SECTION SE-Unsa de la CHARENTE - 10 RUE DE CHICOUTIMI - 16000 ANGOULEME
Tél. 05 45 38 28 44 - Por. 06 35 31 75 09 - 16@se-unsa.org

 
REVALORISATION ET PRIME POUR LES PETITES PENSIONS
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter
L’UNSA Retraités en partie entendue mais la vigilance reste de mise...

Non revalorisation des petites pensions, gel des pensions de plus de 1200 €, report de la date de revalorisation des pensions, mesures fiscales touchant les retraités, projet de loi sur l’adaptation de la société au vieillissement, projet de loi santé, telles sont les préoccupations de l’UNSA Retraités en cette période de rentrée sociale.

  • L’UNSA Retraités a condamné le gel des pensions et le report de la date de revalorisation du 1er avril au 1er octobre.

L’UNSA Retraités avait demandé que les basses pensions soient épargnées et le gouvernement s’était engagé à revaloriser au 1er octobre toutes les pensions inférieures à 1200 euros par mois.

La CNAV était chargée d’établir la liste des retraités concernés mais, le 12 septembre, le gouvernement a communiqué en indiquant que les faibles pensions ne seraient pas revalorisées tout en précisant que « les règles Â» de revalorisation, du fait de la très faible inflation prévue pour 2014 (+0,5 %) conduisaient à une stabilité des pensions.

Pour l’UNSA Retraités, cet argument technique n’était pas recevable. Un coup de pouce aux bénéficiaires  du minimum vieillesse (ASPA) et des petites pensions était indispensable !

Les réactions vives des uns et des autres ont conduit le Premier Ministre à revoir sa copie.

Lors de son discours devant le parlement le 16 septembre, Manuel Valls a annoncé la revalorisation du minimum vieillesse (ASPA, allocation de solidarité aux personnes âgées) à la hauteur de 800 €. Il a également annoncé «une prime exceptionnelle" de 40 € pour les retraités percevant moins de 1200 € par mois qui concernera 6,5 millions de personnes soit 43% des retraités.

C'est une réponse partielle à l'une des revendications fortes de l'UNSA Retraités,réponse d’autant plus nécessaire que plusieurs mesures fiscales frappent les retraités en 2014 comme la fiscalisation des majorations pour avoir élevé trois enfants ou la suppression de la demi-part supplémentaire pour les personnes seules ayant élevé un enfant pendant moins de 5 ans.

 

 
 
 
 
Cliquez pour agrandir