SECTION SE-Unsa de l'AUDE - 14 BD JEAN JAURES - BP 17 - 11001 CARCASSONNE CEDEX
Tél. 04 68 25 56 29 - Fax. 04 68 25 65 45 - Por. 06 37 61 02 41 - [Mél.]

 
CDEN du 27 juin 2014 : DĂ©claration et compte-rendu de l’UNSA-Ă©ducation
Article publié le vendredi 27 juin 2014.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Monsieur le Préfet,

Monsieur le Président du Conseil Général,

Monsieur le Directeur Académique,

Mesdames et Messieurs,


 

Il y a déjà plus de 2 ans, le Président de la République, une fois élu, a souhaité exprimer son respect, sa considération, vis-à-vis des enseignants. A l’entendre, nous nous sommes sentis compris.

Ainsi, l'action du gouvernement s'est concentrée autour de deux axes : les réparations et les ambitions.

Les réparations d'une politique néfaste à notre système éducatif étaient rendues nécessaires par des années de coupes budgétaires, étant perçues comme une marque de déconsidération d'une profession entière, autant qu'un manque d'intérêt évident pour l'Ecole Publique Laïque et de ses élèves. Les ambitions visent à rendre l'école plus juste, plus bienveillante pour ses élèves et ses enseignants.

  • recrutement de 60 000 agents dans l'Education Nationale, dont les effets visibles seront diffĂ©rĂ©s dans le temps.

  • mesures salariales dans le 1er degrĂ© (ISAE – Hors Classe : soutenues par le SE-UNSA), qui doivent encore augmenter

  • volontĂ© de changer, par les rythmes scolaires, le rythme d'une sociĂ©tĂ© entière de plus en plus basĂ©e sur la satisfaction des dĂ©sirs d'adultes, qui ont entraĂ®nĂ©s les reculades prĂ©sidentielles et ministĂ©rielles que l'on connaĂ®t.

  • nĂ©cessitĂ© d'Ă©tablir ce que doivent avoir acquis les Ă©lèves pendant leur temps de scolaritĂ© obligatoire (socle commun, vouĂ© aux gĂ©monies par les Ă©litistes de droite et de gauche, appelĂ©s les tenants des disciplines). Adapter les programmes Ă  la vraie vie, Ă  la rĂ©alitĂ© de nos Ă©lèves et non Ă  ce qu'on aimerait qu'ils soient (surtout si on aimerait qu'ils soient tous très bons).

  • dĂ©velopper l'Ă©galitĂ© filles/garçons, Ă  travers les ABCD de l'Ă©galitĂ©. Ce dispositif, combattu par les opposants au mariage pour tous, est repris par les mĂŞmes groupuscules qui accusent l’école de tous les maux (apprentissage de la masturbation, promotion de la pĂ©dophilie, transformation des enfants en homosexuels…). L'abandon de ce dispositif serait, pour l'UNSA-Education, une grave dĂ©rive.

  • Prioriser le primaire + re -crĂ©ation d'une vĂ©ritable formation des enseignants

Aujourd'hui, même si de nombreux chantiers sont en cours et si des éléments positifs ont été actés, L'UNSA-Education est dans l'expectative. La volonté de changer la société par l'école est elle ferme, ou bien less revers électoraux cinglants amèneront-ils des reflexes politiques connus, de timidité, de renoncements électoralistes, marche-arrière devant les franges les plus réactionnaires de la population ?

L'UNSA-éducation s'inquiète de l'immense solitude perçue par les écoles, notamment les directeurs d'écoles, qui pendant l'épisode du décret Hamon se sont sentis bien seuls, et parfois malmenés par des maires pour qui, le respect dû aux enseignants est en option (Lasbordes), mais aussi par ceux qui, sans autre cap, ne conçoivent leur actions politiques que par les dépenses qu'elles induisent.

L'administration de l'Education Nationale n'a pas été en mesure de venir en aide à ses agents.

