SECTION SE-Unsa du GARD - 4 RUE JEAN BOUIN - 30000 NIMES
Tél. 04 66 70 67 67 - Fax. 04 66 29 91 10 - Por. 06 23 66 14 92 - 30@se-unsa.org

 
Bilan 2018 de la campagne de titularisation : nombre de dĂ©missions en hausse
Article publié le mercredi 9 octobre 2019.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
Un bilan de la campagne de titularisation des personnels enseignants des 1er et 2d degrĂ©s fait Ă©tat d'une forte augmentation des dĂ©missions entre 2015 et 2018. Dans un contexte de diminution du nombre de laurĂ©ats, on doit s’interroger sur une augmentation de 36% de dĂ©missions dans le 2d degrĂ© et de 21% dans le 1er degrĂ©.
 
Alors que la proportion des non titularisés à l’issue de l’année de formation se stabilise (environ 10%), ces chiffres élevés interrogent une nouvelle fois sur la sélectivité du concours, la formation des enseignants et la difficulté du métier.
Comme les annĂ©es passĂ©es, plusieurs facteurs peuvent expliquer ces dĂ©missions : rĂ´le du concours pour Ă©prouver la profession, l’annĂ©e de stage, la formation elle-mĂŞme, la reprĂ©sentation erronĂ©e du mĂ©tier, les affectations gĂ©ographiques.
 
Les principaux motifs de licenciement restent connus : difficultés autour de la didactique, de la gestion de classe, de la pédagogie, de la posture d'enseignant ou des connaissances disciplinaires.
Malheureusement, ces compétences ne sont jamais évaluées dans les épreuves actuelles des concours.
 
Ă€ l’aube d’une rĂ©forme de la formation initiale et du recrutement des enseignants, du changement de la place et du contenu du concours, on peut s’interroger sur la pertinence d’épreuves qui n’évaluent que trop souvent des compĂ©tences disciplinaires. 
Enseignant est un métier qui s’apprend. Pédagogie, didactique, posture et autres compétences éducatives doivent faire partie de la formation initiale, continuée et continue.
 
 
 
 
ALC