SECTION SE-Unsa du GARD - 4 RUE JEAN BOUIN - 30000 NIMES
Tél. 04 66 70 67 67 - Fax. 04 66 29 91 10 - Por. 06 23 66 14 92 - 30@se-unsa.org

 
Mais que ferait le front national sans l’immigration ?
Article publié le jeudi 19 janvier 2017.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

« L'idée d'accueillir de manière inconséquente des milliers de ‪#migrants pour laisser des SDF français dans la rue me révulse ! »

C’est ce que nous pouvons lire sur le compte Twitter de Marine Le Pen suite à une interview lors de l’émission RTL matin le 16 janvier.

Ces dernières semaines les membres du Front national ont à nouveau multiplié les caricatures, fausses déclarations et mensonges sur les migrants et proposer ainsi des mesures anticonstitutionnelles ou illégales, comme la fin de la scolarisation gratuite pour les enfants d’étrangers, ou la suppression de l’aide médicale de l'État...

Pour l’extrême droite, l'immigré, le migrant, l’enfant d’immigré présentent un très grand avantage : ils sont la cause et la solution à tous les problèmes !

Tout en distillant son discours xénophobe, Marine Le Pen souhaite se présenter comme soucieuse des plus pauvres.

Ne soyons pas dupes de ces discours ! Le FN a beau tenter de se relooker en parti de gauche, force est de constater qu'en réalité ses élus font preuve d'un grand cynisme à l'égard des pauvres dans la gestion de leurs mairies.

Petit florilège :

À Hayange, le maire FN, après avoir supprimé les subventions du Secours populaire qu’il juge « politisé », « voire d’extrême gauche », essaye par tous les moyens de renvoyer l'association hors de son local.

Dans les premiers mois de son mandat, le maire d’Hénin-Beaumont s’en est d’abord pris à la Ligue des droits de l’homme en supprimant locaux et subventions.

La municipalité FN de Fréjus a diminué les aides pour leurs centres sociaux.

Au Pontet, la mairie a décidé de supprimer la gratuité de la cantine dont bénéficiaient 65 enfants de familles modestes, à Villers-Cotterêts les tarifs ont augmenté d’un euro pour les familles bénéficiant du RSA au motif qu’elles peuvent venir chercher leurs enfants.

À Béziers, la garderie municipale est désormais réservée aux familles dont les deux parents travaillent, l'épicerie sociale demande désormais un minimum d'ancienneté sur le territoire pour y avoir accès.

DĂ©cidemment non, le FN n'est pas un parti "qui aime les pauvres"!

Aujourd'hui comme hier, les solutions de l’extrême droite sont à la fois dangereuses et inefficaces sur les plans économique, social, fiscal, éducatif, comme sur ceux de la sécurité et des libertés.

 
 
 
 
ALC