SECTION SE-Unsa du FINISTERE - 20 RUE BELLE ILE EN MER - 29000 QUIMPER
Tél. 02 98 64 02 50 - Por. 06 17 05 01 36 - 29@se-unsa.org

 
Audience Inspectrice d’Académie adjointe
Article publié le jeudi 7 juillet 2022.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

L’Unsa Education a demandé une audience à la DASEN pour l’alerter sur plusieurs sujets préoccupants : la fatigue et le mal-être des personnels, les conditions de rentrée, la gestions des élèves perturbateurs et les frais de déplacements.

Nous avons été reçu début juin par son adjointe Mme Bourget, l’IENA M. Innocenti, les deux IEN ASH M. Bock (adaptation) et M. Brault (handicap), le chef de la division 1er degré M. Cloarec.

 

1 - conditions de travail des personnels : gestion de la pénurie des moyens, conséquences des deux années de pandémie et gestion des protocoles ;

-        Fatigue des personnels après deux années de pandémie, les personnels de l’EN ont tenu l’Ecole à bout de bras afin d’accueillir les élèves dans les meilleures conditions possibles.

-         Adaptation aux très nombreux protocoles que nous pouvions découvrir la veille pour le lendemain. Les conditions de protections des personnels n’étaient pas toujours réunies (rappel revendications janvier). Le virus circule toujours, à moindre échelle certes mais des personnels sont malades, des élèves aussi. Le mal-être des personnels de l’EN que nous rencontrons est palpable, notre fédération a publié des résultats du baromètre ici. Nos collègues sont toujours passionné·es par leurs métiers (92% aiment leur métier, 74% sont heureux de l’exercer) mais pour combien de temps ? La perte de sens des missions qu’ils assurent, pour 29% d’entre eux, la part importante des personnes qui souhaitent changer de métier (38% au sein du secteur public, 29% vers le secteur privé) interrogent. Les préoccupations des personnels, au fil des ans, sont restées centrées sur la problématique du pouvoir d’achat, sur la charge de travail et sur les aspirations de carrière, des sujets qui doivent être pris au sérieux, par le nouveau gouvernement, et faire l’objet de négociations au plus vite.

-        L’attractivité des métiers pour recruter et donner envie de rester est une problématique majeure pour le secteur éducatif. On voit que les résultats d’admissibilité aux concours ces derniers temps confirment cette urgence.

CRPE Rennes : 137 postes/588 présents/273 admissibles. En 2010 : 966 présents ; 998 en 2015 ; 1020 en 2020. La place du concours en fin de M2 ne favorise pas l’attractivité, les conditions de travail actuelles non plus !

-        Inquiétudes pour la rentrée : postes vacants comme chaque année (surtout en ASH). Les remplaçants seront bloqués sur ces postes dès la rentrée ! La pénurie annoncée qui ne fera qu’accroître les difficultés de remplacement…

-        Moyenne d’âge élevée dans notre département. Un nombre important de collègues sont en CLM, ont des problèmes de santé nécessitant de travailler à temps partiel pour « tenir le coup Â». Pas de prise en compte pour anticiper les moyens de rentrée. La DASEN refuse beaucoup de temps partiels sur autorisation.

-        Peu d’enseignants arrivent à l’âge de départ à la retraite en bonne santé.

IA : conscients de ces difficultés, objectif de l’administration de mettre un « enseignant Â» dans chaque classe…même si c’est un.e remplaçant.e, un.e contractuel.e

UNSA : ce n’est pas une solution ! Les arrêts maladie seront plus fréquents pour les collègues qui ne pourront travailler à temps partiel. Manque de moyens à la rentrée, nous demandons que la liste complémentaire soit ouverte et demandes ineats satisfaites !

IA : Ils y pensent … il faut le feu vert du Recteur.

UNSA : notre fédération le relayera au Recteur ! Actuellement quelques ineats ont été acceptés. Il faut que les départements d’origine des collègues ne soient pas déficitaires pour qu’ils obtiennent leur exeat.

