SECTION SE-Unsa du GARD - 4 RUE JEAN BOUIN - 30000 NIMES
Tél. 04 66 70 67 67 - Fax. 04 66 29 91 10 - Por. 06 23 66 14 92 - 30@se-unsa.org

 
Les E.A.P, qu’es aquo ?
Article publié le jeudi 15 octobre 2015.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Certains directeurs du Gard se sont vus proposer l'affectation d'un E.A.P dans leur école cette année.

Mais quel est donc ce dispositif ?

Quelques éléments d'éclairage :

Le dispositif "emplois d’avenir professeur" (EAP) est un dispositif d’aide à l’insertion professionnelle dans les métiers du professorat.

Ce dispositif (qui existe depuis 2013 dans certaines rĂ©gions de France!) est proposĂ© depuis la rentrĂ©e 2015 aux Ă©tudiants en L2, L3 et M1 issus de milieux dĂ©favorisĂ©s se destinant au mĂ©tier d’enseignant, en leur proposant un parcours professionnalisant et en les accompagnant financièrement. 

Quelles sont les modalités du choix des tuteurs dans le cadre des E.A.P. ? Quel mode de rémunération est-il prévu ainsi que des temps d'accompagnement pour ce dispositif ?

L'indemnité de tutorat EAP, code 1763, est de 300 euros par étudiant et par année scolaire (2 étudiants maximum par tuteur). Il y a 40 E.A.P. dans le Gard. Ils ont été choisis sur des critères géographiques et sur la base de compétences et d’expérience avérées par les IEN.

Objectifs:

Ce dispositif doit répondre à plusieurs enjeux :

* encourager les étudiants d’origine modeste à se lancer dans la carrière d’enseignant en améliorant leurs conditions financières pour poursuivre leurs études

* répondre aux besoins de recrutement à venir en ciblant certaines disciplines ou académies où le nombre des candidats est encore insuffisant

* proposer à ces étudiants une véritable formation dans les classes encadrée par un enseignant tuteur : temps d’observation, co-animation et pratique accompagnée pour se former progressivement au métier d'enseignant

Les apprentis professeurs en L2 et L3 pourront ainsi entamer très tôt une formation professionnalisante pour conduire avec succès aux concours d’enseignement.

Concrètement dans les écoles, cela se passe comment?

Les Ă©tudiants concernĂ©s se voient ainsi confier un emploi Ă  temps partiel au sein d’une Ă©cole ou d’un Ă©tablissement scolaire, sur une base moyenne de 12 heures par semaine. (75% en Ă©lĂ©mentaire et 25% en maternelle)

Cette durée peut varier au fil de l’année afin de leur permettre de suivre leur formation universitaire, de préparer et de passer leurs examens universitaires et, en fin de parcours, les concours. Ils sont, au sein de l’école ou de l’établissement scolaire, encadrés et conseillés par un tuteur qui les suivra tout au long de leur formation au métier de professeur.

 L’étudiant concernĂ© doit pouvoir passer dans toutes les classes observer les diffĂ©rentes pratiques, notamment en maternelle . Il peut s'agir, en fonction du niveau universitaire de l’EAP, de moments d’observation, d’analyse de pratique, de prĂ©paration, de conduite de classe, d’organisation du portfolio.  En troisième annĂ©e de licence ou en première annĂ©e de master, l'Ă©tudiant est en pratique accompagnĂ©e intĂ©grant une prise en charge progressive de sĂ©quences pĂ©dagogiques en prĂ©sence et sous la responsabilitĂ© d’un enseignant et, Ă©ventuellement, de la participation Ă  l’évaluation d’activitĂ©s (en première annĂ©e de master). 

La tutrice/le tuteur est chargĂ©(e) de l’aider Ă  constituer un port folio personnel, un cahier d’observation pour s’entraĂ®ner Ă  l’observation et l’analyse, de lui faire dĂ©couvrir les rĂ©alitĂ©s du mĂ©tier et le fonctionnement institutionnel d'une Ă©cole.

Notre avis sur la question

Pour le SE-UNSA, ces annonces vont dans le bon sens, notamment parce qu'elles soutiennent les étudiants socialement plus fragiles et qu'elles visent à entretenir le vivier des futurs professeurs tout en ajoutant du personnel dans les écoles et établissements (ce qui n'est pas négligeable compte tenu de la situation à laquelle nous faisons face dans l'Académie cette année !)

Cependant, elles méritent d'être détaillées en groupe de travail pour s'assurer que la bonne idée soit à la hauteur de ses ambitions premières et se transforme bien en dispositif viable.

Il y a, entre autres, la nécessité de préciser sans tarder les éléments de rémunération de ce dispositif pour les tuteurs, ainsi que les modalités de suivis des étudiants et de choix des tuteurs.

Ce dispositif est un dossier de plus sur le bureau des directrices/teurs.

Il ne saurait s'agir d'une mission imposée mais reposant sur le volontariat et en concertation avec une équipe...

Affaire Ă  suivre donc...

Charlotte PERRIN

 
 
 
 
ALC