SECTION SE-Unsa de la CHARENTE - 10 RUE DE CHICOUTIMI - 16000 ANGOULEME
Tél. 05 45 38 28 44 - Por. 06 35 31 75 09 - 16@se-unsa.org

 
CR AUDIENCE DSDEN 16 du 4 MAI
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

ÉLÈVES A COMPORTEMENTS HAUTEMENT PERTURBATEURS.

Nous faisons part de la détresse de certain(e)s collègues ; il y a des situations de plus en plus difficiles en classe.

Mme Polès nous rappelle que des choses sont mises en place mais qu’il s’agit d’une problématique qui ne peut être portée qu’en interministériel (volet social, soins…)

L’équipe Mobile d'appui travaille en étroite collaboration avec L’ARS ; il y a 1,5 ETP éducatrice spécialisée pour venir en aide.

Il y a eu une augmentation de places en SESSAD, IME, 1 pôle supplémentaire ITEP sur COGNAC.

Mme Polès reconnaît qu’il y a un réel besoin de moyens supplémentaires car les troubles du comportement sont davantage marqués en Charente.

Il y a eu une réunion fin mars. En parallèle M. Le DASEN est intervenu au niveau National pour alerter sur cette problématique. Mme La Préfète va également faire remonter.

Nous tenons à faire part à l’administration que les personnels culpabilisent de ne pouvoir « maîtriser Â» certaines situations et qu’ils attendent l’extrême limite pour s’arrêter. Il faut  à minima une formation à destination des  directeurs; il faut des personnes formées et des personnes physiques supplémentaires en appui. (Brigade d'appui et brigade AESH.)

Mme Polès souligne l’importance d’avoir un protocole d’urgence. Il faut une prise en charge précoce. Ce travail est en cours sous l’autorité de la Préfète.

Nous réitérons notre demande de formations « Ã©coute active Â» ainsi que "gestion de crise - protocole d'urgence" au sein des équipes par exemple pendant les temps de conférences pédagogiques.


AESH

Mme Poles nous confirme qu’il y a un travail autour de l’élargissement des contrats de travail des AESH. Travail avec la MDPH et les représentants des collectivités locales. Il faut que les élèves bénéficiant d’une prise en charge puissent aller à la garderie, centre de loisirs…club sportif,  tout en continuant de bénéficier d’une AESH. Un groupe de travail spécifique est à l’œuvre impliquant la CAF, Le Conseil Départemental, l’Association des Maires. Élargissement souhaité au niveau périscolaire.

Nous demandons à pouvoir être tenus au courant des avancées, voire à pouvoir participer aux groupes de travail.


DÉCHARGES DES PETITES ÉCOLES

-Nous attirons l’attention de M. le Secrétaire Général sur le fait que certains directeurs ou directrices de petites écoles n’ont pas leurs journées de décharges. Cela n’est pas normal. SE SONT DES DÉCHARGES STATUTAIRES.

Sur certaines circonscriptions il n’y a  moins de soucis : problème d’anticipation ? D’organisation ?

M. Chauveau nous fait remarquer que certaines circonscriptions ont été beaucoup plus impactées que d’autres par la Covid.

Nous rappelons notre exigence de réaliser effectivement les opérations de carte scolaire afin de permettre la création de postes de remplaçants en nombre.


FRAIS RASED.

L’enveloppe des Rased ne bouge pas, c’est une enveloppe nationale. Seule l’indemnité kilométrique est augmentée. Néanmoins il est possible d’alerter l’Administration en cas de difficulté. Des rééquilibrages sont possibles en fin d'année car tout n'est pas consommé.

Il faut donc nous alerter pour que nous intervenions auprès de la DOSAF et des circonscriptions.


AVANCEMENT DES PERSONNELS.

-Nous réaffirmons ce jour la réelle nécessité que les collègues aient une réponse à leur recours pour pouvoir saisir les CAPD et surtout obtenir une réponse complète de leur hiérarchie.

-M. Chauveau nous indique qu’une absence de réponse sous un mois vaut refus mais comprend notre position et va essayer de mettre en œuvre notre demande.

-Néanmoins nous souhaitons que les personnes puissent avoir une réponse.

- Nous demandons à pouvoir bénéficier d’un calendrier avec les différentes étapes des avancements HC et Classe exceptionnelle afin de pouvoir accompagner de façon optimale les collègues.

 
 
 
 
 
ALC