Par souci d'évacuer au plus vite l'épisode erratique de la mise en place des rythmes, le ministère a cru bon de dévoiler les décisions non-prises en CDEN sur Internet le samedi 23 juin, décridibilisant ainsi cette instance. Comment comprendre que les horaires de l'an prochain soient publiés avant que les représentants des personnels, des parents et des élus n'aient reçu ces informations dans les délais règlementaires ?

Comment oublier à l'occasion de ce CDEN la déplorable dotation en postes, qui fera que la rentrée 2014 dans le 1er degré, sera moins bonne que la rentrée 2013 en termes de moyens, alors que le nombre d'élèves augmente ? La ruralité audoise, ses critères sociaux extrêmement défavorables seront-ils enfin pris en considération par le ministère ?

L'UNSA-éducation œuvre depuis des mois pour alerter, argumenter, interpeller les élus. Nous espérons que notre implication sera payante : ce ne serait que justice pour les écoliers audois.

Une autre forme de justice pour les collégiens audois serait de leur permettre sortir de leur environnement, de leur milieu, de leurs déterminismes en favorisant les voyages scolaires. Une motion sera proposée en ce sens par l'UNSA.

*

Bref, si –selon la formule attribuée à André Gide- « choisir c’est renoncer », c’est aussi trancher, acter, décider. En politique faire des choix c’est certes gérer le quotidien, mais c’est surtout engager l’avenir, s’engager dans un modèle de société.

Nul doute qu’aucun dirigeant politique, conscient de cela, ne fasse pas tout pour bâtir un monde de justice et de réussite pour tous, de coopération et de solidarité plutôt que de compétition et du chacun pour soi, de respect des différences et de lutte contre les discriminations et non de haine et de rejet de l’autre, d’égalité entre les femmes et les hommes en opposition à une société machiste…

L’UNSA Education attend de la clarté et de l’ambition. Notre société en crise en a grand besoin. Notre département, le deuxième le plus pauvre de France se languit. Après les discours, les reculs, place au courage et aux décisions ambitieuses pour les jeunes.

En 2006, Philippe MĂ©rieux avait Ă©crit une lettre aux prĂ©sidentiables. Il concluait par :
"L'Histoire l'a montré : aucun grand projet politique sans vrai projet éducatif. Aucun projet éducatif sans courage politique. L'aurez-vous?"

L'UNSA éducation jugera sur pièces.

 

Compte-rendu

 

Avant le commencement du CDEN et avant de signer le registre de présence des membres du CDEN, l’UNSA Education a demandé au Directeur Académique s’il n’y aurait pas de nouveaux documents présentés en séance.

C’est une précaution de notre part car nous craignions que l’administration ne respecte pas les délais nécessaires d’envoi de documents aux élus du personnel, à savoir 8 jours au moins, avant la tenue du CDEN.

Le DASEN a répondu par la négative.

Le DASEN a ensuite tenu Ă  souligner le climat « conflictuel Â» qu’il dĂ©plore entre enseignants, entre enseignants/Ă©lus et enseignants/parents par rapport Ă  la mise en place des rythmes et surtout, depuis l’apparition, en cette fin d’annĂ©e du dĂ©cret Hamon.

Dans la déclaration préalable, nous avons regretté le fait que nous recevions les documents de travail hors-délai et au compte-goutte. Le DASEN a concédé qu’un effort serait fait pour respecter ce que la loi lui oblige de faire.

TrĂ©ville :

Le DA a dĂ©clarĂ© : « Madame le Maire a pris la dĂ©cision intempestive de fermer l’école. Nous avons dĂ» rĂ©organiser le RPI en dĂ©mĂ©nageant le matĂ©riel, pour accueillir au mieux les Ă©lèves Ă  la rentrĂ©e. Nous avons aussi rĂ©organiser en 4 pĂ´les le RPI : Pomarèdes, Peyrens, Puignier et Souilhes. Â»

Le poste fermé à Tréville est implanté à Souilhes finalement, et non à Peyrens.

