SECTION SE-Unsa de l'AUDE - 14 BD JEAN JAURES - BP 17 - 11001 CARCASSONNE CEDEX
Tél. 04 68 25 56 29 - Fax. 04 68 25 65 45 - Por. 06 37 61 02 41 - 11@se-unsa.org

 
Ecole maternelle d’EspĂ©raza : rien ne va plus
Article publié le jeudi 6 février 2014.
  • Lnk_facebook
  • Lnk_google
  • Lnk_twitter

Depuis de longues années, les difficultés de l’école maternelle d’Espéraza sont connues.

De graves dysfonctionnements sont observés dans le fonctionnement de l’école. Le service des agents municipaux pose problème…

Le Maire est parfaitement au courant de la chose et de nombreuses médiations ont eu lieu avec les enseignants et la hiérarchie de l’Education Nationale, mais rien n’a été corrigé.

Déjà l’an dernier, des enseignantes chevronnées, ont obtenu leur changement d’affectation avec une grande satisfaction, à cause des incessantes rumeurs et calomnies colportées à leurs égards.

Cette année, une nouvelle équipe d’enseignants est en place et les mêmes procédés sont utilisés. Rumeurs délirantes, pétitions… le SE-UNSA lance une alerte sociale et demandera au Directeur Académique des Service de l’Education de l’Aude de saisir le Procureur de la République (lettre au DASEN téléchargeable en bas de page).

Le Maire tenu au courant de ces problèmes feint de les ignorer, alors qu’une rencontre a eu lieu lundi 3 février pour les évoquer.

A cette occasion, il a encore remis en cause les capacités professionnelles des enseignants. Pour le SE-UNSA, c’est inacceptable. Ce Maire ne pourra pas toujours reporter sur les autres les conséquences de son inaction.

Ainsi, années après années, le travail des enseignants est dénigré et sont personnellement attaqués. Pour le SE-UNSA, il est anormal que l’Etat emploie de l’argent public pour envoyer des professeurs des écoles au casse-pipe.

Ainsi, le Directeur Académique de l’Aude a évoqué la fermeture de l’école maternelle d’Espéraza à la rentrée 2014. Pour le SE-UNSA, cette possibilité est justifiée et nous ne nous y opposerons pas.

Tant pis pour les enfants et les parents d’élèves d’Espéraza qui devront payer pour faire garder leurs enfants ou bien essayer de les scolariser dans les écoles des communes avoisinantes, si leur capacité d’accueil le permet.

 

Suivez le SE-UNSA sur twitter : @SEUNSA11

 

Lire l'article de La Dépêche du 5 février 2014

Lire l'article de la Dépêche du 7 février 2014

L'article de l'independant du 7 février 2014 est téléchargeable en bas de page

 


   Courrier alerte sociale E   
(220.5 ko)
   l’indep 7 fev 2014   
(86.5 ko)
 
 
 
 
ALC