SECTION SE-Unsa du GARD - 4 RUE JEAN BOUIN - 30000 NIMES
Tél. 04 66 70 67 67 - Fax. 04 66 29 91 10 - Por. 06 23 66 14 92 - 30@se-unsa.org

 
Evaluation : la logique de cycle l’emporte dans le suivi des acquis des Ă©lèves
Article publié le mardi 3 novembre 2015.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Consulté le 15 octobre sur les nouvelles modalités de suivi des acquis des élèves, le Conseil Supérieur de l’Education soutient la proposition de l’Unsa de concevoir l’évaluation par cycles.

Les principales dispositions sur l’évaluation des Ă©lèves du CP Ă  la troisième avaient Ă©tĂ© annoncĂ©es par la ministre dès le dĂ©but octobre :

  • Disparition du Livret personnel de CompĂ©tences
  • CrĂ©ation du « livret scolaire de la scolaritĂ© obligatoire Â» constituĂ© des bilans de fin de cycle qui positionnent chaque Ă©lève sur un des 4 niveaux de maĂ®trise pour les 4 composantes du domaine 1 du socle et  les 4 autres domaines.
  • A l’école primaire, introduction dans les bulletins pĂ©riodiques d’un positionnement sur 4 niveaux obligatoire et possibilitĂ© selon le choix des Ă©quipes d’y ajouter des notes chiffrĂ©es.
  • Au collège, utilisation de la note chiffrĂ©e dans les bulletins pĂ©riodiques ou une autre modalitĂ© de positionnement au choix des Ă©quipes.
  • Les bulletins de suivi pĂ©riodiques en cours de cycle ne sont pas conservĂ©s au-delĂ  de la première annĂ©e du cycle suivant.

L’Unsa, accompagnĂ©e des syndicats de la CFDT, a dĂ©fendu la logique de la continuitĂ© dans chaque cycle et en particulier dans le cycle 3. Son amendement ayant obtenu un large soutien du CSE (36 pour, 18 contre et 11 abstentions), le ministère a acceptĂ© de modifier l’organisation de l’arrĂŞtĂ© sur le livret scolaire en le rĂ©organisant par cycle. Il donne ainsi le signal que la cohĂ©rence entre les manières d’évaluer en CM1-CM2 et en 6ème est importante pour les Ă©lèves, les familles et les enseignants. Tout en tenant compte des cultures professionnelles diffĂ©rentes, il s’agit bien de faciliter une transition rĂ©ussie de l’école au collège pour les Ă©lèves et de permettre aux enseignants de construire des dĂ©marches partagĂ©es.

Les Ă©changes et les dĂ©bats ont mis en Ă©vidence certains points qui doivent encore ĂŞtre travaillĂ©s :

  • Si le socle ne peut pas ĂŞtre Ă©valuĂ© en soi et que ce sont bien les contenus des programmes qui sont Ă©valuĂ©s, comment passera-t-on, en particulier au collège, d’une Ă©valuation discipline par discipline Ă  un positionnement partagĂ© ?
  •  Les bulletins de suivi vont contenir de très nombreuses informations (principaux contenus travaillĂ©s dans la pĂ©riode, modalitĂ©s d’accompagnement pĂ©dagogique, Ă©lĂ©ments de vie scolaire,…). Au-delĂ  du possible alourdissement de la charge de travail de ceux qui les rempliront, que deviendront toutes ces informations collectĂ©es dans l’application numĂ©rique nationale ? Des garanties doivent ĂŞtre apportĂ©es sur ce point sensible.

Sans totalement révolutionner les modalités d’évaluation, les nouvelles dispositions créent les conditions de la continuité et de la cohérence au sein de la scolarité obligatoire. Elles valorisent le recours au positionnement sur les 4 niveaux et font du socle commun la seule référence pour les bilans de fin de cycle. Pour le SE-Unsa, ce sont des avancées importantes. C’est pourquoi il les a soutenues au Conseil Supérieur de l’Education.

 

 
 
 
 
ALC