L’UNSA a voté en faveur de la fermeture et de l’ouverture.

 

Rythmes scolaires :

 

Le DASEN prĂ©sente les diffĂ©rents cas de figure qui seront traitĂ©s en sĂ©ance :

 

1.      Les demandes d’expĂ©rimentation rendues possibles avec le dĂ©cret Hamon (1/2 journĂ©e libĂ©rĂ©e) : 40 communes

2.      Les situations oĂą aucun horaire n’avait Ă©tĂ© actĂ© jusqu’à prĂ©sent : 49 communes

3.      Les demandes de dĂ©rogation (possibilitĂ© de journĂ©es supĂ©rieures Ă  5h30) : 8 communes

4.      Les modifications d’horaires actĂ©s prĂ©cĂ©demment.

 

     1/ Pour ce qui concerne les dĂ©rogations : le DASEN  et a acceptĂ© la dĂ©rogation uniquement s’il y avait consensus entre Ă©coles, conseil d’école et maire. En cas de dĂ©saccord, Le DA est revenu sur dĂ©cisions antĂ©rieure (horaires rentrĂ©e 2013 ou horaires actĂ©e au CDEN du FĂ©vrier 2014)

     2/ Concernant les horaires pour la rentrĂ©e 2014 : le DASEN a acceptĂ© les propositions quand il y avait consensus. En cas de dĂ©saccord, le DASEN s’en est tenu Ă  adopter les horaires-type : 9h-12h/14h-16h15.

     3/ Pour les expĂ©rimentations : Le DASEN affirme qu’il n’a pas Ă©tĂ© dĂ©cideur : il a donnĂ© un avis et c’est uniquement la Madame le Recteur qui a tranchĂ©.

 

Le DASEN a adopté le point de vue de la FCPE, en affirmant que le retour aux 6 h de classe dans la journée, et 2.5 jours de week-end était un recul par rapport aux ambitions de la réforme des rythmes si l’on se place du côté des élèves.

Pour le DASEN, le seul fonctionnement qu’il aurait acceptĂ© dans le cadre d’une expĂ©rimentation, est la mutualisation des moyens en  TAP sur les communes rurales, avec des demi-journĂ©es libĂ©rĂ©es alternativement sur des Ă©coles voisines.

Le DASEN a affirmĂ© que tous les chronobiologistes le disent : il faut Ă©viter les longues ruptures ; ce qui d’ailleurs, Ă©tait le but de la rĂ©forme en ajoutant dans la semaine le mercredi matin d’école.

Le DASEN Ă©met l’hypothèse que l’absentĂ©isme risquait d’augmenter lĂ  oĂą s’est dĂ©cidĂ© le rallongement du week-end, ce qui est une dĂ©rive, un contre-sens des objectifs initiaux de la rĂ©forme.

Le DASEN précise qu’il a accordé des avis favorables avec parcimonie.

 

Lasbordes

L’UNSA EDUCATION a prĂ©sentĂ© le cas de cette commune : la situation a Ă©tĂ© rĂ©visĂ©e alors que le consensus n’y Ă©tait pas. Le conseil d’école proposait un horaire, le maire, un autre.

Problème : Le DASEN a proposĂ© les horaires type, adoptant ainsi la proposition du Maire.

Le maire, en contradiction avec le projet adoptĂ© en conseil d’école,  sort donc vainqueur.

L’UNSA EDUCATION a donc fait une demande : « Envoyez un bon signe vis-Ă -vis des parents et enseignants de cette commune qui ont Ĺ“uvrĂ© communĂ©ment dans le souci des enfants Â».

Le DASEN a affirmĂ© qu’il ne reviendrait pas sur sa dĂ©cision, au risque de dĂ©roger Ă  la mĂ©thodologie qu’il s’est fixĂ©e : lorsqu’il n’y pas d’accord, il se replie sur les horaires-type.

