SECTION SE-Unsa du GARD - 4 RUE JEAN BOUIN - 30000 NIMES
Tél. 04 66 70 67 67 - Fax. 04 66 29 91 10 - Por. 06 23 66 14 92 - 30@se-unsa.org

 
Compte-rendu CDEN 30 septembre 2014
Article publié le mercredi 1er octobre 2014.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Déclarations liminaires - rythmes scolaires - ajustements de carte scolaire de rentrée - Consultation du 7 octobre - constats d'effectifs - Résultats DNB et baccalauréat

Etaient présents en préfecture :

ReprĂ©sentants des personnels de l’Education nationale : FO – UNSA – FSU, des parents d’élèves FCPE, des pupilles du Gard PEP, maires et Ă©lus, M. le PrĂ©fet, M. le Directeur acadĂ©mique et son Ă©quipe, l’IEN Adjoint, le secrĂ©taire gĂ©nĂ©ral.

En préambule, M. le Préfet a demandé, comme c’est l’usage, s’il y avait des questions ou des déclarations.

Lecture de 5 déclarations liminaires (dont celle de l'Unsa Education en pièce jointe)

1 Question :

ReprĂ©sentant des maires : "Lors de la demi-journĂ©e du mardi 7 octobre banalisĂ©e par Madame la Rectrice, qui aura la responsabilitĂ© des enfants qui se prĂ©senteront Ă  l’école ?"

Directeur acadĂ©mique : "Les enfants ne sont placĂ©s sous la responsabilitĂ© des enseignants que sur le temps des cours. Dans la mesure oĂą Mme la Rectrice a suspendu les cours, il est de la responsabilitĂ© des mairies de prendre en charge l’accueil des enfants dont les parents n’auraient pas de solution de garde.

Cette après-midi de concertation où les enseignants travaillent en dehors de leur classe ne saurait entraîner la mise en place du S.M.A. (Service Minimum d’Accueil), donc pas de prise en charge financière de l’Etat.

Le directeur académique nous informe que les recteurs avaient toute latitude pour fixer une demi-journée pour organiser cette consultation, sur une durée de 15 jours en amont et en aval du 7 octobre. Il fallait impérativement prévoir que tous les enseignants aient saisi les conclusions sur le serveur dédié avant le 18 octobre pour garantir la prise en compte, puis remontées à la DGESCO pour que le travail soit abouti et non une consultation d’apparat. Quelle que soit l’organisation proposée par les recteurs, aucune n’a fait l’unanimité en France.

Chacun doit faire en sorte de faciliter cette opĂ©ration qui porte sur une question centrale, le socle commun de compĂ©tences. DĂ©finition symbolique et philosophique majeure autour de  compĂ©tences et non plus par rapport Ă  des savoirs."

Unsa : Nous avons Ă©tĂ© de ceux qui rĂ©clamaient un dĂ©lai de un an dans la mise en Ĺ“uvre des nouveaux programmes pour permettre cette consultation primordiale d’une part, pour informer les enseignants dans le cadre d’animations pĂ©dagogiques d’autre part, pour permettre enfin aux maisons d’édition de concevoir des outils pĂ©dagogiques adaptĂ©s. Nous avons Ă©galement Ă©mis des rĂ©serves sur les conclusions remises par le CSP (Conseil SupĂ©rieur des Programmes) et l’avis des enseignants est primordial Ă  ce stade. Le Ministère a validĂ©. En revanche, nous insistons sur la condition sine qua non : ce temps doit ĂŞtre pris sur du temps de travail. Les enseignants qui ne travaillent pas le mardi après-midi pour une raison ou pour une autre, doivent dĂ©duire ce temps des 108 heures de concertation prĂ©vues Ă  cet effet.

En réponse aux questions posées par le Se-Unsa, le cabinet de Madame la Ministre nous a indiqué "que la participation de tous était primordiale, obligatoire pour ceux qui travaillent cette demi-journée mais sur la base du volontariat pour les autres."

