SECTION SE-Unsa de la CHARENTE - 10 RUE DE CHICOUTIMI - 16000 ANGOULEME
Tél. 05 45 38 28 44 - Por. 06 35 31 75 09 - 16@se-unsa.org

 
Le ministère retire encore des postes à l’académie de Poitiers
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Le ministre de l’éducation nationale vient de présenter en Comité Technique Ministériel la dotation en emplois pour les différentes académies.

1er degré : dotation nulle

Aucun emploi n’est attribué à l’académie puisqu’une baisse démographique est prévue. Pour autant il faudra quand même terminer le dédoublement des CP et CE1 en éducation prioritaire. Il faudra également ouvrir des postes là où les effectifs l’exigent. C’est donc, une nouvelle fois, un nombre important de classes qui devront fermer en particulier dans les territoires les plus ruraux. La question de la disparition du service public d’éducation sur certaines zones se pose donc et l’apparition de « trou éducatifs Â» se dessine. L’Unsa-Education sera attentive à ce qu’aucune zone blanche (sans école) ne voit le jour.

2nd degré : - 40 emplois

La diminution des postes se poursuit pour la deuxième année consécutive malgré une augmentation des effectifs. Le ministère souhaite compenser cette baisse par l’attribution de deux heures supplémentaires obligatoires pour tous les enseignants des collèges et lycées. L’Unsa-Education dénonce ce tour de passe-passe qui entrainera immanquablement une augmentation des effectifs par classe et déstabilisera encore davantage les élèves les plus fragiles.  De plus, cette décision dégradera les conditions d’exercice des enseignants.

Postes administratifs : -13 emplois

Pour la deuxième année consécutive les emplois d’administratifs vont être diminués dans les services académiques et les établissements laissant croire qu’il y en aurait trop. Pourtant les personnels des services et des établissements ont une charge de travail déjà très lourde. La fusion des académies ne doit pas être le moyens de faire des économies d’échelle. Une seule académie nécessitera au contraire un renforcement de l’échelon local au plus près du terrain.

L’Unsa-Education s’inquiète de ce mauvais signal envoyé aux personnels des services.

Jean-François ROLAND

Secrétaire Régional Académique

Unsa-Education Poitiers

 
 
 
 
Cliquez pour agrandir