SECTION SE-Unsa du GARD - 4 RUE JEAN BOUIN - 30000 NIMES
Tél. 04 66 70 67 67 - Fax. 04 66 29 91 10 - Por. 06 23 66 14 92 - 30@se-unsa.org

 
Enfants migrants : l’UNICEF dĂ©nonce la loi de la « jungle »
Article publié le jeudi 23 juin 2016.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Dans un rapport intitulĂ© Des dangers Ă  chaque pas publiĂ© le 14 juin*, l’UNICEF relève que 7 009 mineurs non accompagnĂ©s ont traversĂ© la MĂ©diterranĂ©e au cours des cinq premiers mois l’annĂ©e. Pour payer les passeurs, ces enfants doivent travailler et en gagner de l’argent au fur et Ă  mesure de leur dĂ©placement, ce qui les expose Ă  des risques de violence et d’exploitation, notamment sexuelle.

C’est exactement ce qui se passe pour les 500 enfants vivant dans les « jungles Â» de Calais, Grande-Synthe, Angres, Tatinghem, Norrent-Fontes, Steenvorde et Cherbourg, comme le rĂ©vèle une Ă©tude** rĂ©alisĂ©e auprès de 61 jeunes (dont douze ont moins de 14 ans et trois moins de 12 ans) venus seuls d’Afghanistan, d’Afrique subsaharienne, d’Egypte, de Syrie ou du Kurdistan.

Ainsi, pour trouver une place Ă  Norrent-Fontes (62) ou Ă  Steenvoorde (59), deux camps jugĂ©s « plus humains Â», le « droit d’entrĂ©e Â» est de 500 €. Ă€ Calais, certains jeunes Afghans paieraient 100 € pour obtenir une place et la protection d’un passeur.

L’enquĂŞte rĂ©vèle aussi que des femmes et des jeunes filles sont conduites Ă  Paris pour se prostituer avant d’être ramenĂ©es et remplacĂ©es par d’autres la semaine suivante. Une vingtaine d’entre elles se prostitueraient aussi dans les bars de la « jungle Â» pour 5 € la passe.

Pour les garçons, la situation n’est pas plus enviable : corvĂ©e d’eau, lessive, guetteur sur les aires contrĂ´lĂ©es par les passeurs, aide Ă  la montĂ©e des migrants dans les camions vers le Royaume-Uni… D’autres empruntent de l’argent pour payer le voyage qu’ils devront rembourser par leur travail et cumulent des dettes de plusieurs milliers d’euros.

Commanditaire de cette Ă©tude, l’UNICEF France constate que notre pays ne respecte pas la Convention des droits de l’enfant et demande en urgence Â« la crĂ©ation de lieux de protection spĂ©cifiques pour mineurs, oĂą ils seraient accueillis de manière inconditionnelle. Parce qu’il est grave que ces adolescents n’aient aucune idĂ©e de leurs droits en France Â».

 

* En anglais : https://www.unicef.fr

**  Ni sains, ni saufs : enquĂŞte sur les mineurs non accompagnĂ©s dans le Nord de la France

 
 
 
 
ALC