SECTION SE-Unsa de la CHARENTE - 10 RUE DE CHICOUTIMI - 16000 ANGOULEME
Tél. 05 45 38 28 44 - Por. 06 35 31 75 09 - 16@se-unsa.org

 
Et ça continue encore ...Nouveau protocole sanitaire « provisoire » pour le 22 juin : Faire et défaire… c’est toujours épuiser
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

ATTENTION : GROSSE MODIFICATION DANS LE PROTOCOLE

"Si la configuration des salles de classe (surface, mobilier, etc.) ne permet absolument pas de respecter la distanciation physique d’au moins un mètre, alors l’espace est organisé de manière à maintenir la plus grande distance possible entre les élèves et les élèves de plus de 11 ans doivent porter le masque de protection dans la classe. La distanciation physique doit être maintenue entre les élèves de groupes différents. Dans les lycées, une distance minimale d’un mètre est respectée entre chaque personne dans les espaces clos et dans les espaces extérieurs."

C'est donc la limitation dans le brassage des groupes qui prime.

Nouveau protocole sanitaire « provisoire » pour le 22 juin : Faire et défaire… c’est toujours épuiser

Les annonces du Président de la République sur le retour en classe des élèves et la réaffirmation de l’obligation scolaire ont sonné comme une bonne nouvelle pour clore une année scolaire interrompue brutalement le 13 mars. 

C’était compter sans le nouveau protocole avec des allègements, certes, mais aussi des contraintes qui pèsent toujours, comme le « mètre de distance latéral Â» à l’élémentaire et au collège et le non brassage des groupes. Non seulement c’est un décalage sur le fond entre le retour de tous annoncé et des règles qui ne le permettront pas partout, mais c’est aussi un décalage dans le temps avec la publication du protocole mercredi seulement, et encore sous réserve d’éventuelles modifications après une relecture par la Haut Conseil de la Santé Publique.

Dès dimanche soir, le SE-Unsa avait alerté sur un possible écart entre les annonces grand-public et les instructions officielles internes qui suivraient, quand elles suivraient. 

Le SE-Unsa dénonce cette mise en porte-à-faux des acteurs de terrain et alerte l’opinion publique. 

Cette dernière étape fait craquer de nombreux personnels du service public d’éducation qui connaît sa troisième réorganisation depuis le 11 mai dans des délais intenables.

Elle intervient par ailleurs dans un contexte où une petite musique de « profbashing Â» s’est installée sur l’air de « c’est de leur faute si les enfants ne reviennent pas à l’école Â». Cette petite musique ferait presque oublier les conditions de la première reprise « partielle et progressive Â» avec un protocole très strict et des objectifs pas toujours compatibles entre eux : maintien de la continuité pédagogique, accueil des enfants de personnels prioritaires, ciblage de niveaux de classe ou d’élèves plus fragiles, volontariat des familles.

Lundi 22 juin, l’École Publique et ses personnels, fiers du travail déjà accompli, seront cependant à nouveau au rendez-vous pour leurs élèves.

 

Paris, le 17 juin 2020

Stéphane Crochet

Secrétaire général

Avis du Secrétaire Départemental : « On nous sert en plus du protocole des plans de classe pour nous montrer que tout le monde peut rentrer … Les modèles de classe font 50 ou 65 m² pour un accueil de 24 élèves. C'est loin d'être le cas partout. Depuis le début, le ministre ordonne, annonce sans s'assurer que c'est réalisable. Les collègues doivent refaire sans cesse. Cette situation est insupportable pour les personnels qui se heurtent aux réalités du terrain, aux demandes légitimes ou aux pressions des parents encouragés par le prof bashing»


   PROTOCOLE DERNIERE VERSIO   
(1 Mo)
 
 
 
 
Cliquez pour agrandir