 

CPC : évaluation instruction en famille + plans constellations très chronophages ; difficultés de recruter (conditions de travail difficiles, frais de déplacements pas entièrement remboursés). Les conseillers pédagogiques n‘ont plus de temps pour accompagner des projets. Le recrutement d’un IEN « instruction en famille Â» pour 2 départements n’allégera pas le travail des CPC puisqu’ils devront toujours accompagner un IEN pour les contrôles ? Le nombre de contrôle ne vas pas diminuer puisque tous ceux qui ont eu avis favorable lors du contrôle obtiennent de droit une autorisation pour 2 ans ?

SNASEN :  les assistants sociaux des départements bretons n'ont pas tous des téléphones portables en tant que personnels itinérants. Lors du confinement, certains ont appelé les familles et les partenaires avec leur téléphone personnel.

 Le service social en faveur des élèves est impacté par les conséquences liées à la crise COVID et à l'inflation. Un mal-être grandissant des élèves et des personnels est pressenti.

A l’année, 3 contractuelles sur des postes vacants et un 0,5 poste en compensation d’une titulaire qui est à mi-temps. Autrement, nous avons 2,5 remplaçantes de collègues titulaires en arrêt maladie ou maternité. Il faudrait insister pour qu’un concours externe soit ouvert l’an prochain. 

 

IA : pas de réponse … se retourner vers la conseillère technique des assistant.e.s sociaux…

 

 

SNMSU Médecine scolaire : difficulté à recruter, départs à la retraite non remplacés, personnels en souffrance, voir déclaration ..\DECLARATION SNMSU CAR 05-04-2022.pdf

Concours 2022 : 16 personnes reçues alors que plus de 500 postes sont vacants ! Départs en retraite sans remplacements, revalorisation indemnitaire se situant en-dessous des cibles ministérielles. Pénurie de médecins engendre des secteurs d’intervention très étendus et un effectif d’élèves très élevé à prendre en charge : perte de sens du travail médical et épuisement professionnel. Prioriser des missions : répondre aux besoins des élèves (santé mentale, accès au diagnostic des populations précaires, suivi des élèves en situations de handicap, etc.

UNSA : Médecin de prévention débordée : RDV à plusieurs mois ! Il semblerait que le DR Goyec doive aussi s’occuper de tous les enseignants du 22 ??? Impossible !!!! Il faut actuellement plusieurs mois pour avoir un RDV.

IA : ce n’est pas acté, pas d’actualité.

 

2 - frais de déplacement des personnels (IEN, Psychologues scolaires, CPC, Rased, ... ): gestion des enveloppes restreinte dans le Finistère et difficultés de remboursement ;

 

- frais de déplacements CPE, RASED, IEN, … : enveloppes et taux de remboursement insuffisants. Dans les autres départements, les enveloppes sont réabondées si nécessaire, pas dans le 29 !

Exemple pour un CPC : enveloppe circo CHORUS (0.40€), formation sur convocation 0.19€ km, dafpen

UNSA : demande un remboursement au tarif des impôts au minimum 0.40€ et non tarif sncf ! Le carburant augmente mais enveloppe diminue ! Le forfait  >10 000km a le taux de remboursement le moins important !

Pourtant les maîtres E, psychologues, enseignants référents, IEN des zones rurales ne circulent pas par plaisir mais par nécessité de service. Le ministère envisage-t-il des véhicules de fonction ?

Des recours ont été faits et ont obtenu satisfaction mais pris sur quel budget ? l’enveloppe des CPC !?

SNASEN :  le montant des frais de déplacement ne suit pas le prix du carburant et n'est pas toujours à la hauteur des frais réels engagés.

 

IA : ils vont harmoniser les enveloppes et procédures au niveau de l’académie.

UNSA : harmoniser oui mais vers le haut (0.40€ par kilomètre) !

3 - école inclusive et gestion des élèves à besoin éducatifs particuliers : recrutements et formation des AESH, manque de place et de structures d'accueil pour les élèves.

 

- école inclusive : oui avec des moyens et une formation de TOUS les personnels ! Pour l’Unsa Education, l’éducation inclusive ne peut résumer à la gestion de l’aide humaine telle que proposée par les PIAL. Elle doit reposer sur une politique plus globale qui prend en compte les enjeux de formation et d’accompagnement des personnels et les partenariats, tant avec les structures médico-sociales, les MDPH ou les associations qu’avec les familles, actrices incontournables du parcours éducatif de leurs enfants.