Le directeur académique n’ayant pas eu les mêmes consignes que nous, nous avons interpelé (par l’intermédiaire de notre déléguée nationale) le cabinet de la Ministre afin que cette dernière clarifie urgemment les consignes.

M. le Préfet promet de saisir Madame la Rectrice pour lui demander de clarifier également ses consignes, lui-même n'ayant pas reçu d'information (ce qui nous interpelle). Dont acte.

L'Unsa Education ne revient pas sur la légitimité de consultation qui est incontestable.

La Fcpe a pour sa part demandé un report au mercredi après-midi avec compensation sur le 6 ou le 13 mai, demi-journées prévues pour rattraper le pont de l’ascension.

1er point (ordre modifiĂ©)  Ajustement rythmes scolaires :  voir tableau en Pièce jointe.

Certains horaires n’étaient pas Ă  jour. Evolution dĂ»e Ă  la difficultĂ© des communes pour trouver des intervenants, il a fallu modifier le jour parce qu’aucun intervenant ce jour-lĂ  oĂą pour trouver un directeur (BAFD).  Le directeur acadĂ©mique est restĂ© dans la logique du texte de 2013, avec une semaine Ă   5 jours.  Pour l’instant plus de demandes de modifications des horaires, mais ajustement Ă  prĂ©voir avec la pratique.

2ème point : Constat d'effectifs de rentrĂ©e

Pour le premier degrĂ©, estimation de rentrĂ©e avec comptage dans certaines Ă©coles (pas encore les effectifs rĂ©els) :   65118 Ă©lèves dont 24 205 en maternelle, 40 455 en Ă©lĂ©mentaire et 458 en ASH.

Contrairement aux prévisions de +510 élèves dans le Gard à cette rentrée, augmentation de 51 élèves. Attente de la confirmation mais l’augmentation prévue n’a pas eu lieu.

Pour le second degré : 29 297 élèves en collège dont 7063 en 6ème, 7061 en 5ème, 7090 en 4ème, 6832 en 3ème, 299 en ULIS, 952 en SEGPA donc + 303 élèves pour la rentrée.

Taux d’encadrement (hors ASH) :

1er degré : P/E 5,11 alors que 5,05 l’an dernier

Nombre d’élèves par classe : 

Moyenne globale du Gard :

En maternelle 24, 8 contre 25,36 l'an dernier

En élémentaire 23,14 contre 23,13 l'an dernier

En Ă©ducation prioritaire :

En maternelle 23,71 contre 24,45 l'an dernier

En élémentaire 22,67 contre 22,30 l'an dernier

 

Point 3 : Ajustements de carte scoalire de rentrĂ©e (voir pièce jointe)

Point 4 : RĂ©sultats scolaires

Le Gard occupe la dernière place des départements métropolitains quant aux résultats au DNB !

Le directeur académique nous explique que les règles de rattrapage ont changé : Il fallait cette année la validation du socle commun pour obtenir son DNB.

Il souligne également de grandes différences entre les établissements de même profil, jusqu'à 15% d’écart.

Enfin le directeur académique va approfondir les contrôles et envisager une politique adaptée impliquant tous les acteurs.

On note Ă©galement 18 % de dĂ©crochage entre le brevet et le bac pour lequel les rĂ©sultats sont au-dessus de la moyenne nationale et  un taux de rĂ©orientation après la seconde gĂ©nĂ©rale très important.

L'Unsa Education interpellera ses délégués nationaux au prochain conseil national sur la base de ces résultats alarmants afin d'obtenir un plan d'urgence et des moyens supplémentaires à la rentrée prochaine.

On ne saurait encore se contenter d'une dotation qui permet à peine de faire face à la poussée démographique.

Nous exhortons notre hiérarchie à faire remonter cet appel au plus haut niveau de notre administration.


   DĂ©claration liminaire   
(251.1 ko)
   Ajustements rentrĂ©e   
(110 ko)
   Ajustements horaires   
(140.2 ko)
 
 
 
 
ALC