétences à acquérir par les professeurs. Suivra en septembre 2015 l’instauration d’entretiens professionnels  avec, à la clef, l’octroi de réductions d’ancienneté pour le déroulement de carrière.

Oui, il faut une évolution du système d’évaluation, d’inspection,  mais évolution doit rimer avec amélioration ce qui n’est pas le cas, bien au contraire. Nous ne sommes pas dupes sur le but de cette réforme qui s’intègre dans une conception GRH particulière qui  prend pour cible les enseignants.

Le ministère attaque une nouvelle fois leur statut, limite l’avancement d’échelon au rythme le plus défavorable, l’ancienneté. Le chef d’établissement, déjà responsable des recrutements  dans le dispositif ECLAIR, devient le principal évaluateur. (L’inspecteur de circonscription pour le 1er degré). Ils auront à  Â« distribuer Â» après les entretiens professionnels quelques réductions d’ancienneté quantifiées par le ministère pour chaque échelon. Combien en bénéficieront ?sur quels critères ?

Le SE-Unsa entend signifier au ministère toute son opposition à un tel dispositif, qui va instituer un climat détestable dans les écoles et établissements, mettre à mal le travail d’équipe nécessaire pour la réussite des élèves. Alors que la baisse du pouvoir d’achat s’est déjà installée dans la durée, le choix de limiter l’avancement à l’ancienneté est une nouvelle provocation vis-à-vis  des enseignants.

 

 

 
 
 
 
ALC