Problème : Manque de place dans les IME, ITEP, structures spécialisées. Elèves en attente de place dans les ULIS écoles ou classe ordinaire. L'École inclusive ne peut s'appuyer sur la seule bonne volonté des personnels. L'écart entre le prescrit et la réalité de l'école inclusive engendre de la souffrance au travail, qui doit être entendue. L'institution doit y apporter des réponses concrètes.

 

- AESH :  rémunération et temps de travail pas à la hauteur. Les besoins augmentent sans cesse, pas de suivi sur le périscolaire (refus des communes de les rémunérer) alors que cela augmenterait leur temps de travail et donc leur rémunération. Formation pas en adéquation avec leurs besoins. Méconnaissance, manque de lien et d’information avec leur PIAL. Les conditions accompagnant des élèves violents, ce n’est pas leur mission (pas handicap) souvent maltraités.

- gestion des élèves hautement perturbateurs, violents : dégradation des conditions de travail, mise en danger des enseignants, AESH, ATSEM et des élèves, manque de solutions pour leur prise en charge. Besoins en formation et réponse immédiate à apporter à ces élèves en crise. Y a-t-il un protocole existant ? pas de protocole avec les secours (SDIS), les  Equipes Mobiles Ressources ne font pas partie de l’Education nationale et interviennent surtout auprès des enseignants. Y a-t-il un référant à la DSDEN ? qui appeler en cas de crise ?  Fiches Santé et Sécurité au Travail : pas de suivi !!! Equipes fragilisées par ces EBEP.

IA : dialogue avec l’ARS, travail avec les structures médico-sociales pour augmenter le nombre de places. Il faut améliorer la qualité de la prise en charge des élèves avec des besoins éducatifs particuliers.

L’équipe de direction est intervenue sur quelques établissements lorsque le nombre de fiches SST était important pour apporter des solutions d’urgence.

La DASEN a une attention particulière sur l’ASH : création de 2 ULIS autisme, 2 enseignants référents EBEP…

Protocole gestion des élèves hautement perturbateurs en construction par l’équipe de direction de la DSDEN pour la rentrée.

UNSA : les difficultés sont quotidiennes et dans beaucoup d’écoles. Les collègues sont démunis face à ces élèves. Ce sera l’occasion de demander une nouvelle audience sur ce protocole !

IA : Formation des AESH en fonction des remontées de terrain. PIAL « renforcés Â» à la rentrée. Travail avec les structures médico-sociales pour améliorer la qualité des prises en charges.

UNSA : Les AESH ne sont pas une solution à tout ! Manque d’intervenants et de structures de proximité pour élèves et famille. RASED doivent être complétés (Maîtres G et renforcés). Assistants sociaux, infirmiers, médecins, psychologues scolaires pas assez nombreux pour aide et prévention. Politique de l’enfance, aide à la parentalité absente au niveau des collectivités territoriales, besoin d’une impulsion politique conseil départemental-DSDEN-préfecture pour les jeunes. Offre culturelle et projets culturels compliqués à mettre en place (financements à trouver !!!)

 

En conclusion, beaucoup de communication de la part de l’équipe de direction !

Nous attendons des actes forts en matière de recrutement, de réponses envers les établissements lorsqu’il y a un problème. Notre employeur doit protéger ses personnels et doit se préoccuper davantage de leurs conditions de travail et de santé ! ce n’est pas ce qui est ressenti au quotidien. Nous avons bien compris que la DASEN ne souhaitait pas parler aux syndicats et qu’il fallait arrêter de parler de ce qui fâche (conditions de travail, école inclusive, etc.).

L’Unsa Education restera revendicative et combative sur ces questions essentielles et demandera des nouvelles audiences sur ces points précis si besoin.

Les personnels de l’Education nationale doivent être reconnu.e.s et respecté.e.s !

Notre fédération s’adressera aux nouveaux députés élus pour réaffirmer les urgences à traiter et à ne pas, à nouveau, fondre dans une politique de communication. Réformiste, constructive, notre fédération n’oubliera pas d’être combattive si la sécurité et les conditions de travail de tous les personnels de l’éducation nationale ne s’améliorent pas.

 

 

 

 
 
 
 
 
Cliquez pour agrandir