L’UNSA éducation a regretté la frilosité du DASEN quant à cette situation.

Le Conflit entre le maire de Lasbordes, les enseignants et les parents d’élèves est aujourd’hui un conflit ouvert, qui dépasse les limites communales.

 

Villemoustaussou

Sur cette commune, alors que les conseils d'école avaient acté un horaire, la Mairie en a proposé un autre, après une vague consultation des parents.

L'UNSA éducation observe que l'allongement des après midi implique souvent la tenue de récréations. Or, ce temps de récréation aurait pu être transformé en temps d'apprentissage si les matinées avaient été agrandies.

Le DASEN répond que cela ne représente que 15 minutes par jour de plus par après midi.

L'UNSA éducation répond que ce quart d'heure perdu représente 36 heures d'apprentissage perdus par an. Tant pis pour les élèves les plus fragiles.

 

Coursan

L'UNSA éducation s'étonne que le choix du DASEN ne reprenne aucune proposition existante sur la ville. L'an dernier, les conseils d'école s'étaient exprimés en faveur d'une réduction significative de la durée de la journée de classe.

Le DASEN répond qu'une demande de dérogation a été faire, mais comme cette dernière n'a pas fait l'unanimité, il appliquera les horaires scolaires type. Il estime que sur la ville, la concertation doit reprendre afin d'établir une proposition commune pour l'an prochain.

 

Conques sur Orbiel

L'UNSA éducation s'étonne de recevoir les documents en séance, en contradiction avec les horaires scolaires actés au précédent CDEN.

Le DASEN indique que les conseils d'écoles ne sont pas en désaccord avec cette proposition (PV de conseil d'école favorable en élémentaire, pas d'opposition en maternelle)

 

Cascastel et Villeneuve des Corbières

L'UNSA Ă©ducation a transmis au DASEN le voeu des conseils d'Ă©cole de ces communes au CTSD du 26 juin. Le DASEN indique que la situation est clochemerlesque, avec des maires qui changent d'avis selon les interlocuteurs.

L'UNSA éducation regrette que le DASEN n'ait pas cru bon de recueillir leur proposition, plus à même de résoudre les problèmes présents sur le terrain.

 

Narbonne

 

Le DASEN a précisé que la mairie était en cours de réflexion, car toutes les remontées des conseils d’écoles n’ont pas eu lieu. Puis, il a ajouté que Mme Le Recteur organiserait peut-être avant la rentrée un CDEN spécial pour acter les nouveaux horaires.

L’UNSA EDUCATION indique que la majoritĂ© des conseils d'Ă©cole de Narbonne s'est d'ores et dĂ©jĂ  exprimĂ© en dĂ©faveur de la proposition de la Mairie. De plus, il serait très malvenu de changer les horaires de rentrĂ©e Ă  quelques jours de celle-ci !

 

Expérimentations avec demi journée libérée

L'UNSA-éducation observe que 40 communes ont choisi d'adopter la possibilité d'expérimenter le décret Hamon avec une demi journée libérée. Parmi elles, 36 auront le vendredi après midi libéré.

Le DASEN indique que la durée de l'expérimentation est de 1 an et qu'un observatoire permettra de mesurer ce qui marche, ou pas.

L’UNSA EDUCATION a demandé à ce qu’un regard soit particulièrement porté sur les élèves en situation de handicap.

 

*

 

L’ UNSA EDUCATION est ensuite intervenue pour rappeler la vigilance concernant l’utilisation des subventions par les Mairies.

 

En effet, la subvention versée aux municipalités sera de 50 € par enfant inscrit (somme majorée de 40€ en zone rurale) + financement CAF en cas de mise en place de TAP.

 

Or, des Maires ont indiqué ne pas vouloir mettre en place de TAP.

Le DASEN rappelle que le législateur n'a prévu de verser cette dotation exclusivement aux communes qui mettraient en place les TAP, créant ainsi un effet d'aubaine.

M.Maugard, Vice Président du Conseil Général, s'en étonne et se demande comment la dépense peut être contrôlée car cette subvention sera distribuée sans qu’il n’y ait d’obligation de la dépenser pour le périscolaire

Le DASEN répond que cela concernera la Cour Régionale des Comptes.

 L’UNSA EDUCATION observe une tendance : les enseignants scrutent de plus en plus les deniers d’une commune, afin de savoir ce que le maire dĂ©pense pour l’école publique (ou pas).

On le voit à Leucate, où les élus augmentent leurs indemnités, financent l'établissement privé, et, parallèlement, retirent les intervenants exerçant à l'école publique.

A Villemoustaussou, l'UNSA éducation regrette que la mairie ait choisi de baisser la dotation à l'école maternelle de 5€ par enfant alors que l'état lui verse 50€ par élève inscrit : comment justifier cela ?

 

Avec la rĂ©forme des rythmes on voit deux types de maires :

  • Les hommes politiques, au sens noble : c’est heureux

  • Les hommes Ă©lectoraux aux attitudes clientĂ©listes : ça se voit !

 

Vote sur les horaires scolaires

 

Pour : 0

Contre : FCPE

Abstention : UNSA FSU

 

 

Vous pouvez télécharger en bas de page les horaires des écoles pour la rentrée prochaine.

Attention, il faut suivre :

     - Regarder le tableau du CDEN du 12 juin 2013

     - Regarder les trois tableau du CDEN du 28 fĂ©vrier 2014, oĂą il y a des modifications par rapport au CDEN prĂ©cĂ©dent.

     - Regarder les tableaux du CDEN du 27 juin 2013, oĂą il y a des modifications par rapport aux deux CDEN prĂ©cĂ©dents.

 

 

Règlement dĂ©partemental :

Lors du CDEN du 28 fĂ©vrier, la FCPE de l’Aude, les DDEN de l’Aude, l’UNSA Education avaient demandĂ© la modification du règlement intĂ©rieur dĂ©partemental, que le titre 3 soit dĂ©sormais placĂ© en première position, en incluant l’article 9 de la charte de la laĂŻcitĂ© :

« La laĂŻcitĂ© implique le rejet de toutes les violences et de toutes les discriminations, garantit l’égalitĂ© entre les filles et les garçons et repose sur une culture du respect et de la comprĂ©hension de l’autre Â»

L’UNSA EDUCATION a donc demandé si cette modification avait eu lieu.

Le DASEN a précisé qu’il n’a pas eu assez de temps pour le faire. Ainsi, il a proposé de reporter le vote de la modification du règlement départemental.

 

EspĂ©raza :

L’UNSA EDUCATION a demandé un état de fait concernant cette commune.

La situation est apaisée selon le DA mais n’est pas encore réglée.

 

Motion UNSA pour un plus large financement des voyages scolaires par le conseil général

 

Le DASEN a apprécié l’idée de la création d’une charte pour préciser aux enseignants que, voyage scolaire rime avec projet pédagogique. Nous lui avons rappelé qu’une charte départementale existe déjà…

Ce que nous souhaitons, c’est y intégrer le voyage pour les élèves audois avec un paragraphe qui précise qu’une aide serait accordée aux familles en difficultés, ce qui n’est pas le cas actuellement.

Cette motion est décalée au prochain CDEN pour laisser le temps à l’administration de récolter plus d’informations.

 


   CDEN 12062013   
(126.7 ko)
   CDEN 28022014 1   
(1.6 Mo)
   CDEN 28022014 2   
(1.8 Mo)
   CDEN 28022014 3   
(1.8 Mo)
   CDEN 27062014 expĂ©riment   
(24 ko)
   CDEN 27062014 modificatio   
(1.7 Mo)
   CDEN 27062014 communes re   
(23.8 ko)
   CDEN 27062014 dĂ©rogation   
(14.2 ko)
 
 
 
 
ALC